PLATONISME MÉDIÉVAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question du platonisme médiéval étant particulièrement complexe, il faut dire d'abord selon quels partis pris elle est ici traitée. En premier lieu on rangera sous le nom de « platonisme » toute doctrine, d'ensemble ou même de détail, qui se fonde en dernière instance sur les œuvres des auteurs que l'Antiquité tardive et les médiévaux appelaient platonici (« platoniciens »), ce qui inclut le néo-platonisme. En deuxième lieu, le platonisme ainsi défini s'étant développé au Moyen Âge dans plusieurs domaines, non seulement latin, mais aussi byzantin, juif, arabe (avec des relations réciproques), on se borne ici au premier, ne citant les autres que par référence à lui. Enfin, on prend comme terminus a quo l'époque carolingienne.

Les sources du platonisme médiéval sont nombreuses. 1o De Platon lui-même, les médiévaux pouvaient lire en traduction latine une moitié environ du Timée, avec un commentaire de Calcidius (ive s.) ; au xiie siècle, Henri Aristippe traduit le Ménon et le Phédon. 2o Des œuvres de divers auteurs grecs chrétiens de tendance platonicienne sont alors accessibles dans des traductions latines (par exemple, Origène, Grégoire de Nysse, Grégoire de Nazianze, Némésius) ; au ixe siècle, Hilduin puis Jean Scot traduisent les œuvres de « Denys l'Aréopagite », corpus qui date du début du ve siècle et dépend de Proclus ; notons au xiiie siècle les traductions par Guillaume de Moerbeke des Éléments de théologie de Proclus et de son Commentaire sur le Parménide. 3o Un certain nombre de données relatives au platonisme passent à travers les traductions d'œuvres grecques (par exemple, celles d'Aristote et de ses commentateurs). 4o La tradition latine est riche en éléments ou documents platoniciens : parmi les auteurs les plus lus citons, pour les chrétiens, Augustin et Boèce (début [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  PLATONISME MÉDIÉVAL  » est également traité dans :

ADÉLARD DE BATH (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • André CANTIN
  •  • 341 mots

Philosophe, mathématicien et naturaliste du début du xii e  siècle, Adélard de Bath, par les traductions qu'il rapporta d'Orient, augmenta singulièrement le savoir de l'Occident latin dans les sciences du nombre et de la nature. Sa naissance à Bath, sa formation à Laon et à Tours, et ses voyages en Sicile, Syrie, Palestine, Espagne, où sa connaiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adelard-de-bath/#i_48271

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Les domaines de l'analogie »  : […] Entées sur un complexe de textes hétérogènes, pénétrées d'influences contradictoires, travaillées par des problèmes partiellement étrangers à l'univers d'Aristote, les principales théories médiévales de l'analogie se sont édifiées soit dans un sens « avicennien », soit dans un sens « averroïste ». Le composant avicennien prédomine dans toutes les théories qui font de l'analogie un sous-ensemble de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/#i_48271

AVICENNISME LATIN

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 6 636 mots

Dans le chapitre « Aristote contre Avicenne »  : […] Si Avicenne a initié l'Occident à la philosophie en général et à l'aristotélisme en particulier, c'est Aristote qui a empêché que l'avicennisme latin ne constitue, en tant que tel, un courant doctrinal durable. Albert le Grand est ici la référence principale. Bien qu'il ait lu Avicenne dans le détail de ses authentica et des apocryphes, bien qu'il en ait vraisemblablement ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicennisme-latin/#i_48271

BERNARD DE CHARTRES (mort apr. 1126)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 404 mots

Autour de l'an 1120, Bernard enseigne à l'école épiscopale de Chartres. Il ne nous reste rien de lui, mais Jean de Salisbury, dans son Metalogicon (C. C. J. Webb éd., II et III, Oxford, 1929) dit qu'il brillait dans l'enseignement de la « grammaire » (c'est-à-dire pour nous la grammaire et les lettres) et était « le plus parfait platonicien de son temps ». Selon Bernard, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-de-chartres/#i_48271

CHARTRES ÉCOLE DE (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 497 mots

À la fin du xix e siècle, R. L. Poole ( Illustrations of the History of the Medieval Thought and Learning , Londres, 1884) et A. Clerval ( Les Écoles de Chartres au Moyen Âge , Paris, 1895) ont accrédité l'idée que l'école épiscopale de Chartres, fondée au vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chartres-ecole-de/#i_48271

GUILLAUME DE CONCHES (1080 env.-env. 1150)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 575 mots

Mort en 1150 ou peu après, Guillaume de Conches a commenté plusieurs auteurs fondamentaux : Priscien, Boèce, Macrobe, le Platon du Timée  ; il est aussi l'auteur d'une Philosophie du monde ( Philosophia mundi , vers 1125) et du Dragmaticon , et a glosé Juvénal. Il est très au courant des données scientifiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-conches/#i_48271

HENRI DE GAND ou GOETHALS (1217?-1293)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 744 mots

Principalement connu par ses œuvres — une Summa theologica (inachevée), quinze Quodlibeta , des Questions sur la métaphysique , un commentaire de la Physique d'Aristote —, Henri de Gand ( de Gandavo ), maître séculier de l'université de Paris, enseigna la théologie de 1276 à 1292. Il fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-gand-goethals/#i_48271

KLIBANSKY RAYMOND (1905-2005)

  • Écrit par 
  • Georges LEROUX
  •  • 902 mots

Né en France le 15 octobre 1905, le philosophe Raymond Klibansky est issu d'une famille de commerçants originaire de Francfort. La Première Guerre mondiale contraint la famille à rentrer en Allemagne. Après un court séjour à Hambourg et à Kiel, où il a eu le privilège d'être l'assistant de Ferdinand Tönnies, Raymond Klibansky entreprend ses études doctorales à Heidelberg, auprès du philosophe et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-klibansky/#i_48271

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Périodisation et corpus »  : […] Si, comme le soutient Erwin Panofsky, l'écriture gothique est l' expression gothique d'une certaine dialectique , si les analogies que l'on observe entre l'écriture et l'architecture – par exemple, la minuscule caroline et l'architecture romane ou les lettres bâtardes et le style gothique flamboyant – sont d'abord d'ordre intellectuel et résultent d'app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_48271

THIERRY DE CHARTRES (mort av. 1155)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 436 mots

Thierry est chancelier de la cathédrale de Chartres en 1141 ; avant cette date, Jean de Salisbury l'a eu pour maître à Paris. Il est un des esprits les plus actifs et les plus avancés du xii e  siècle, de plain-pied avec le savoir nouveau qui affluait à son époque. Hermann le Dalmate lui dédie en 1143 sa traduction du Planisphère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thierry-de-chartres/#i_48271

Pour citer l’article

Jean JOLIVET, « PLATONISME MÉDIÉVAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/platonisme-medieval/