PNEUMONIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La recherche du germe responsable de la pneumonie n’est pas systématique

L’examen bactériologique est nécessaire lorsqu’il y a des signes de gravité. En effet, il est très important dans ce cas de connaître avec précision la cause de l’infection afin de vérifier au plus vite que l’antibiotique prescrit est adapté. Il est indispensable également lorsqu’il s’agit d’une pneumonie acquise lors d’une hospitalisation (pneumonie nosocomiale), celle-ci pouvant être liée à des germes inhabituels ou devenus résistants aux antibiotiques. Ces pneumonies hospitalières représentent un problème de santé publique important. Elles sont la deuxième cause d’infections nosocomiales, après les infections urinaires, et la première cause d’infections nosocomiales sévères. En 2012, 5 p. 100 des personnes hospitalisées en France ont eu une infection nosocomiale, selon une enquête de l’Institut national de veille sanitaire (I.N.V.S.) et, parmi celles-ci, 16,7 p. 100 étaient des pneumonies. L’identification de la bactérie et l’étude de sa sensibilité aux antibiotiques par un antibiogramme permettent d’appliquer le plus rapidement possible un traitement efficace.

L’examen bactériologique est généralement mis en œuvre sur des prélèvements réalisés au cours d’une fibroscopie bronchique. En effet, l’examen des crachats est peu fiable, car des germes peuvent être présents dans la gorge et dans la bouche, et contaminer les crachats, sans être responsables de la maladie. Les pneumonies graves peuvent entraîner le passage de bactéries dans le sang. La recherche de ces bactéries par des hémocultures (cultures de sang) est systématique chez les personnes hospitalisées. Enfin, certaines bactéries (pneumocoque, Legionella pneumoniae) peuvent être identifiées en recherchant la présence d’antigènes bactériens éliminés dans les urines. En pratique, le germe responsable de la pneumonie reste souvent non identifié, soit parce que la pneumonie ne s’accompagne pas de critères de g [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Le système respiratoire humain

Le système respiratoire humain
Crédits : Encyclopædia Britannica, Inc.

dessin

Arnold Netter

Arnold Netter
Crédits : Courtesy of US National Library of Medicine

photographie

Streptococcus pneumoniae, principal agent des pneumonies

Streptococcus pneumoniae, principal agent des pneumonies
Crédits : Steve Gschmeissner/ Science Photo Library/ Biosphoto

photographie

Radiographie pulmonaire dans un cas de pneumonie

Radiographie pulmonaire dans un cas de pneumonie
Crédits : Anthony Ricci/ Shutterstock

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PNEUMONIE  » est également traité dans :

CORONAVIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 4 031 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Pathologie du SRAS »  : […] La maladie dite SRAS, causée par le virus SARS-CoV-1, a été identifiée à Hong Kong en 2003, mais elle était déjà présente dans le Guangdong (province côtière du sud de la Chine) en novembre 2002. L’épidémie s’est répandue essentiellement en Chine et en Asie du Sud-Est, provoquant officiellement 774 décès pour 8 096 cas reconnus (taux de mortalité de 9,5 p. 100). Le virus pénètre dans l’épithélium […] Lire la suite

LÉGIONELLOSE

  • Écrit par 
  • François DENIS, 
  • Marcelle MOUNIER
  •  • 2 235 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Premiers cas aux États-Unis »  : […] La légionellose est une maladie récente dont l'histoire a commencé à Philadelphie, lors du 58 e  congrès de l'American Legion, programmé du 21 au 24 juillet 1976. L'hôtel Bellevue-Stratford est choisi : c'est un ancien hôtel « de luxe » de plus de 700 chambres et de 22 salles de réunion dont le déclin a commencé au début des années 1970. Le système de climatisation, installé en 1954, donne quelqu […] Lire la suite

MERS (Middle East respiratory syndrome)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 786 mots
  •  • 3 médias

Le MERS, acronyme anglais traduit par « syndrome respiratoire du Moyen-Orient » , est une pathologie lourde caractérisée par une pneumonie aiguë et une défaillance rénale. Le taux de décès parmi les personnes qui ont manifesté des signes cliniques est de l’ordre de 35 p. 100 selon l’OMS. La maladie est provoquée par un virus de la famille des coronavirus, d’où son nom MERS-CoV . Les traitements […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Pneumonies »  : […] Une localisation infectieuse pulmonaire peut apparaître brutalement, frappant un lobe entier, alors que la phase d'infection bronchique a été mineure, imperceptible ou presque. Le refroidissement a toujours un rôle déclencheur important. Il en est ainsi des pneumonies, lobaires ou segmentaires, dont le début est généralement brusque, se manifestant par un point de côté, une forte fièvre. La « cond […] Lire la suite

SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère)

  • Écrit par 
  • Julien EMMANUELLI, 
  • Universalis
  •  • 886 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Diagnostic du SRAS »  : […] Délicat à porter, le diagnostic de SRAS repose, en l'absence de toute autre cause de pneumonie infectieuse, sur la convergence d'un faisceau de signes cliniques, biologiques et radiologiques plus ou moins constants chez un sujet qui revient de zones où une transmission locale récente a été documentée ou qui a été en contact avec un cas de SRAS dans les dix jours précédents. D'aspect polymorphe, le […] Lire la suite

STREPTOCOQUES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 6 725 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pneumocoques »  : […] Ces germes constituent l'espèce Streptococcus pneumoniae (autrefois Diplococcus pneumoniae ), agent principal de la pneumonie franche lobaire aiguë et de diverses infections (méningites, arthrites, otites médianes, péritonites, septicémies) caractérisées par des dépôts de fibrine et des lésions purpuriques dues à l'affinité particulière de la bactérie pour les séreuses (plèvre, péricarde, ménin […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Asie. Épidémie de SRAS. 15-31 mars 2003

Le 15, l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.) déclenche une alerte mondiale concernant une épidémie de pneumonie atypique mortelle provenant d'Asie du Sud-Est, découverte le 26 février autour des foyers de Hong Kong et de Hanoï (Vietnam). Des mesures sanitaires sont aussitôt adoptées […] Lire la suite

France – Russie. Rencontre entre les présidents Jacques Chirac et Boris Eltsine à Moscou. 2 février 1997

pour une « double pneumonie ». La nouvelle incapacité du chef de l'État a suscité les réactions de l'opposition russe, qui dénonce cette vacance durable du pouvoir. Jacques Chirac et Boris Eltsine évoquent le dossier de l'élargissement vers l'Est de l'O.T.A.N., dont la Russie se dit désormais prête […] Lire la suite

Espagne. Scandale des huiles frelatées. 7-19 octobre 1981

Le 7, le gouvernement espagnol crée une commission d'enquête sur la « pneumonie toxique » (ou atypique) résultant d'intoxications dues à l'absorption d'huile frelatée, qui ont causé la mort de près de cent cinquante personnes depuis le mois de mai. Le 19, la France suspend pour trois mois l'importation d'huile et de produits préparés à l'huile en provenance d'Espagne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Chantal GUÉNIOT, « PNEUMONIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pneumonie/