ABRUZZES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située dans le centre-est de l'Italie, couvrant une superficie de 10 794 kilomètres carrés, la région des Abruzzes renferme les montagnes les plus élevées et les moins facilement pénétrables de la péninsule ; l'Apennin y atteint sa puissance maximale. Les chaînons massifs de calcaires, faillés et soulevés, du Pliocène, encadrent de hauts plateaux et des bassins d'effondrement, synclinaux comme la vallée de l'Aterno ou celle du Liri, poljés karstiques comme l'ancien lac Fucino. Seuls les chaînons les plus élevés, comme le Gran Sasso (Corno Grande, point culminant de l'Apennin : 2 914 m)présentent des sommets aiguisés par l'érosion glaciaire. Les déboisements et le parcours d'été des troupeaux des Pouilles et du Latium en ont fait des montagnes peu forestières malgré des précipitations abondantes. Vers l'est, la montagne domine brutalement le versant adriatique constitué de collines argileuses, aux nombreux flancs et calanchi. Dans l'étroite plaine côtière, l'érosion menace les plages.

Italie : carte administrative

Carte : Italie : carte administrative

Carte administrative de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Les Abruzzes ont connu au xxe siècle un fort mouvement d'émigration et d'urbanisation, et un vieillissement de la population : 1 277 000 résidants en 1951, 1 163 000 en 1971. Toutefois la population résidante a progressé à nouveau : 1 305 000 habitants en 2006. Un nouvel équilibre s'est instauré au détriment de la montagne, jadis prééminente, où l'économie pastorale disparaît peu à peu par suite de la rupture des liens avec le Tavoliere et le Latium. Le parc national des Abruzzes témoigne de la beauté des sites et attire le dimanche de nombreux Romains ; Roccaraso est une importante station de sports d'hiver. Les barrages de la montagne donnent aux Abruzzes la première place en Italie péninsulaire pour la production d'hydroélectricité. L'économie montagnarde n'en est pas moins en pleine décadence : seules résistent les grandes vallées comme celle de l'Atenno, avec la ville de L'Aquila (71 900 hab. en 2006), ou les dépressions comme celle de l'ancien lac Fucino, près d'Avezzano (39 700 hab. en 2006) ; la réforme agraire y a permis l'installation de petits exploitants qui pratiquent des cultures irriguées intensives.

Le secteur agricole, constitué de petites exploitations, s'est modernisé et fournit désormais des produits de qualité (vin, huile, fruits, safran...). Sur la côte, l'urbanisation est presque continue d'Alba Adriatica au nord jusqu'à Pescara (122 400 hab. en 2006) et Chieti (57 700 hab. en 2006). Malgré les ressources du sous-sol (bauxite, pétrole, méthane) et en énergie électrique, la région des Abruzzes ne connaît une industrialisation notable que depuis les années 1960. Autrefois terre de grande pauvreté, la région s'est développée en quelques décennies et s'est affranchie de la spirale du sous-développement. Elle est considérée comme la première région du Mezzogiorno et est une zone charnière dans le système économique national. L'ouverture de routes et d'autoroutes a permis de désenclaver la zone montagneuse (66 p. 100 de la superficie de la région). L'économie de la région s'est transformée : dans les années 1950 domine une économie agricole essentiellement, sous-développée ; le processus de développement s'amorce au cours des années 1960, atteint sa vitesse de croisière dans les années 1970 et se poursuit pendant toutes les années 1980. Le véritable moteur du développement est l'industrie, qui sera détrônée par le tertiaire à partir des années 1980. Les activités industrielles sont disséminées sur l'ensemble du territoire en un certain nombre de bassins industriels : produits pharmaceutiques, matériel minier, matériels téléphoniques et électriques, industrie aérospatiale dans le val Pescara ; motocycles, automobiles dans le val Sanpro...

Le littoral a connu un développement touristique et constitue désormais la partie méridionale du grand complexe balnéaire de l'Adriatique, axé sur l'Émilie-Romagne.

Du point de vue physique, la petite région du Molise (4 438 km2, 320 900 hab. en 2006) constitue le prolongement méridional des Abruzzes. Cependant, les montagnes calcaires de l'Ouest sont moins élevées dans la province d'Isernia (Matese, 2 060 m). La zone des collines, dans la province de Campobasso, est plus large. À l'image du Tavoliere voisin, les latifundia ont connu une grande extension et la culture du blé prédomine, suivie par celle de la pomme de terre. Le Molise ne possède aucune activité industrielle notable ni aucune grande ville, à l'exception de Campobasso, la capitale (51 330 hab. en 2006).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ABRUZZES  » est également traité dans :

APENNIN

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean DEMANGEOT
  •  • 2 775 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Relief »  : […] Le relief dominant est l'association entre haut plateau et bassin intramontagnard (ou conque ). Les hauts plateaux ont l'apparence de surfaces structurales mais sont, le plus souvent, des surfaces d'érosion très récente. Plusieurs raisons expliquent cette netteté des aplanissements : ils sont jeunes (miocènes, pliocènes, voire du Quaternaire ancien), ils n'ont pas été plissés mais seulement faillé […] Lire la suite

ITALIE - Géographie

  • Écrit par 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 9 061 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Paysages et territoire : le « bel paese » de l'intérieur au littoral »  : […] Enclose au nord par l'arc alpin, la péninsule italienne (301 300 km 2 , 7 300 km de côtes) s'étire avec l'Apennin comme épine dorsale – prolongée par la Sicile et la Sardaigne – sur quelque 1 200 kilomètres, entre les 47,06 0 et 35,3 0 de latitude nord, jusqu'au cœur de la Méditerranée : l'île de Lampedusa, devenue tristement célèbre dans un contexte de « crise des migrants » euro-méditerranéen […] Lire la suite

MEZZOGIORNO

  • Écrit par 
  • Pierre GABERT
  •  • 2 369 mots

Dans le chapitre « L'évolution de la politique d'intervention »  : […] L'évolution de la politique d'intervention en faveur du Sud apparaît à travers les diverses orientations qui ont commandé les investissements considérables faits sur 43,5 p. 100 du territoire italien par la Cassa, qui est soumise aux directives des Conseils des ministres depuis plus de trente ans. En 1950, il lui faut assurer le succès de la réforme agraire et des bonifications. Jusqu'en 1957, 77 […] Lire la suite

Les derniers événements

22 octobre 2012 Italie. Condamnation de scientifiques à la suite du séisme de L'Aquila

Abruzzes) condamne à six ans de prison, pour homicides par imprudence, les membres de la Commission nationale des grands risques, six scientifiques et le sous-directeur de la Protection civile, pour avoir sous-estimé le risque de tremblement de terre qui menaçait la ville, avant le séisme d'avril 2009 qui a fait trois cent neuf morts. Les sept condamnés […] Lire la suite

6 avril 2009 Italie. Séisme meurtrier dans les Abruzzes

Abruzzes (centre de l'Italie), faisant près de trois cents morts, environ mille deux cents blessés et quelque cinquante-huit mille sans abri. L'épicentre du séisme est situé à L'Aquila, capitale de la région; toutes les villes situées dans un rayon de 30 kilomètres sont touchées. Les jours suivants, de fortes répliques perturbent les missions de sauvetage […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert BERGERON, « ABRUZZES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abruzzes/