WEISS PETER (1916-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de Peter Weiss, écrivain germano-suédois, reste attaché à son théâtre documentaire. Ce dernier, d'inspiration marxiste, dérive en partie de l'expérimentalisme des années 1920 ; il connut son heure vers la fin des années 1960 en République fédérale d'Allemagne, à côté des tentatives parallèles d'un Kipphardt ou d'un Hochhuth. Sa force s'alimente à sa fragilité même : la prise de parti à laquelle il convie n'ignore rien des angoisses de la subjectivité moderne, en particulier de ce sentiment d'exil engendré par l'opacité sanglante du monde et la prolifération des mécanismes répressifs. L'Esthétique de la résistance, vaste somme romanesque avec laquelle s'achève l'œuvre de Peter Weiss, révèle par son seul titre le ressort moral de celle-ci ; elle en fournit aussi la formule théorique.

Né en 1916 près de Berlin, Peter Weiss fuit le nazisme avec ses parents et, après un périple de plusieurs années, s'installe en Suède en 1939. Il y demeurera jusqu'à sa mort, mais en se considérant toujours comme une sorte d'apatride involontaire, voué à l'émigration dans un monde inhabitable, dans un univers en morceaux, dont Berlin, la ville divisée, reste à ses yeux le symbole aussi fascinant que répulsif.

Ce sentiment des ruines l'accompagne depuis longtemps et imprime sa marque à ses débuts artistiques. La première exposition picturale et graphique de Peter Weiss en 1935, dans un garage londonien, sa première pièce de théâtre La Tour, montée à Stockholm en 1948, son premier récit romanesque, L'Ombre du corps du cocher, achevé en 1952 mais édité en 1960 seulement à Francfort, traduisent en visions problématiques toute une apocalypse intérieure. Et si Peter Weiss recourt volontiers aux techniques expérimentales du découpage et du collage, reprises des avant-gardes dadaïstes ou surréalistes des années vingt, c'est qu'elles répondent exactement à un certain état de dissociation intime. L'agencement plus ou moins aléatoire de fragments précis mais disparates auxquels elles aboutissent produit d'une part un effet de rébus, et d'autre part un effet de choc, propre à susciter le réveil qui dissipera les fantasmes nocturnes. Les récits biographiques succédant immédiatement à L'Ombre du corps du cocher, à savoir Adieu aux parents (1961) et Point de fuite (1962), amorcent justement la sortie du cauchemar : ce sont comme les embryons d'un roman d'apprentissage destiné à remettre sur ses pieds le « roman familial » dont parla Freud. Ainsi se dégage la voie qui mène conjointement à la réalité objective et à l'autonomie personnelle. Mais cette voie n'est pas toute tracée. Elle implique chez Peter Weiss une révolution permanente.

Au terme d'un premier parcours, Peter Weiss reconnaît l'instance politique comme l'instance déterminante qui conditionne la venue à soi et au monde. Mais chez lui, qui a une conscience aiguë du chaos dominant tant dans le domaine de l'histoire qu'au sein même de la personne, la prise de parti garde quelque chose de tendu, et même d'héroïque, sans avoir jamais rien de triomphal en tout cas. Sa stratégie résulte d'un retournement paradoxal qui consiste à faire de sa souffrance une arme. Sous cet angle, ce qu'il écrit du peintre Nemés dans ses Carnets de notes (1971-1980) rend compte assez exactement de sa propre démarche, esquissée très tôt : « Ce peintre, écrit-il, a dès ses débuts connu l'éclatement des formes de l'existence [...] ; je serais tenté d'appeler action héroïque son travail pictural, car ce qu'il entreprend revient à affronter la destruction justement avec les blessures occasionnées par l'énorme rage de détruire [...] C'est avec les morceaux, avec les éclats [...] qu'il engage le combat contre les dévastations. »

La Persécution et l'assassinat de Jean-Paul Marat représentés par le groupe théâtral de l'hospice de Charenton sous la direction de Monsieur de Sade (1964) ouvre la série des grandes pièces de Peter Weiss. On ose à peine déjà qualifier celle-ci de documentaire, tant est vertigineuse la complexité de son organisation : le document historique daté de 1793 interfère avec le psychodrame asilaire situé en 1808, sous l'Empire, l'un et l'autre nourrissant, à un troisième niveau, une controverse philosophique entre Marat et Sade qui interpelle presque directement le public contemporain. L'intrigue et les caractères sont dissous et laissent place au jeu des pulsions, des forces et des voix. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WEISS PETER (1916-1982)  » est également traité dans :

ALLEMAND THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 8 424 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le « théâtre documentaire » »  : […] La naissance d'un théâtre vigoureusement opératoire, dans la R.F.A. des années 1960, est cependant moins liée au nom de Brecht qu'à celui de Piscator (1893-1966), qui a recommencé des mises en scène ponctuelles en R.F.A. dès 1951 ; son Guerre et Paix (1955) au Schillertheater de Berlin-Ouest fait date. Il plaide désormais pour un théâtre « confessant » ( Bekenntnistheater , où Bekenntnis s'appar […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « 1965-1970 : le temps des révoltes »  : […] La génération née pendant ou après la guerre commence en effet à reprocher sa tiédeur à la littérature installée. Avec l'entrée du Parti social-démocrate (SPD) dans la Grande Coalition en 1966, le « réalisme critique », souvent assez proche de ce parti, se trouve en porte à faux, tandis que les grands mouvements parcourant les pays occidentaux favorisent ici une révolte qui se manifeste dans deux […] Lire la suite

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les raisons d'une dissolution »  : […] De ses deux exigences initiales, politique et littéraire, le Groupe 47 n'a réalisé vraiment que la seconde et très largement manqué la première. En effet, il ne parvient pas – mais le pouvait-il ? – à infléchir de manière décisive l'évolution de la société ouest-allemande. Il en prend conscience assez vite. Très tôt, sur ce point, la résignation s'installe dans ses rangs. Il est vrai que le contex […] Lire la suite

LA PERSÉCUTION ET L'ASSASSINAT DE JEAN-PAUL MARAT, Peter Weiss - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 928 mots

La Persécution et l'assassinat de Jean-Paul Marat représentés par le groupe théâtral de l'hospice de Charenton sous la direction de Monsieur de Sade , pièce en deux actes et trente-trois tableaux du dramaturge allemand Peter Weiss (1916-1982), fut rédigée en 1963 et remaniée l'année suivante. La première représentation eut lieu en avril 1964 au Schiller-Theater de Berlin, dans une mise en scène d […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le nouveau théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard DORT
  •  • 5 456 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une autre contestation »  : […] Vers 1960, alors que Beckett et Ionesco commençaient à être joués sur toutes les scènes du monde et faisaient l'objet d'innombrables commentaires, peu ou prou universitaires (américains, notamment), le « nouveau théâtre » des années 1950 était bel et bien mort. Il avait sans doute rempli sa tâche : celle d'un « déconditionnement » de la dramaturgie bourgeoise héritée du xix e  siècle et un peu fro […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe IVERNEL, « WEISS PETER - (1916-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-weiss/