PHILIPPE II D'ESPAGNE (1527-1598)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si Charles Quint jouit auprès des historiens d'une réputation flatteuse, Philippe II reste un des personnages les plus discutés des Temps modernes. Pourtant jamais fils ne fut plus soucieux de continuer l'œuvre de son père, de rester fidèle à ses instructions.

Cependant les temps avaient changé. Alors que l'empereur avait longtemps espéré une réconciliation des chrétiens, désormais l'entente n'était plus possible entre catholiques et protestants. De là l'accusation de fanatisme souvent portée contre Philippe II. Mais, à quelques exceptions près, on pourrait le dire de la plupart des hommes d'État de la seconde moitié du xvie siècle. Peu différent de ses contemporains, le roi d'Espagne était profondément religieux, sûr de son bon droit et enclin à la rigueur.

Portrait de Philippe II roi d'Espagne et du Portugal, A. Sánchez Coello

Diaporama : Portrait de Philippe II roi d'Espagne et du Portugal, A. Sánchez Coello

Alonso SÁNCHEZ COELLO, Portrait de Philippe II roi d'Espagne et du Portugal, huile sur toile. Museo del Prado, Madrid. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-Images

Afficher

Les principaux traits de sa personnalité furent une grande puissance de travail au service d'une intelligence moyenne, une réelle timidité et le goût de la solitude. Bien différent en cela de Charles Quint, il se comporta en véritable Ibérique, ne parlant que le castillan et le portugais, et il ne quitta plus la Péninsule après 1559. Débarrassé du titre impérial et du guêpier allemand, maître après 1581 de deux empires coloniaux, il fut en réalité plus puissant que son père.

Il n'aimait pas la guerre, mais se laissa entraîner dans trop de conflits, en Méditerranée contre les Turcs, dans l'Atlantique contre l'Angleterre, en France contre les partisans d'Henri IV. La révolte des Pays-Bas fut la plaie inguérissable du règne. Les nécessités de la guerre obligèrent Philippe II à tripler les charges financières de la Castille. Est-ce là l'origine de la décadence ? En partie sans doute. Des recherches récentes donnent à penser que les épidémies de la fin du xvie siècle et du xviie siècle y ont contribué tout autant.

Un prince riche de plusieurs royaumes

Fils de Charles de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

Classification

Autres références

«  PHILIPPE II D'ESPAGNE (1527-1598)  » est également traité dans :

ALBE FERNANDO ÁLVAREZ DE TOLEDO duc d' (1507-1582)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 630 mots

Appartenant à une illustre famille castillane, Fernando Álvarez de Toledo, duc d'Albe, se signale de bonne heure dans les expéditions de Charles Quint sur les champs de bataille d'Europe et d'Afrique : il participe à la bataille de Pavie en 1525, puis à la conquête de Tunis en 1535 et à l'expédition d'Alger contre les Turcs en 1541. La victoire de Mühlberg, qu'il remporte avec son souverain sur le […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'empire des mers et le commerce »  : […] C'est dire que l'économie coloniale américaine vit au rythme des flottes et des convois de galions. C'est une gigantesque entreprise que la Carrera de las Indias del mar Océano , et qui met en cause une multitude d'intérêts, souvent mal accordés. Ceux de l'État et du fisc sont représentés par la Casa de la contrataci ón . Derrière le consulat des marchands de Séville, on devine plus d'une fois […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La lutte pour la maîtrise des routes de l'Atlantique »  : […] Pour les Portugais, la principale route transatlantique est celle qui longe les côtes d'Afrique et qui, par le cap de Bonne-Espérance, mène aux Indes. La route du Brésil n'est pour eux qu'un embranchement. Les Portugais n'établirent que tardivement la distinction entre vaisseaux de guerre et navires de commerce. Ils armèrent de canons leurs caraques et leurs galions afin que ces bâtiments pussen […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le soulèvement contre Philippe II »  : […] Charles Quint abdiqua à Bruxelles en 1555, laissant les Dix-Sept Provinces à son fils Philippe II. Éduqué en Espagne, ce dernier ne parlait aucune des langues nationales et ne comprenait ni l'esprit tolérant ni l'aversion pour l'absolutisme de ses sujets. Profondément catholique, Philippe II se posait en champion du concile de Trente, du centralisme à outrance et de la persécution des protestants […] Lire la suite

