VERLAINE PAUL (1844-1896)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le génie ne fait ni l'ange ni la bête. Il se mesure à l'homme. Du « Socrate morne » et du « Diogène sali », qui tient « du chien et de l'hyène », au « meilleur poète de son temps », « un poète comme pas deux dans un siècle », Verlaine occupe une place enviable. Pourtant il n'est ni Orphée ni le chien qui retourne à son vomissement. Il est homme, avec ses faiblesses et sa complexité, et sa couronne de lauriers, parfumée à la « menthe » et au « thym » et macérée dans l'absinthe. Si son œuvre se situe sous le signe de la gloire, sa vie s'inscrit sous celui de Saturne et comporte « bonne part de malheur et bonne part de bile ». De l'homme, Pauvre Lélian a connu toutes les défaillances et toutes les tristesses, tous les espoirs et tous les déboires. Il nous a livré son cœur, assoiffé de tendresse et meurtri par les déceptions ; et sa poésie y tient tout entière. C'est pourquoi ses vers émettent ce grand son humain où se reconnaît le véritable génie, cet « ardent sanglot » qui seul a le don de nous toucher et de nous émouvoir.

Paul Verlaine, E. Carrière

Paul Verlaine, E. Carrière

photographie

Eugène CARRIÈRE, Paul Verlaine, huile sur toile. Musée d'Orsay, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Les intercesseurs

La publication des cinq premiers recueils de Verlaine, des Poèmes saturniens (1866) à Sagesse (1881), c'est-à-dire la partie la plus belle et la plus originale de son œuvre, ne souleva aucun enthousiasme chez le public et laissa la critique plutôt froide, sinon hostile. On reprocha à l'auteur sa tendance à l'affectation et à l'outrance, son goût de la bizarrerie prosodique et de la désarticulation du vers. On rechercha surtout les filiations et les influences ; on trouva chez lui des reflets de Victor Hugo, d'Alfred de Musset, de Ronsard, de cent autres ; on le traita de « Baudelaire puritain »... Personne ne saisit sa véritable originalité ; personne ne devina le drame intérieur dont elle était l'expression, ni les efforts du poète pour en camoufler les manifestations sous une façade d'impersonnalité pudique.

Il est certain qu'aucun écrivain ne fut plus sensible que lui aux influences du milieu et du moment, plus « perméable » aux courants littéraires et aux lectures de toutes sortes. Mais cette « porosité », qui lui permit de former le substratum d'une riche culture litt [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VERLAINE PAUL (1844-1896)  » est également traité dans :

PARALLÈLEMENT, Paul Verlaine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 062 mots
  •  • 1 média

Paul Verlaine (1844-1896) publie Parallèlement à Paris, chez Léon Vanier, en 1889. Ce sera l'un des derniers grands recueils du poète, qui n'a plus que sept ans à vivre. Réduit à une misère noire depuis la mort de sa mère, trois ans plus tôt, détruit par l'alcool, il multiplie les séjours dans les hôpitaux. Sa poésie est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parallelement/#i_6392

POÈMES SATURNIENS, Paul Verlaine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hédi KADDOUR
  •  • 1 024 mots
  •  • 1 média

Ce premier recueil de Verlaine (1844-1896), publié chez Lemerre en 1866, est placé sous le signe de l'astrologie. Ne nous y trompons pas cependant : si Verlaine « croit » à l'astrologie, c'est en écrivain, et comme à une productive illusion. Dès le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poemes-saturniens/#i_6392

ARTS POÉTIQUES, notion de

  • Écrit par 
  • Filippo D' ANGELO
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « Une codification de la parole littéraire »  : […] qu'elle prenait chez Horace et Boileau, pour désigner les poèmes où ils essayaient de condenser leur conception de la poésie (il suffit de penser au célèbre Art poétique de Verlaine) ; mais cette signification a été aussi exploitée par la critique, qui parle d'« art poétique » à propos des poèmes où est défini un programme esthétique, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques-notion-de/#i_6392

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 164 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Un dialogue renouvelé entre le texte et l'image »  : […] de Parallèlement, dialogue entre un texte de Paul Verlaine et des illustrations de Pierre Bonnard, publié en 1900. Cette œuvre est considérée comme le premier livre de peintre porteur de modernité. La lithographie fait son intrusion dans le champ de la bibliophilie qui prône d'ordinaire l'usage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illustration/#i_6392

NOUVEAU GERMAIN (1851-1920)

  • Écrit par 
  • Alain PETIT
  •  • 1 528 mots

Dans le chapitre « Une quête spirituelle ou un naufrage ? »  : […] Nouveau se lie avec Verlaine, publie ses premières œuvres sous le pseudonyme de Néouvielle. Il a un emploi fixe d'expéditionnaire au ministère de l'Instruction publique, collabore au Figaro, au Gaulois. En 1883, il part pour Beyrouth, d'où il rapportera les Sonnets du Liban. De retour à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germain-nouveau/#i_6392

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modernité et altérité »  : […] de l'accentué et du non-accentué, comme le fait par ailleurs la réhabilitation par Verlaine des mètres impairs ; elle détruit surtout la concordance entre les articulations du vers et celle de la phrase. La règle classique qui proscrivait l'enjambement avait certes été déjà assouplie, mais les rejets et contre-rejets eux-mêmes isolaient des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_6392

RIMBAUD ARTHUR

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 5 067 mots

Dans le chapitre « Une saison en enfer »  : […] dangereuse, mais investie des plus fabuleux pouvoirs ou, du moins, le prétendant. Il serait mal venu de refuser d'y voir Verlaine d'une part, de l'autre Rimbaud, d'autant plus que l'Alchimie du verbe, pendant littéraire de ce premier délire « existentiel » et conjugal, citera des poèmes indubitablement écrits par Rimbaud. « Je […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-rimbaud/#i_6392

RIMBAUD ARTHUR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 554 mots

Décembre 1871 Collabore à l'Album zutique, participe avec Verlaine aux dîners des « Vilains Bonshommes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rimbaud-reperes-chronologiques/#i_6392

SONNET

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 042 mots

Poème à forme fixe de quatorze vers répartis en quatre strophes, le sonnet tient dans la littérature européenne, et notamment française, une place extrêmement importante. On sait qu'« un sonnet sans défaut vaut seul un long poème » (Boileau), et qu'il suffit d'un sonnet pour rendre célèbre un écrivain (Arvers) ou pour ridiculiser un personnage de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonnet/#i_6392

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 890 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Représentation de l'écrivain »  : […] de l'écrivain dans le symbolisme futur. On les trouve par exemple dans Les Poètes maudits de Verlaine (1884) ou dans le regard que la même année, dans À rebours, Des Esseintes, le personnage de Huysmans, porte sur eux ; ou encore dans le premier numéro des Taches d'encre (nov. 1884). Ce sont d'abord des noms : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_6392

UNE SAISON EN ENFER, Arthur Rimbaud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hédi KADDOUR
  •  • 1 055 mots

de septembre 1886. À cette dramatisation du sort réservé à l'édition s'ajoute celle des conditions dans lesquelles le texte fut écrit. Rimbaud en entreprit la rédaction au cours de sa liaison avec Verlaine, et ce n'est qu'après leur violente rupture à Bruxelles qu'il acheva son travail, à Roche, auprès de sa mère. Il avait alors dix-neuf ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/une-saison-en-enfer/#i_6392

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges ZAYED, « VERLAINE PAUL - (1844-1896) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-verlaine/