LOUIS PIERRE CHARLES A. (1787-1872)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le médecin français Pierre Charles Alexandre Louis est un des précurseurs de l’épidémiologie clinique moderne, connu notamment pour avoir introduit une approche quantitative et numérique en médecine.

Il naît à Ay, en Champagne, le 14 juillet 1787. Sa carrière médicale est variée : il étudie la médecine à Reims jusqu’en 1813 et reçoit le titre de docteur en médecine à Paris la même année. On le trouve à Saint-Pétersbourg en 1814 où il valide son diplôme médical, puis jusqu’en 1820 à Odessa où il commence à exercer. De retour à Paris, il travaille à l’hôpital de la Pitié et à l’Hôtel-Dieu. À partir de 1823, il voyage et exerce à Gibraltar (il y étudie la fièvre jaune) et à Bruxelles (il rédige son traité sur la typhoïde), accumule les observations et écrit. De retour à Paris en 1830, il y devient un professeur de clinique médicale renommé. Lorsque, en 1854, son fils meurt de la tuberculose, il quitte définitivement la pratique médicale. Il mourra à Paris le 22 août 1872.

L’œuvre de Pierre Charles Alexandre Louis est publiée entre 1825 et 1844. Selon la recension qu’en fait Alfredo Morabia, elle comprend une quarantaine de textes d’observations et commentaires sur la saignée, la typhoïde, la tuberculose, la fièvre jaune, la gastro-entérite et l’enseignement de la médecine. Il écrit sur la nécessité des pratiques quantitatives en clinique et thérapeutique. La plupart de ses articles sont traduits en anglais, parfois en allemand, et largement débattus dans les journaux médicaux. Ils apportent en effet un langage nouveau pour la médecine. Louis propose une approche qui relève de ce qu’on appelle aujourd’hui l’evidence-based medicine, la « médecine fondée sur les faits ».

La réfutation de la pratique de la saignée contre toutes fièvres, préconisée par Broussais, est exemplaire de sa pensée. Au début du xxe siècle, la fièvre n’est en général pas associée à une maladie précise. Pour Broussais, toute fièvre est la manifestation de l’inflammation d’un organe. Le remède est donc invariablement [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Les derniers événements

11-27 mars 2001 France. Des élections municipales aux résultats mitigés

à 259, perdant notamment Strasbourg, Orléans, Rouen, Blois, Quimper, Nîmes, Châteauroux, Lisieux, Épinay-sur-Seine, Colombes, Argenteuil, Drancy...; l'extrême droite ne contrôle plus que trois villes, perdant Toulon. Quatre autres ministres sont battus: Élisabeth Guigou à Avignon, Jack Lang à Blois, Pierre Moscovici à Montbéliard et Alain Richard à […] Lire la suite

1er-17 juillet 1996 France. Attentat aveugle et visite du Premier ministre en Corse

à Bastia, cause la mort d'un militant d'A Cuncolta naziunalista, vitrine légale du F.L.N.C.-Canal historique, Pierre-Louis Lorenzi, et blesse grièvement un secrétaire national de l'organisation, Charles Pieri. C'est la première fois depuis le début des violences nationalistes qu'un attentat aveugle est commis dans l'île. Le 2, le Mouvement pour l'autodétermination […] Lire la suite

21 mars - 2 avril 1993 France. Victoire de l'opposition aux législatives, Édouard Balladur Premier ministre, Philippe Séguin président de l'Assemblée nationale

Charles Pasqua (R.P.R.), à l'Intérieur et à l'Aménagement du territoire, Pierre Méhaignerie (U.D.F.), garde des Sceaux, et François Léotard (U.D.F.), à la Défense. Alain Juppé (R.P.R.) est nommé aux Affaires étrangères, François Bayrou (U.D.F.) à l'Éducation nationale, Edmond Alphandéry (U.D.F.) à l'Économie, Gérard Longuet (U.D.F.) à l'Industrie,  […] Lire la suite

2-8 avril 1992 France. Nomination de Pierre Bérégovoy au poste de Premier ministre

Pierre Bérégovoy a été nommé secrétaire général de la présidence de la République en 1981, avant d'exercer les fonctions de ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale de 1982 à 1984, puis de ministre de l'Économie, des Finances et du Budget de 1984 à 1986, et de nouveau depuis 1988, date à laquelle il a accédé au rang de ministre  […] Lire la suite

13-21 septembre 1987 France. Indignation après les déclarations de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz

Louis Mermaz juge l'honneur du Parlement atteint. Autorités religieuses, associations antiracistes et médias protestent unanimement. Le 16, de nombreuses personnalités socialistes (Pierre Mauroy, Pierre Joxe, Roland Dumas, Jack Lang) demandent aux partis de la majorité de dénoncer les accords locaux ou régionaux qu'ils ont conclus avec le Front national […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « LOUIS PIERRE CHARLES A. - (1787-1872) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-charles-a-louis/