PISANELLO ANTONIO PISANO dit (av.1395-1455?)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre, dessinateur et médailleur italien. Formé à Vérone dans l'ambiance du gothique international, près de Stefano da Zevio, Pisanello reçut à Venise une impulsion nouvelle de Gentile da Fabriano : La Madone à la caille (Castelvecchio, Vérone), œuvre de jeunesse, témoigne de cette ouverture à une poétique nouvelle, qu'exprime encore L'Annonciation de San Fermo Maggiore, toute en lignes mélodieuses (env. 1426). La « manière » de Gentile se reflète également dans certains dessins où le sujet, sous une lumière frisante, est traité sans profondeur, comme un bas-relief.

En 1431, Pisanello part pour Rome. À son retour, il donne ses œuvres majeures : Saint Eustache (National Gallery, Londres), Saint Georges et la princesse (env. 1436, Sant'Anastasia, Vérone). Il y dépasse la calligraphie décorative, les finesses purement ornementales : les fresques de Sant'Anastasia sont toutes en demi-teintes, presque en camaïeu dans la partie centrale. Les rehauts de couleurs sont réservés au fond, aux accessoires, aux gibets. La peinture, posée en couches minces, crée une transparence, une subtilité de modelé qui laisse à la ligne sa valeur dans l'ordonnance cohérente de la surface. Il naît ainsi une vision immatérielle dont les figures sans pesanteur s'imposent pourtant par une mystérieuse intensité spirituelle. Pisanello n'a pas cherché dans le thème chevaleresque le prétexte d'une scène d'élégance courtoise. Il s'attache à exprimer l'angoisse contenue des personnages, sur le visage immobile de la princesse, sur celui du héros, grave et exsangue, détournant les yeux vers le monstre qu'il doit affronter. Cette intuition des êtres, cet attachement à leur humanité est dans la ligne de Tommaso da Modena et d'Altichiero. Les différentes esquisses pour la Princesse de Trébizonde montrent, à partir d'une étude prise sur le vif, l'approfondissement ultérieur de l'intention psychologique qui fait de Pisanello un portraitiste pénétrant. Le groupe des cavaliers a gardé, au contr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PISANELLO ANTONIO PISANO dit (av.1395-1455?)  » est également traité dans :

LIVRES DE MODÈLES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 977 mots

Les livres de modèles sont des recueils de dessins d'un même artiste, reliés à l'origine, et conservés dans son atelier pour son propre usage (savoir-faire capitalisé, répertoire de motifs à sa disposition, exemples de figures à présenter à un commanditaire) et pour la formation de ses apprentis qui les copient pour s'exercer la main. Les plus anciens qui aient été conservés datent de la fin du Mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livres-de-modeles/#i_11991

MÉDAILLE

  • Écrit par 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 3 628 mots

Dans le chapitre « L'Italie »  : […] Brisant avec le moule hiératique où restaient enfermées les médailles des Carrare, Antonio Pisano, dit Pisanello, créa réellement l'art de la médaille en 1439 avec la célèbre médaille de Jean Paléologue, l'avant-dernier empereur de Constantinople. Cet artiste sut d'emblée conjuguer la grande hardiesse des raccourcis dans les revers au réalisme vivant des portraits. Il fit souvent entrer, dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medaille/#i_11991

VENISE

  • Écrit par 
  • Anna PALLUCCHINI, 
  • Michel ROUX, 
  • Freddy THIRIET
  • , Universalis
  •  • 8 049 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La civilisation gothique »  : […] Au xiv e  siècle, la république de Venise dut mener énergiquement une double lutte : sur mer, contre sa rivale Gênes, qui entravait son commerce avec l'Orient, et, sur terre, contre les seigneuries limitrophes, qui pouvaient faire obstacle à sa vie économique et à ses exportations dans la vallée du Pô et en Europe. Mais des contacts plus étroits a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venise/#i_11991

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « PISANELLO ANTONIO PISANO dit (av.1395-1455?) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pisanello/