Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BOULEZ PIERRE (1925-2016)

Le chef d'orchestre

Cependant, bien que toujours parallèle à l'œuvre elle-même, une sorte de « pédagogie appliquée » succède bientôt à l'expression écrite ou universitaire de la pensée théorique. Il s'agit de la direction d'orchestre.

Amené par les circonstances, en 1957, à diriger son Visage nuptial, Pierre Boulez devait, là encore, repenser fondamentalement un métier aujourd'hui intégré à son œuvre. Ses interprétations du Sacre du printemps, de l'opéra Wozzeck, et de ses propres œuvres, Doubles et Éclat, sont des événements majeurs. Cette activité de chef est souvent venue étayer la démarche du compositeur, et inversement. D'une telle escalade sont peut-être nés Doubles et Éclat ; de même que l'analyse du Sacre (Stravinsky demeure) ne pouvait s'exprimer pleinement que par l'interprétation que nous en donne Boulez.

Devant l'orchestre, là encore, point d'enseignement traditionnel reçu ni, par la suite, dispensé, mais une démythification impitoyable au profit de l'efficacité, par une réorganisation systématique du geste. Le geste se crée en fonction du résultat sonore à obtenir. Plus de chorégraphies destinées à susciter la musique auprès du public, mais un ensemble de « signes », à l'usage exclusif des instrumentistes. Le « code », si l'on peut dire, repose sur une décentralisation du geste. Au geste global, expressif et finalement de pur pléonasme, se substitue un ensemble d'informations sur l'attaque, le mètre, la dynamique, autorisant l'instrumentiste concerné à « résonner » sous une forme et à un temps précis. Dans l'interprétation des œuvres contemporaines, une totale dissociation des bras, des mains, des doigts même (libérés de la baguette), peut ainsi communiquer des superpositions de tempos différents, la relation entre tempo libre et tempo obligé, etc. Il fallait avoir inventé cette technique pour qu'une œuvre comme Éclat devînt un véritable « jeu » entre le chef et l'orchestre et qu'ainsi le « spectacle » amenât le public à une meilleure compréhension des structures. Dans la mesure où cette compréhension est liée à la trame expressive de l'œuvre, ne constitue-t-elle pas une réponse aux problèmes posés aujourd'hui par le concert public ?

Cette réponse, il la donne avec les orchestres les plus prestigieux, parmi lesquels l'Orchestre philharmonique de New York, l'Orchestre de Cleveland, l'Orchestre symphonique de Chicago, l'Orchestre symphonique de la B.B.C., l'Orchestre symphonique de Londres, l'Orchestre philharmonique de Vienne, l'Orchestre philharmonique de Berlin. Avec ces formations, Boulez « relira » pour nous Mahler, Bruckner, l'école de Vienne, Debussy, Stravinski et même Ravel.

Sous ses mains naîtront également – en dehors des siennes propres – des œuvres parmi les plus marquantes de la musique d'aujourd'hui : ... au-delà du hasard (1960), de Jean Barraqué ; Palimpsest (2002), de George Benjamin ; Mana pour grand orchestre (2005), de Christophe Bertrand ; Serenata (1957), Concerto pour deux pianos et orchestre (1973), NovissimumTestamentum (1989), KolOd « Chemins VI » (1996), de Luciano Berio ; ...agm... (1979), Six Settings of Celan (1996), de Harrison Birtwistle ; Les Eaux étroites I et II (1992, 1998), d'Antoine Bonnet ; Penthode (1985), Concerto pour clarinette et ensemble (1996), What are Years pour soprano et ensemble (2009), d'Elliott Carter ; Star-Child (1977), de George Crumb ; Modulos I (1965), de Luis De Pablo ; Cadeau (1985) de Franco Donatoni ; GlühendeRätsel (1964), de Heinz Holliger ; Allégories d'exil IV (1980), de Jacques Lenot ; Streets (2006), de Bruno Mantovani ; Sound and Fury, pour orchestre de cent neuf musiciens (1999), de Philippe Manoury ; Sept Haïkaï[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Michel FANO. BOULEZ PIERRE (1925-2016) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Pierre Boulez. - crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

Pierre Boulez.

Pierre Boulez - crédits : Siegfried Lauterwasser/ Bridgeman Images

Pierre Boulez

Autres références

  • PIERRE BOULEZ (exposition)

    • Écrit par Alain FÉRON
    • 904 mots
    • 1 média

    Organisé autour des œuvres phares de Pierre Boulez, l’hommage en forme d’exposition que nous propose la Philharmonie de Paris, du 17 mars au 28 juin 2015, se révèle très intelligemment conçu.

    Agrémenté d’un grand nombre de documents (photos, lettres, manuscrits de partitions, extraits de...

  • RÉPONS (P. Boulez)

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 287 mots
    • 1 média

    La version initiale de Répons, de Pierre Boulez, est créée le 18 octobre 1981 au festival de Donaueschingen, sous la direction du compositeur. Avec cette pièce pour solistes, ensemble instrumental et dispositif électroacoustique, l'idée, chère au monde occidental, de l'œuvre-objet, produit fini...

  • ACOUSMATIQUE MUSIQUE

    • Écrit par François BAYLE
    • 7 820 mots
    • 4 médias
    1980. Utilisation du système 4X par Pierre Boulez à l'I.R.C.A.M. (Institut de recherche et de coordination acoustique/musique) dans son œuvre Répons pour la projection/transformation du jeu des six solistes. En 1988, la Matrix 32 assurera une répartition programmée des mouvements du son dans...
  • ALÉATOIRE MUSIQUE

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 1 301 mots
    • 4 médias
    ...arrivée fixés pour toujours. Le « Livre » de Mallarmé – qui n'a ni commencement ni fin obligés et dont les pages peuvent être lues dans n'importe quel ordre – exerça ainsi une influence très forte sur Pierre Boulez, qui tenta d'en donner l'équivalent musical dans sa Troisième Sonate pour piano (1957).
  • AMY GILBERT (1936- )

    • Écrit par Alain FÉRON, Juliette GARRIGUES
    • 2 709 mots
    Sa rencontre avec Boulez, en 1956, va être décisive pour son processus compositionnel, de même que sa fréquentation des cours d'été de Darmstadt en 1958 et 1960, où il découvre Karlheinz Stockhausen et fait la connaissance de Bruno Maderna, Luigi Nono et Henri Pousseur. En 1957, sa Cantate...
  • ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

    • Écrit par Jean-Jacques NATTIEZ
    • 5 124 mots
    • 1 média
    ...« La musique est, par son essence, impuissante à exprimer quoi que ce soit [...]. L'expression n'a jamais été la propriété immanente de la musique » (I. Stravinski, 1962, p. 110). EtBoulez affirmait, sans concession : « La musique est un art non signifiant » (1961, in P. Boulez, 1985, p. 18).
  • Afficher les 20 références

Voir aussi