PÉNITENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pénitence peut n'être qu'expiatoire et renvoyer aux religions qui apaisent la culpabilité à l'aide de rites piaculaires. Si l'on en croit René Girard (La Violence et le sacré, Paris, 1972), le premier sacrifice de la première victime surgit d'un état de violence qui n'est surmonté que lorsque les membres du groupe s'entendent pour désigner un coupable ; en mourant, celui-ci efface leurs torts, parce qu'il pourvoit, en vertu du choix commun, à la réconciliation commune. Ce genre d'explication universalise le trait rituel du bouc émissaire. Il éclaire assurément l'un des mécanismes psychosociologiques d'expulsion de la faute. Mais il n'élucide ni l'angoisse diffuse de culpabilité, ni le sentiment du péché, qui n'est pas simple infraction morale, ni le genre de regret qui anime la repentance et qui vise à contrebalancer l'irréversibilité des actes. Il élucide encore moins l'un des constituants de la pénitence, qui est la croyance au pardon, à la rentrée en grâce.

Une explication psychanalytique serait un complément opportun : elle interpréterait l'ambivalence des sujets en face du sacré, elle justifierait la confession comme technique de l'aveu, et elle rangerait dans les conduites de deuil soit la morosité du remords, soit la contre-exaltation de la coulpe heureuse, de la chute qui se change en voie de salut. Il est probable que les religions évoluées, celles qui n'en restent pas à un dolorisme pénitentiel, celles qui se recommandent du pur amour, ne peuvent arracher la conscience de péché ni aux complexes ni aux mythes.

C'est un fait, cependant, que la culpabilité n'est prise en charge par la religion que déjà graciée, comme le mal en général, comme la souffrance, comme les déficits de l'existence ne lui sont intégrés que déjà surmontés, comblés, retournés en espérance. Sous ce rapport, la religion s'invente elle-même comme affirmation que rien n'est jamais perdu, qu'il y a une issue, une ouverture possibles, en dépit de tout le négatif. C'est pourquoi la pénitence n'est religieuse, n'échappe à ses propres équivoques que si elle transforme le souvenir en avenir (ce qui n'est pas sans présenter quelque analogie avec la cure analytique).

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  PÉNITENCE  » est également traité dans :

ALAIN DE LILLE (1128-1203)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 1 043 mots

Né à Lille, élève de Bernard Silvestre à Chartres, Alain étudie dans la mouvance de Gilbert de la Porrée ; il devient maître ès arts, puis maître en théologie à Paris, avant d'enseigner à Montpellier ; parvenu au sommet de la gloire, il suit l'exemple de son ami Thierry de Chartres et entre comme convers à Cîteaux, où il meurt. On le surnomme « le Docteur universel », parce que, disait-on, « il sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-de-lille/#i_35143

CARÊME

  • Écrit par 
  • Robert CABIÉ
  •  • 495 mots

Temps qui, dans toutes les Églises chrétiennes, est réservé à la préparation de Pâques, et s'étend du mercredi des Cendres à la messe du soir du jeudi saint. Le carême (en latin populaire, quaresima  ; en latin classique, quadragesima [ dies ], « le quarantième » [jour avant Pâques] ) dure en principe quarante jours (comptés à l'ép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/careme/#i_35143

FLAGELLANTS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 024 mots

Bien que la flagellation comptât parmi les pratiques de macération jadis admises par l'Église, il faut attribuer aux espérances millénaristes (fondées sur la valeur prophétique attribuée par Joachim de Flore à l'année 1260) l'extension collective du phénomène d'autopunition et ses prétentions chiliastiques. L'idée d'une apocalypse imminente et de l'avènement d'un royaume des saints, largement répa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flagellants/#i_35143

INDULGENCES

  • Écrit par 
  • Jean PASSICOS
  •  • 360 mots

Terme qui, à l'origine, désignait la remise d'une pénitence publique imposée par l'Église, pour une durée déterminée, après le pardon des péchés. À la suite d'une lente élaboration, la notion d'indulgence en est venue à signifier aujourd'hui une intercession particulière auprès de Dieu accordée par l'Église en vue de la rémission totale ou partielle de la réparation (ou peine temporelle) qu'on doi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indulgences/#i_35143

