AVICENNISME LATIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'influence d'Avicenne sur la pensée médiévale est telle qu'il est difficile de donner un sens à l'expression d'avicennisme latin sans en réduire en même temps la portée. De fait, comment ramener à l'unité d'un courant isolable la présence multiple et efficace d'une pensée que les auteurs les plus divers ont toujours utilisée comme une source d'information positive, souvent comme un instrument d'élucidation neutre, parfois comme un pôle de doctrine négatif ? Somme du savoir philosophique gréco-arabe, figure majeure d'un aristotélisme par endroits si fortement teinté de platonisme qu'il semble né pour être christianisé, maître d'une méthode qui crée à la fois les complexes de problèmes et les principes de leurs solutions, Avicenne est le point de départ de toute la philosophie du Moyen Âge tardif, le centre de perspective, le familier et l'adversaire que l'on utilise et que l'on présuppose là même où l'on prétend s'en écarter.

Entre l'assentiment déclaré et la fidélité latente, la reprise décidée et le pillage tacite, l'œuvre d'Avicenne ne cesse d'agir partout où les chemins de théologie et de philosophie se suivent ou se croisent, se fondent ou se séparent. On ne saurait donc s'étonner d'échouer à peindre une « école », quand les données philosophiques et philologiques mêmes présentent une irréductible pluralité d'intérêts, de figures et de groupes. On parle, on a parlé, d'« avicennisme latin », pour l'amour de la symétrie. Il y avait un « averroïsme », il lui fallait un pendant. À mieux connaître le Moyen Âge, on se rend à présent compte que l'avicennisme n'est pas un bloc sans faille que l'on pourrait livrer brut, mais un paysage qu'il faut apprendre à lire ou une métaphore qu'il faut savoir filer. L'histoire de l'avicennisme médiéval est d'abord celle de l'Avicenna latinus. Elle a partie liée avec l'aristotélisme, mais [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses), chaire histoire des théologies chrétiennes dans l'Occident médiéval

Classification


Autres références

«  AVICENNISME LATIN  » est également traité dans :

GUILLAUME D'AUXERRE (1150 env.-1231)

  • Écrit par 
  • Jean RIBAILLIER
  •  • 575 mots

Parfois confondu avec Guillaume de Seignelay, évêque de Paris (mort en 1223), Guillaume d'Auxerre, maître en théologie, enseigne à l'université de Paris ; il porte le titre d'archidiacre de Beauvais, qu'il doit à l'amitié d'un évêque. Par là, il illustre cette fédération canoniale qui, au cœur du royaume capétien, s'étend de Reims à Rouen et d'Amiens à Bourges ; il fera d'ailleurs entrer un autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-auxerre/#i_94422

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « « Ex oriente lux » »  : […] On l'a dit, la pensée du Moyen Âge occidental ne se conçoit pas sans le complexe de thèmes, de lieux et de doctrines hérités du péripatétisme et de la science arabe. Au principe du nouveau paradigme, il y a donc tout naturellement un livre : la Perspectiva d'Alhazen ( Ibn al-Haytham), et c'est de sa mise en jeu dans un espace textuel total, borné aux deux extrêmes par le pér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_94422

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain de LIBERA, « AVICENNISME LATIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicennisme-latin/