BROOK PETER (1925- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « voie double »

À la même époque, à l'invitation de son directeur Peter Hall, Brook accepte de rejoindre la Royal Shakespeare Company, à condition de pouvoir se livrer à un travail de recherche sans impératif de présentation publique. Il imagine une structure autonome, intitulée Lamda theatre, au sein de laquelle s'amorce une importante investigation sur le langage de l'acteur. Aventure de laboratoire qui débouchera sur une présentation célèbre de textes non théâtraux ou de fragments réunis sous l'intitulé « artaudien », Le Théâtre de la cruauté. Dans cet esprit, Brook met en scène, en 1964, Marat-Sade de Peter Weiss, où il s'attaque à la question des rapports entre la politique et la folie. Ce spectacle laisse entrevoir l'intérêt qu'il accordera plus tard aux problèmes de la maladie mentale.

Peter Brook, dans ces années d'effervescence, montre un vif intérêt pour le « théâtre documentaire » ; il met en scène, à Paris, Le Vicaire (1963) de Rolf Hochhuth, qui provoque un énorme scandale en dénonçant le silence du Vatican durant la Seconde Guerre mondiale, et organise une lecture de l'Instruction (1965) de Peter Weiss, une évocation des camps de concentration. Dans la même voie, le spectacle US (1966), qui condamne la guerre du Vietnam, est réalisé à base d'entretiens avec les gens de la rue. Cependant, alors qu'il semble attacher sa réflexion au monde contemporain, à la surprise générale, il met en scène une pièce ancienne, oubliée, jamais jouée, Œdipus rex (1968) de Sénèque, qu'il traite avec une sobriété tragique, austère et rituelle. En homme de contrastes, Peter Brook confirme ainsi son attrait pour « la voie double ».

Brook réalise deux films à partir de ses spectacles : Marat-Sade (1967) et Le Roi Lear (1971). Puis il publie L'Espace vide (1968), livre organisé en quatre parties (le « Théâtre mortel », le « Théâtre sacré », le « Théâtre brut » et le « Théâtre immédiat ») et qui connaîtra un énorme retentissement parmi les praticiens d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Sa Majesté des mouches, film de Peter Brook (1963)

Sa Majesté des mouches, film de Peter Brook (1963)
Crédits : Two Arts/ CD/ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie

Battlefield, mise en scène de Peter brook et Marie-Hélène Estienne

Battlefield, mise en scène de Peter brook et Marie-Hélène Estienne
Crédits : Caroline Moreau

photographie





Écrit par :

  • : professeur d'études théâtrales à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  BROOK PETER (1925- )  » est également traité dans :

BATTLEFIELD (mise en scène P. Brook et M.-H. Estienne)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 000 mots
  •  • 1 média

Il est l’homme de l’espace vide. Du plateau nu, débarrassé de tout accessoire ou décor, à l'exception, parfois, d'un arbre, d'une chaise, d'un tapis. À 90 ans, Peter Brook demeure le grand maître d’un théâtre où le réel naît de l’imaginaire, où la vérité surgit de l’illusion. Un théâtre surtout fondé sur le jeu de l’acteur et capable, par sa seule force, […] Lire la suite

HAMLET (mise en scène P. Brook)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 070 mots

« Qui est là ? ». C'est la première réplique d'Hamlet. C'était aussi le titre du travail de recherche présenté, il y a trois ans, par Peter Brook. « Qui est là », sur cette scène ? Et qu'est-ce qui est là ? Du théâtre, des corps, un corps en mouvement surtout, des mots proférés, une langue, un souffle, une intrigue. Et, comme le souli […] Lire la suite

OUBLIER LE TEMPS (P. Brook)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 080 mots

DansOublier le temps (Seuil, Paris, 2003), initialement publié en anglais sous le titre Threads of Time (1998), Peter Brook retrace le parcours qui l'a conduit à devenir un metteur en scène connu et admiré dans le monde entier. Pour lui, « succès et argent ne valent pas la peine d'être atteints ». Par contre, il se […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Révolte et récupération »  : […] La vieille tradition – celle d'avant 1956, à laquelle Somerset Maugham reprochait amèrement sa « vraisemblance de soirée mondaine » – est loin d'être morte. Après la première « vague » apparaissent en effet, vers 1967, des auteurs qui renouent avec elle. Quand bien même ils essaient de la subvertir, le renouvellement se borne souvent à substituer au « bon goût » requis un certain « mauvais goût », […] Lire la suite

DIOP BIRAGO (1906-1989)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 302 mots

Les morts ne sont pas sous la terre : / ils sont dans l'arbre qui frémit, / ils sont dans le bois qui gémit, / ils sont dans l'eau qui coule, / ils sont dans l'eau qui dort, / [...] les morts ne sont pas morts. Ces vers souvent récités, où se condense le vieil animisme africain, ont fait de l'œuvre de Birago Diop l'une des plus populaires de la littérature négro-africaine de langue française. Ce […] Lire la suite

GIELGUD ARTHUR JOHN (1904-2000)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 739 mots

Né le 14 avril 1904, fils de financier, annobli en 1953, sir Arthur John Gielgud grandit dans le quartier huppé de Kensington. Son père aurait aimé qu'il suive ses traces. Mais, en digne descendant, par sa mère, d'une lignée ininterrompue d'acteurs depuis le xviii e  siècle et en cousin d'Edward Gordon Craig, il se découvre très vite une vocation : le théâtre. Inscrit à dix-sept ans dans le cours […] Lire la suite

KOUYATÉ SOTIGUI (1936-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 371 mots

Acteur et dramaturge d'origine malienne, Sotigui Kouyaté fut l'un des comédiens les plus respectés d'Afrique de l'Ouest. Il s'est fait connaître du public occidental pour avoir incarné le sage Bhishma dans l'adaptation du Mahabharata que donna Peter Brook, avec la collaboration de Jean-Claude Carrière, au festival d'Avignon 1985 (le spectacle sera adapté au cinéma en 1989). Son dernier rôle marqu […] Lire la suite

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le metteur en scène comme « passeur » »  : […] Par réaction contre les éléments réalistes induits par les transpositions, certains metteurs en scène vont partir en quête d'épure. C'est le cas notamment de Robert Wilson qui, depuis son fameux spectacle Le Regard du sourd (1971), s'est créé un monde hiératique et coloré, rituel imposé à d'innombrables œuvres, des grandes pièces de théâtre aux opéras-rock de Lou Reed, sans oublier l'opéra, auque […] Lire la suite

THÉÂTRE DES NATIONS

  • Écrit par 
  • Colette GODARD
  •  • 956 mots

Dans la période de reconstruction qui suivit la Seconde Guerre mondiale, la nécessité apparut à certains d'être plus que jamais solidaires du reste du monde : la connaissance des cultures étrangères était une des conditions de cette solidarité. Aman Maistre-Julien et Claude Planson eurent alors l'idée d'accueillir à Paris des troupes et des spectacles étrangers et ils obtinrent l'aide financière d […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Notre temps »  : […] L'âge d'or de la mise en scène touche à sa fin au début des années 1950. Par une sorte de paradoxe, il s'achève avec l'explosion de trois actions révolutionnaires qui vont retentir sur toute cette décennie : le théâtre épique (dramaturgie et scénographie) de Brecht, le Bayreuth de Wieland et Wolfgang Wagner, la mise en scène vilarienne à Avignon et à Chaillot. Trois événements considérables et de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges BANU, « BROOK PETER (1925- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-brook/