PNEUMONIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les signes d’une pneumonie peuvent être trompeurs

Classiquement, la pneumonie se manifeste par les signes usuels de l’infection et de la réaction inflammatoire comme la fièvre, et par des signes spécifiquement pulmonaires (toux, crachats). Mais elle peut prendre des formes différentes selon le germe en cause et selon les personnes. La pneumonie typique est la pneumonie liée à une bactérie appelée pneumocoque (Streptococcus pneumoniae). Dans ce cas, l’apparition des symptômes est souvent brutale, avec une fatigue très importante, une fièvre généralement élevée (supérieure à 39 0C), des frissons, une douleur thoracique (en « coup de poignard »), parfois des difficultés respiratoires. L’examen clinique est important pour le diagnostic. L’auscultation au stéthoscope permet d’entendre des crépitements (râles crépitants) localisés, lors de la respiration, et la percussion du thorax avec les doigts de percevoir un son mat, correspondant au remplacement de l’air par des sécrétions au sein du foyer infectieux. Parfois, les symptômes sont moins évocateurs, la fièvre peut être légère ou même remplacée par une hypothermie, et la toux peut être absente. C’est le cas notamment chez les petits enfants, qui ont souvent des symptômes digestifs plutôt que pulmonaires, et chez les personnes âgées, qui peuvent présenter au premier plan des signes de confusion ou de déshydratation. Les pneumonies d’origine virale ont généralement un début plus progressif, entraînant une fièvre moins élevée, et sont souvent associées à une rhinopharyngite.

Arnold Netter

Photographie : Arnold Netter

Photographie

Juste Arnold Netter (né à Strasbourg en 1855 et mort à Paris en 1936) est un médecin et microbiologiste français. On lui doit d'importantes contributions, notamment dans la connaissance des maladies infectieuses. Ainsi, il est le premier à montrer en 1888 le lien entre le pneumocoque et la... 

Crédits : Courtesy of US National Library of Medicine

Afficher

Streptococcus pneumoniae, principal agent des pneumonies

Photographie : Streptococcus pneumoniae, principal agent des pneumonies

Photographie

Le pneumocoque (Streptococcus pneumoniae, autrefois Pneumococcus pneumoniae), agent de la plupart des pneumonies microbiennes, est une bactérie de la famille des cocci. Elle apparaît légèrement ovale sur cette photographie en couleurs artificielles (bleu), obtenue par une microscopie à... 

Crédits : Steve Gschmeissner/ Science Photo Library/ Biosphoto

Afficher

Une radiographie du thorax est indispensable au diagnostic. Cependant, le cliché peut être normal au cours des premières quarante-huit heures. L’image caractéristique de la pneumonie bactérienne est une opacité (qui apparaît en blanc sur la radio), dense, bien délimitée, occupant une partie plus ou moins importante d’un poumon. Cet aspect est observé, en particulier, dans les pneumonies liées au pneumocoque. Il reflète l’accumulation [...]

Radiographie pulmonaire dans un cas de pneumonie

Photographie : Radiographie pulmonaire dans un cas de pneumonie

Photographie

Sur cette radiographie des poumons, la pneumonie aiguë se manifeste par une opacité bien délimitée sur le poumon droit (à gauche sur le cliché).  

Crédits : Anthony Ricci/ Shutterstock

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Le système respiratoire humain

Le système respiratoire humain
Crédits : Encyclopædia Britannica, Inc.

dessin

Arnold Netter

Arnold Netter
Crédits : Courtesy of US National Library of Medicine

photographie

Streptococcus pneumoniae, principal agent des pneumonies

Streptococcus pneumoniae, principal agent des pneumonies
Crédits : Steve Gschmeissner/ Science Photo Library/ Biosphoto

photographie

Radiographie pulmonaire dans un cas de pneumonie

Radiographie pulmonaire dans un cas de pneumonie
Crédits : Anthony Ricci/ Shutterstock

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PNEUMONIE  » est également traité dans :

CORONAVIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pathologie du SRAS »  : […] La maladie dite SRAS, causée par le virus SARS-CoV-1, a été identifiée à Hong Kong en 2003, mais elle était déjà présente dans le Guangdong (province côtière du sud de la Chine) en novembre 2002. L’épidémie s’est répandue essentiellement en Chine et en Asie du Sud-Est, provoquant officiellement 774 décès pour 8 096 cas reconnus (taux de mortalité de 9,5 p. 100). Le virus pénètre dans l’épithélium […] Lire la suite