LES AVEUX DE LA CHAIR (M. Foucault) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Arianna SFORZINI
  •  • 1 108 mots

Dans le chapitre « Un changement de perspective »  : […] Cette étude provoque au moins deux inflexions majeures dans le trajet philosophique de Foucault : à partir du travail autour du pastorat, elle enrichit sa conception du pouvoir en permettant l’élaboration de la notion de « gouvernementalité » entendue comme manière de « conduire la conduite des autres » ; à partir du travail autour des rituels canoniques de pénitence et des règles monastiques de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-aveux-de-la-chair/#i_35143

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Vivre à la lumière de l'Évangile »  : […] «  L'expérience seule fait le théologien », déclare Luther. Ou encore : « C'est en vivant, c'est-à-dire en mourant et en étant déclaré coupable qu'on devient théologien, et non en réfléchissant, en lisant ou en spéculant. » Ces deux brèves citations dévoilent clairement le lieu de la réflexion de Luther : il s'agit d'une théologie en prise sur la vie, ancrée dans l'expérience vécue, saisie comme u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_35143

MERCREDI DES CENDRES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 308 mots

Fête chrétienne mobile selon la date de Pâques, le mercredi des Cendres est célébré dans une période allant du 4 février au 11 mars, soit une quarantaine de jours avant le dimanche de Pâques. Le mercredi des Cendres est le premier jour du carême. La durée de cette période de jeûne variait au début de l'ère chrétienne. Son commencement fut finalement fixé à six semaines, soit quarante-deux jours a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercredi-des-cendres/#i_35143

PÈLERINAGES & LIEUX SACRÉS

  • Écrit par 
  • Alphonse DUPRONT
  •  • 22 742 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'espace pèlerin »  : […] Aller, c'est la pulsion première de la geste pèlerine, dans une tension qui n'implique pas consciemment le retour, même si celui-ci demeure implicite et prévu avant l'aventure entreprise. Cela donne au pèlerinage, dans la conscience collective, la gravité et la solennité d'un départ. En ce sens qu'au commencement, ainsi que dit le mot, il y a détachement, éloignement, physiquement et mentalement r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelerinages-et-lieux-sacres/#i_35143

PÉNITENCE SACREMENT DE

  • Écrit par 
  • Robert CABIÉ
  •  • 682 mots

L'un des sept sacrements, la pénitence célèbre la conversion et la réconciliation avec Dieu des fidèles qui, après le baptême, se reconnaissent pécheurs. Depuis ses origines, l'Église s'est sentie investie de cette mission, mais elle l'exerça selon des modalités diverses au cours des âges. On réserve d'abord la pénitence à ceux qui ont commis des fautes particulièrement scandaleuses (apostasie, me […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacrement-de-penitence/#i_35143

TERTULLIEN (155 env.-env. 225)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude FREDOUILLE
  •  • 3 943 mots

Dans le chapitre « Traités concernant la « discipline » »  : […] Par « discipline » ( disciplina fidei ), Tertullien entend les règles qui doivent guider la vie morale du chrétien, mais aussi la doctrine sacramentaire et ecclésiologique, tandis que la « règle de foi » ( regula fidei ) récapitule l'essentiel de la Révélation. Les écrits sur la discipline tiennent une grande place dans l'ensemble de son œuvre, mais il c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tertullien/#i_35143

TIERS ORDRES

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 956 mots

Forme d'agrégation de personnes du monde à un grand ordre religieux. Il faut en chercher l'origine, antérieurement à l'apparition des ordres mendiants, dans le genre de vie des « pénitents », hommes ou femmes, célibataires ou mariés, qui, par le port d'un habit spécial, une pratique régulière de la prière, une plus stricte observance en matière d'abstinence et de jeûnes, le renoncement aux fêtes m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tiers-ordres/#i_35143

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « PÉNITENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/penitence/