FLAGELLANTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien que la flagellation comptât parmi les pratiques de macération jadis admises par l'Église, il faut attribuer aux espérances millénaristes (fondées sur la valeur prophétique attribuée par Joachim de Flore à l'année 1260) l'extension collective du phénomène d'autopunition et ses prétentions chiliastiques. L'idée d'une apocalypse imminente et de l'avènement d'un royaume des saints, largement répandue dans les mouvements de pauvreté volontaire, découvre dans la pénitence et l'expiation une façon de s'identifier au Christ et aboutit rapidement à un sentiment de perfection et de salut qui ne s'embarrasse plus de l'Église et de ses rites. Les processions de flagellants apparaissent à Pérouse en 1260 pour se propager jusqu'en Lombardie et au sud de Rome. La peste, les récentes famines et l'interminable affrontement des guelfes et des gibelins qui ensanglantait les cités avaient accrédité la fable de la fin du monde et incité les victimes à tourner en vertu exemplaire et élective la misère dont le sort les accablait. Les plus déshérités voyaient dans la mortification le signe d'une rédemption qui, des derniers, les élèverait, selon la formule biblique, au rang des premiers.

Dans les années 1261 et 1262, le mouvement des flagellants franchit les Alpes, gagne l'Allemagne du Sud et la Rhénanie, accentuant son caractère populaire, anticlérical et messianique. Dès lors, participer à une procession, dont la durée, de trente-trois jours et demi, rappelle l'âge du Christ, suffit pour assurer l'impeccabilité et une perfection qui récuse l'Église et la nécessité des sacrements. Dès 1262, les interdictions tentent vainement d'enrayer le mouvement. Alors qu'il semble s'éteindre de lui-même, la peste noire lui apporte en 1348-1349 une impulsion nouvelle. L'hystérie processionnelle se déchaîne avec d'autant plus de vigueur qu'elle passe pour détourner la colère divine. Des groupes errants, drainant de cinquante à m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FLAGELLANTS  » est également traité dans :

ÉPIDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 16 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Répercussions psychologiques »  : […] Une telle saignée ne fut pas sans conséquences. Psychologiques d'abord. De même qu'au xi e  siècle, devant les mortalités dont on ignorait les causes et les remèdes, les hommes virent dans cette hécatombe l'expression du courroux du Ciel. Pour conjurer le fléau se développèrent donc des rites de pénitence collective, parmi lesquels les procession […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidemies/#i_20873

MILLÉNARISME

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 3 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du christianisme primitif au Moyen Âge occidental »  : […] Le millénarisme, très vivace dans le christianisme des premiers siècles, était professé aussi bien par des « orthodoxes », tels Irénée de Lyon à la fin du ii e siècle et Hippolyte de Rome au début du iii e siècle, que par des « hérétiques » comme les montanistes, d'origine phrygienne, et, déjà à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/millenarisme/#i_20873

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « FLAGELLANTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/flagellants/