BOULEZ PIERRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chef d'orchestre

Cependant, bien que toujours parallèle à l'œuvre elle-même, une sorte de « pédagogie appliquée » succède bientôt à l'expression écrite ou universitaire de la pensée théorique. Il s'agit de la direction d'orchestre.

Amené par les circonstances, en 1957, à diriger son Visage nuptial, Pierre Boulez devait, là encore, repenser fondamentalement un métier aujourd'hui intégré à son œuvre. Ses interprétations du Sacre du printemps, de l'opéra Wozzeck, et de ses propres œuvres, Doubles et Éclat, sont des événements majeurs. Cette activité de chef est souvent venue étayer la démarche du compositeur, et inversement. D'une telle escalade sont peut-être nés Doubles et Éclat ; de même que l'analyse du Sacre (Stravinsky demeure) ne pouvait s'exprimer pleinement que par l'interprétation que nous en donne Boulez.

Devant l'orchestre, là encore, point d'enseignement traditionnel reçu ni, par la suite, dispensé, mais une démythification impitoyable au profit de l'efficacité, par une réorganisation systématique du geste. Le geste se crée en fonction du résultat sonore à obtenir. Plus de chorégraphies destinées à susciter la musique auprès du public, mais un ensemble de « signes », à l'usage exclusif des instrumentistes. Le « code », si l'on peut dire, repose sur une décentralisation du geste. Au geste global, expressif et finalement de pur pléonasme, se substitue un ensemble d'informations sur l'attaque, le mètre, la dynamique, autorisant l'instrumentiste concerné à « résonner » sous une forme et à un temps précis. Dans l'interprétation des œuvres contemporaines, une totale dissociation des bras, des mains, des doigts même (libérés de la baguette), peut ainsi communiquer des superpositions de tempos différents, la relation entre tempo libre et tempo obligé, etc. Il fallait avoir inventé cette technique pour qu'une œuvre comme Éclat devînt un véritable « jeu » entre le chef et l'orchestre et qu'ainsi le « spectacle » amenât le public à u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Pierre Boulez.

Pierre Boulez.
Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

photographie

Pierre Boulez

Pierre Boulez
Crédits : Lebrecht/ Rue des Archives

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOULEZ PIERRE (1925-2016)  » est également traité dans :

BOULEZ PIERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 143 mots

26 mars 1925 Pierre Boulez naît à Montbrison (Loire).1946 Boulez est nommé directeur de la musique de scène de la Compagnie Renaud-Barrault (il conservera ce poste jusqu'en 1955). Il compose la Première Sonate pour piano, la Sonatine, pour flûte et […] Lire la suite

PIERRE BOULEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 912 mots
  •  • 1 média

Organisé autour des œuvres phares de Pierre Boulez, l’hommage en forme d’exposition que nous propose la Philharmonie de Paris, du 17 mars au 28 juin 2015, se révèle très intelligemment conçu.Agrémenté d’un grand nombre de documents (photos, lettres, manuscrits de partitions, extraits de presse, vidéos) le parcours […] Lire la suite

RÉPONS (P. Boulez)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 288 mots
  •  • 1 média

La version initiale de Répons, de Pierre Boulez, est créée le 18 octobre 1981 au festival de Donaueschingen, sous la direction du compositeur. Avec cette pièce pour solistes, ensemble instrumental et dispositif électroacoustique, l'idée, chère au monde occidental, de l'œuvre-objet, produit fini et reproductible, est battue en brèche […] Lire la suite

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 829 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Support-espace »  : […] S'il nous a paru nécessaire de développer de telles considérations sur les « contenus acousmatiques », c'est que le très abondant répertoire de ces musiques qui s'est constitué depuis le début des années 1950 reste, sur le plan pratique, d'accès difficile. À titre d'exemple, l'acousmathèque du G.R.M. – Groupe de recherches musicales de l'Institut national de l'audiovisuel, héritier du Groupe de m […] Lire la suite

ALÉATOIRE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 301 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  L'œuvre ouverte »  : […] Le concept d'œuvre ouverte est spécifique aux compositeurs européens, qui sont inspirés par des recherches essentiellement littéraires (alors que les compositeurs américains sont surtout influencés par des recherches picturales). Des écrivains comme Stéphane Mallarmé ou James Joyce ont en effet totalement repensé la notion de forme en ne concevant plus l'œuvre dans un déroulement linéaire, avec […] Lire la suite

AMY GILBERT (1936- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 717 mots

Dans le chapitre « La composition comme processus inné »  : […] Gilbert Amy naît le 29 août 1936 à Paris. Attiré très jeune par l'architecture et la littérature, il apprend le piano sans enthousiasme excessif, avant de connaître à douze ans la révélation de la musique, lors d'un concert. Dès l'âge de treize ans, s'inspirant de Schubert, de Schumann et de Berlioz, il commence à composer, sans posséder le moindre rudiment de contrepoint ou d'harmonie, simplemen […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conception tripartite de la sémiologie musicale »  : […] Le recours aux modèles linguistiques et l'utilisation de la psychologie expérimentale reposent, comme on l'a montré, sur deux conceptions ontologiques opposées de la musique : la première la traite comme un système de formes pures, la seconde comme un objet immergé dans le vécu humain. Il y a du vrai dans les deux positions, et c'est ce que tente de démontrer la théorie tripartite de la sémiologie […] Lire la suite

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 388 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Évolution de l'atonalité »  : […] On peut discerner trois périodes principales dans l'évolution des musiques dites atonales. Dans la première, qui s'étend de 1908 environ (année où Schönberg commence à écrire ses Quinze Poèmes sur le Livre des jardins suspendus de Stefan George op. 15) à 1923 (année d'achèvement des Cinq Pièces pour piano op. 23), on peut considérer que le principe de la tonalité classique s'est trouvé complètem […] Lire la suite

BARRAULT JEAN-LOUIS (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'incarnation même du théâtre »  : […] Jean-Louis Barrault entre en théâtre à vingt ans, après avoir été l'élève de Charles Dullin, dont il apprend beaucoup, et rencontré au théâtre de l'Atelier le grand mime Étienne Decroux dont les leçons font épanouir en lui un art inné de la pantomime, qui lui donne une place particulière parmi les comédiens de son temps. Il en témoigne dès sa première mise en scène au théâtre de l'Atelier en 193 […] Lire la suite

DOMAINE MUSICAL

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 255 mots
  •  • 1 média

Le Domaine musical fut une des grandes aventures musicales du xx e  siècle : cette bouillonnante association naît en 1954 de la volonté de Jean-Louis Barrault et de Pierre Boulez. Il est alors indispensable d'offrir aux jeunes compositeurs un cadre où ils puissent s'exprimer et nouer un contact avec un public qui ignore pratiquement tout des bouleversements que connaît la musique, les organisat […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel FANO, « BOULEZ PIERRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-boulez/