BOSCH JÉRÔME (1450-1460 env.-1516)

  • Écrit par 
  • Claude-Henri ROCQUET
  •  • 8 724 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fortune de l'œuvre »  : […] Bosch travaillait-il pour le clergé, ou, comme le pense Fraenger, pour la secte des Homines intelligentiae  ? Seule certitude : très tôt, ses peintures figurent chez les princes. Plus qu'aux fidèles, n'est-ce pas à l'humaniste que s'adressent les images et les spectacles de Bosch ? L'autel est moins leur destination que la bibliothèque ou l'oratoire ; ce qui expliquerait en partie certaines variat […] Lire la suite

CARLOS don (1545-1568)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 288 mots
  •  • 1 média

Prince des Asturies, fils de Philippe II, roi d'Espagne, et de Marie de Portugal. Élevé par ses tantes, les infantes doña María et doña Juana, don Carlos ou Charles d'Autriche, à de brèves exceptions près, ne vit pas son père avant l'âge de quatorze ans. En 1554, Philippe II confia son éducation à l'humaniste Honorato Juan, mais sans grand résultat. Don Carlos était en effet un enfant malade, affe […] Lire la suite

CONSEIL DES TROUBLES

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 421 mots

En août 1567, le duc d'Albe fut envoyé aux Pays-Bas comme gouverneur espagnol à la tête d'une forte armée pour rétablir l'ordre troublé par une explosion de violences iconoclastes, dues à un nombre croissant de calvinistes. Partisan d'une répression féroce, il créa le Conseil des troubles (appelé Bloedraad , ou Conseil du sang, par les Néerlandais), comprenant de grands seigneurs néerlandais fidèl […] Lire la suite

DÉFAITE DE L'INVINCIBLE ARMADA

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 224 mots
  •  • 1 média

Dans la seconde moitié du xvi e  siècle, les visées anglaises sur l'Amérique espagnole et le conflit religieux entre l'Espagne de Philippe II, champion du catholicisme, et l'Angleterre protestante d'Élisabeth I re , créent une tension entre les deux puissances qu'avive, à partir de 1572, la révolte antiespagnole aux Pays-Bas. Pour éviter l'hégémonie des Habsbourg en Europe et contrer la menace cat […] Lire la suite

EGMONT LAMORAL comte d' (1522-1568)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 430 mots

Membre de la maison d'Egmont originaire des Pays-Bas, Lamoral comte d'Egmont est surtout connu aujourd'hui par le drame que Goethe a écrit sur lui et par l'ouverture et la musique de scène composées par Beethoven pour ce drame. Dans l'histoire des Pays-Bas, il est l'un des premiers à souhaiter soustraire son pays à la tutelle étrangère. Il a servi loyalement l'Espagne au début de sa carrière. Il a […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Échec de la politique espagnole »  : […] L'histoire politique de cette période est surtout celle d'une série de revers. Néanmoins, l'Espagne resta une très grande puissance jusqu'en 1659. Philippe II avait réussi à faire l'unité de la péninsule en ceignant la couronne de Portugal (1580). Les possessions européennes comprenaient la Sardaigne, la Sicile, Naples, le Milanais, la Franche-Comté. La Belgique actuelle, confiée à l'archiduc Alb […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

31 juillet - 9 août 1993 Belgique. Mort du roi Baudouin Ier et accession au trône du prince Albert de Liège

II. Dans son allocution, il appelle ses sujets à lutter contre les « égoïsmes collectifs » et à « traduire dans les faits les nouvelles institutions », dans un esprit de « tolérance et de civisme fédéral ».  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri LAPEYRE, « PHILIPPE II D'ESPAGNE (1527-1598) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-ii-d-espagne/