LIVRES DE MODÈLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les livres de modèles sont des recueils de dessins d'un même artiste, reliés à l'origine, et conservés dans son atelier pour son propre usage (savoir-faire capitalisé, répertoire de motifs à sa disposition, exemples de figures à présenter à un commanditaire) et pour la formation de ses apprentis qui les copient pour s'exercer la main. Les plus anciens qui aient été conservés datent de la fin du Moyen Âge, comme ces cinquante-six petits modèles dessinés sur papier et contenus dans un étui de cuir, d'un peintre bohémien du xve siècle (Kunsthistorisches Museum, Vienne). Ces dessins sont d'une exécution soignée, à la pointe de métal, ou préparés à la pierre noire et repassés à la plume, parfois rehaussés de lavis ou d'aquarelle, et les formes, parfaitement définies, semblent le fruit d'une patiente élaboration antérieure. Résolus, limpides, définitifs, isolés dans la page vierge de parchemin ou de papier, ils sont conçus pour être reproduits indéfiniment. Les motifs reflètent à la fois les sujets que le peintre a coutume de traiter pour sa clientèle et ses curiosités personnelles. À la fin de l'époque médiévale, ils recouvrent des domaines très divers : plans ou détails d'édifices, motifs ornementaux, compositions schématiques d'hommes et d'animaux, comme l'album de Villard de Honnecourt vers le milieu du xiiie siècle. Au fil des siècles, ces répertoires tendent à se spécialiser. Aux xive-xve siècles, le terme « ouvrage de Lombardie » désigne des ensembles de dessins détaillés et fidèles d'animaux, d'oiseaux, typiques du mélange de naturalisme et de stylisation élégante du gothique international (carnet de Giovannino de' Grassi à la bibliothèque de Bergame). Le volume de dessins de Pisanello, conservé au Louvre (Codex Vallardi) et qui comporte des modèles de chevaux, cerfs, chiens, costumes employés dans sa fresque de Saint Georges et la princesse à Sant' Anastasia de Vérone, en constitue l'exemple le plus justement célèbre. À Venise, Jacopo Bellini composa vers le milieu du xve siècle deux volumes de dessins remarquables, pour la plupart des compositions sacrées, riches et détaillées, situées dans des paysages lyriques ou dans d'étranges édifices aux effets de perspective emphatiques (Louvre et British Museum). À Colmar, dans l'atelier de Martin Schongauer, les élèves ont reproduit les têtes d'Orientaux et de jeunes filles de son album de modèles (Musterbüchlein). À la même époque, dans les ateliers florentins, le thème privilégié de ces recueils est la figure humaine dans une multitude d'attitudes dynamiques (contrapposti) et expressives (atti affezionati), des têtes, des nus, des scènes religieuses (carnet de l'atelier de Benozzo Gozzoli au Victoria and Albert Museum de Londres et feuilles, aujourd'hui dispersées, de Botticelli et de Filippino Lippi). Dès la fin du xve et au xvie siècle, le contenu des carnets évolue, ils deviennent des recueils de relevés d'après l'antique (fragments d'architecture, peintures et stucs à motifs de grotesques, statues ou reliefs de sarcophages, bustes ou autels sacrificiels), comme le Codex Escurialensis de l'atelier de Ghirlandaio, l'album de Pierre Jacques (Bibliothèque nationale, Paris), le livre d'Antonio da Sangallo (Bibliothèque vaticane, Rome) ou les volumes d'Amico Aspertini de Bologne, de Girolamo da Carpi, de Pirro Ligorio.

Parallèlement à ces compilations archéologiques apparaissent des carnets d'observations et d'inventions plus spontanées, où la technique d'exécution comme la finalité se transforment. L'on passe du volume, constitué de façon immuable, de patrons à reproduire (Musterbuch en allemand, pattern-book en anglais) au carnet d'études faites sur le vif et de notations de voyage (Skizzenbuch, sketch-book) ; matériaux bruts qui seront repris pour donner naissance à une œuvre originale. Cette évolution correspond à une nouvelle attitude à l'égard du dessin. Sous l'influence d'artistes comme Léonard de Vinci, dont les « carnets » comportent souvent sur un même feuillet des études très diverses, tracées et disposées avec peu de soin, le dessin devient ce qui doit « éveiller l'esprit » (destare l'ingegno), et il convient de lui conserver un caractère fluide et suggestif. Si [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  LIVRES DE MODÈLES  » est également traité dans :

ARABESQUE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 3 456 mots

Dans le chapitre « Succès et diffusion d'un ornement »  : […] L'absence de sources littéraires rend difficile l'explication du succès inouï des arabesques en Italie. Et l'assimilation immédiate de cet ornement par la culture italienne est à l'origine de plusieurs variantes, sans qu'il soit aujourd'hui possible de suivre en détail le développement de chacune d'elles. Le jeu des lignes, permettant une infinité de solutions différentes, a sans doute contribué […] Lire la suite

BIJOUX

  • Écrit par 
  • Sophie BARATTE, 
  • Catherine METZGER, 
  • Évelyne POSSÉMÉ, 
  • Elisabeth TABURET-DELAHAYE, 
  • Christiane ZIEGLER
  • , Universalis
  •  • 6 090 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Renaissance »  : […] L'Europe occidentale, sauf l'Italie, connut l'art de la Renaissance, au xvi e  siècle, dans sa forme maniériste, caractérisée par un grand raffinement dans les techniques et dans les formes, ce qui explique l'importance des bijoux à cette époque. Portés autant par les hommes que par les femmes, les bijoux étaient aussi collectionnés en tant qu'objets d'art, objets de valeur ou objets de curiosité. […] Lire la suite

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 661 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La dentelle à l'aiguille (xvie s.) »  : […] Tributaire de la toile qui l'avait en quelque sorte engendré, le point coupé, si ajouré fût-il, n'était pas une dentelle. Pour naître, la dentelle devait se libérer de ce support de tissu qui, en cantonnant la technique, limitait la création ornementale. Cette libération vint des nécessités créées par la mode. Celle-ci était aux dentelures ; autrefois déjà, on avait dentelé le cuir et le drap ; av […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « LIVRES DE MODÈLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/livres-de-modeles/