EUSÈBE DE CÉSARÉE (265 env.-av. 341)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né probablement à Césarée de Palestine, Eusèbe restera fidèle à cette ville jusqu'à sa mort, d'abord comme collaborateur du prêtre Pamphile, qui avait recueilli et enrichi la bibliothèque léguée par Origène à Césarée, puis comme évêque de cette cité après la persécution déclenchée par Dioclétien. D'origine modeste, il doit à son immense érudition le succès d'une carrière qui l'a conduit à l'épiscopat et qui a fait de lui le panégyriste officiel de l'empereur Constantin. La première partie de sa vie se passe aux côtés de Pamphile. Assisté d'une équipe de copistes, il révise et édite les livres saints et les autres textes de la bibliothèque. Eusèbe lit toutes les œuvres de la littérature profane ou chrétienne qui lui sont accessibles et constitue des recueils qui lui serviront à composer plus tard ses grands ouvrages. Pendant les premières années de la persécution (303-307), Eusèbe et Pamphile ne sont pas inquiétés. Mais, à la fin de 307, Pamphile est emprisonné ; il sera exécuté en 310. Eusèbe doit s'enfuir, d'abord en Phénicie, puis en Égypte. Avec la paix, il rentre à Césarée et est élu à l'épiscopat entre 315 et 320. C'est la période de sa production littéraire la plus intense. Il rédige une première version de son Histoire de l'Église, une Vie de Pamphile et un récit sur Les Martyrs de Palestine. C'est de cette période aussi que datent la Préparation évangélique et la Démonstration évangélique. Rapidement, Eusèbe est impliqué dans la querelle théologique soulevée par Arius, pour qui il prend parti. À partir du concile de Nicée, il est de plus en plus engagé dans la politique ecclésiastique. Lorsque Constantin meurt, en 337, Eusèbe se met à écrire un éloge enthousiaste du prince ami de Dieu qui venait d'inscrire dans l'histoire le triomphe longuement préparé de l'Église. On ignore la date de sa mort, qui est antérieure à 341.

Eusèbe est l'auteur de la première histoire de l'Église. Il avait préparé ce travail en dressant les tableaux synoptiques de ses Chronikoi Kanones qui, pour l'ère chrétienne, permettaient d'établir, par le rapprochement de différentes listes de successions épiscopales, le synchronisme des épiscopats et des règnes impériaux. C'est dans ce cadre chronologique préétabli qu'Eusèbe a ensuite inséré « les passages utiles cueillis chez les écrivains anciens » (I, i, 4). Car la documentation qu'il met en œuvre est limitée à un certain nombre de centres d'intérêt. L'Histoire n'a pas été publiée en une seule fois et a donné lieu à des remaniements importants en fonction des événements qui ont modifié la situation de l'Église dans l'Empire durant cette période (312-325).

La ferveur apologétique d'Eusèbe est claire dès ses premiers ouvrages. Il a réfuté, vers le début de la persécution, le Philalèthès du gouverneur Hiéroclès, centré sur une comparaison entre Jésus et Apollonius de Tyane. Mais c'est la lecture du traité en quinze livres du philosophe néo-platonicien Porphyre, Contre les chrétiens (271), qui semble avoir été l'événement déterminant quant à l'orientation de son activité littéraire. Très tôt, il a senti le besoin d'en présenter une réfutation en vingt-cinq livres, aujourd'hui perdus. Mais c'est l'ensemble de ses œuvres qui se veut une réfutation du philosophe. À travers Porphyre, c'est toute la civilisation antique qui, à grand renfort d'érudition, rejetait le christianisme comme constituant un refus irrationnel des valeurs de l'hellénisme. Eusèbe consacra le meilleur de lui-même à montrer, avec tout autant d'érudition, que le triomphe de l'Église était le phénomène historique décisif préparé depuis des siècles. La Préparation évangélique et la Démonstration évangélique constituent les deux pièces d'une même entreprise apologétique visant à justifier les chrétiens, que Porphyre accusait d'être passés du paganisme au judaïsme, puis de s'être à nouveau singularisés en rejetant la Loi juive. Dans la Théophanie enfin (333 env.), Eusèbe célèbre avec des accents triomphalistes la mission providentielle de l'Empire romain et voit en particulier dans le règne de Constantin le signe de l'action divine assurant la victoire de la foi chrétienne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  EUSÈBE DE CÉSARÉE (265 env.-av. 341)  » est également traité dans :