COVID-19

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 381 mots
  •  • 6 médias

Le terme Covid-19 désigne une maladie infectieuse respiratoire à travers son acronyme anglais – « Co » pour corona , « vi » pour virus , « d » pour disease (« maladie » en anglais), le nombre 19 indiquant l’année de son apparition (2019). Provoquée par un virus, le coronavirus SARS-CoV-2 (pour severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 ), elle a été identifiée officiellement en Chine en j […] Lire la suite

LÉGIONELLOSE

  • Écrit par 
  • François DENIS, 
  • Marcelle MOUNIER
  •  • 2 235 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Premiers cas aux États-Unis »  : […] La légionellose est une maladie récente dont l'histoire a commencé à Philadelphie, lors du 58 e  congrès de l'American Legion, programmé du 21 au 24 juillet 1976. L'hôtel Bellevue-Stratford est choisi : c'est un ancien hôtel « de luxe » de plus de 700 chambres et de 22 salles de réunion dont le déclin a commencé au début des années 1970. Le système de climatisation, installé en 1954, donne quelqu […] Lire la suite

MERS (Middle East respiratory syndrome)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 786 mots
  •  • 3 médias

Le MERS, acronyme anglais traduit par « syndrome respiratoire du Moyen-Orient » , est une pathologie lourde caractérisée par une pneumonie aiguë et une défaillance rénale. Le taux de décès parmi les personnes qui ont manifesté des signes cliniques est de l’ordre de 35 p. 100 selon l’OMS. La maladie est provoquée par un virus de la famille des coronavirus, d’où son nom MERS-CoV . Les traitements […] Lire la suite

SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère)

  • Écrit par 
  • Julien EMMANUELLI, 
  • Universalis
  •  • 886 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Diagnostic du SRAS »  : […] Délicat à porter, le diagnostic de SRAS repose, en l'absence de toute autre cause de pneumonie infectieuse, sur la convergence d'un faisceau de signes cliniques, biologiques et radiologiques plus ou moins constants chez un sujet qui revient de zones où une transmission locale récente a été documentée ou qui a été en contact avec un cas de SRAS dans les dix jours précédents. D'aspect polymorphe, le […] Lire la suite

STREPTOCOQUES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 6 725 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pneumocoques »  : […] Ces germes constituent l'espèce Streptococcus pneumoniae (autrefois Diplococcus pneumoniae ), agent principal de la pneumonie franche lobaire aiguë et de diverses infections (méningites, arthrites, otites médianes, péritonites, septicémies) caractérisées par des dépôts de fibrine et des lésions purpuriques dues à l'affinité particulière de la bactérie pour les séreuses (plèvre, péricarde, ménin […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Asie. Épidémie de SRAS. 15-31 mars 2003

Le 15, l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.) déclenche une alerte mondiale concernant une épidémie de pneumonie atypique mortelle provenant d'Asie du Sud-Est, découverte le 26 février autour des foyers de Hong Kong et de Hanoï (Vietnam). Des mesures sanitaires sont aussitôt adoptées […] Lire la suite

France – Russie. Rencontre entre les présidents Jacques Chirac et Boris Eltsine à Moscou. 2 février 1997

pour une « double pneumonie ». La nouvelle incapacité du chef de l'État a suscité les réactions de l'opposition russe, qui dénonce cette vacance durable du pouvoir. Jacques Chirac et Boris Eltsine évoquent le dossier de l'élargissement vers l'Est de l'O.T.A.N., dont la Russie se dit désormais prête […] Lire la suite

Espagne. Scandale des huiles frelatées. 7-19 octobre 1981

Le 7, le gouvernement espagnol crée une commission d'enquête sur la « pneumonie toxique » (ou atypique) résultant d'intoxications dues à l'absorption d'huile frelatée, qui ont causé la mort de près de cent cinquante personnes depuis le mois de mai. Le 19, la France suspend pour trois mois l'importation d'huile et de produits préparés à l'huile en provenance d'Espagne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Chantal GUÉNIOT, « PNEUMONIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pneumonie/