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les fossiles, marqueurs du temps »  : […] Pour les chrétiens, l’histoire prenait un nouveau sens de suite ordonnée, et non plus de séquence quasiment aléatoire d’événements. Le changement fut particulièrement bien illustré par la première chronologie « universelle » que l’évêque Eusèbe de Césarée (~265-av. 341) établit par le biais d’habiles rapprochements effectués entre systèmes chronologiques différents : ceux des Romains et des Grecs […] Lire la suite

ARIANISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 2 432 mots

Dans le chapitre « L'ὁμοούσιος nicéen »  : […] L'empereur Constantin, qui venait de réunir sous son unique pouvoir l'ensemble du monde romain, convoqua à Nicée un concile œcuménique pour fixer les termes mêmes de la théologie trinitaire (325). Malgré la répugnance des théologiens orientaux, il impose comme dogme de foi la croyance en l'ὁμοούσιος, c'est-à-dire que « Jésus-Christ est le Fils de Dieu, engendré et non pas fait, consubstantiel  a […] Lire la suite

ATHANASE D'ALEXANDRIE (295-373)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 756 mots

Dans le chapitre « La crise arienne »  : […] Contre Arius qui soulignait la distinction entre Dieu le Père, principe inengendré, et Jésus-Christ, produit par le Père et donc inférieur à lui, le symbole de Nicée, accepté en 325 par le concile du même nom, avait proclamé, sous l'influence conjuguée de théologiens occidentaux et de quelques théologiens orientaux inspirés par Marcel d'Ancyre, que le Fils de Dieu est consubstantiel (ὁμοούσιος) […] Lire la suite

CÉSAROPAPISME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD, 
  • Michel MESLIN
  •  • 5 398 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Empire chrétien de Constantin à Théodose (312-395) »  : […] Le conflit entre le totalitarisme du régime de la Tétrarchie et les chrétiens (304-312) fut de courte durée, bien que les persécutions, surtout en Orient, aient été violentes. Après une tolérance de fait, très vite, par la volonté de Constantin, une série de mesures accordèrent à l'Église chrétienne une situation privilégiée. L'empereur, seul maître du monde romain après sa victoire sur Licinius […] Lire la suite

DIDASKALEION D'ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 467 mots

Quand on parle d'école d'Alexandrie (en grec, didaskaleion ), il faut distinguer entre deux réalités : les tendances générales communes à l'ensemble des théologiens alexandrins de Philon à Cyrille d'Alexandrie et l'institution scolaire concrète du iii e siècle évoquée par Eusèbe de Césarée dans son Histoire ecclésiastique . L'existence de cette institution, ou du moins son importance, est aujourd […] Lire la suite

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Dans le chapitre « Le Christ et Dieu »  : […] Le second problème fondamental qui s'est posé aux Pères de l'Église fut celui des rapports entre le Christ et Dieu. Sur ce point, la réflexion théologique, à l'époque patristique, a été entraînée sur une voie qui l'a conduite aux spéculations métaphysiques les plus complexes. Les écrits néo-testamentaires avaient opposé le Christ selon l'esprit au Christ selon la chair, le Christ selon l'esprit re […] Lire la suite

Pour citer l’article

Richard GOULET, « EUSÈBE DE CÉSARÉE (265 env.-av. 341) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eusebe-de-cesaree/