Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RIMBAUD ARTHUR (1854-1891)

L'extraordinaire célébrité de Rimbaud, l'évidente propagation d'un mythe que sa vie et son œuvre semblent avoir favorisé empêchent souvent d'estimer réellement ce qu'il fut. Provoquant les admirations les plus sincères et les plus opposées (Claudel et les surréalistes), parfois même l'idolâtrie, il a pu donner lieu également à des jugements suspicieux, parmi lesquels, au premier chef, celui d'Etiemble, observateur scrupuleux du mythe, mais détracteur souvent partial du poète.

Mieux vaut le restituer à son trajet inventif, conclu – on ne le sait que trop – par une distance prise vis-à-vis de la littérature qui d'ailleurs n'empêchera pas Rimbaud de poursuivre l'aventure de la fiction sous la forme de l'aventure géographique, ce qui marque de sa part moins de contradiction qu'on n'a bien voulu le croire.

L'appel des lointains

Arthur Rimbaud, É. Carjat - crédits : Bettmann/ Getty Images

Arthur Rimbaud, É. Carjat

Né à Charleville en 1854, Rimbaud>, fort tôt, dut constater l'absence de son père, militaire de carrière, qui s'était séparé de sa mère, Vitalie Cuif, une paysanne de Roche, alors qu'il n'avait que six ans. L'étroit milieu carolomacérien, où Mme Rimbaud fait figure de personnalité revêche et rigoriste, où l'enseignement du collège est dispensé par un personnel mêlé de laïcs et de prêtres, constitue le monde où il doit vivre. Il découvre alors le superbe antidote de la poésie par le biais d'exercices scolaires tout d'abord, notamment de compositions en vers latins où il excelle par son savoir et son invention : ce seront ses premiers textes publiés, dans le Bulletin de l'académie de Douai. Les recueils poétiques qu'on lui prête ou qu'il vole, les récents fascicules du Parnasse contemporain lui révèlent bientôt un autre univers. Théodore de Banville, Gautier, Leconte de Lisle, autant de modèles qu'il admire et saura démarquer avec toute la vivacité de son génie, cependant que Hugo reste encore pour lui un inévitable sommet, dont il rejette l'emphase, mais retient la fantasia verbale. Déjà, parmi toutes ces voix, il entend celle qui, irrésistiblement, l'appelle : l'étrangeté maléfique de Baudelaire. En 1870, l'heure est venue pour lui d'entrer plus avant en poésie, d'autant qu'un jeune professeur de vingt et un ans, Georges Izambard, assure maintenant les cours de littérature en classe de rhétorique. Confident et lecteur, Izambard donne son avis, encourage, éveille cet esprit hors du commun. Rimbaud, qui n'a pas seize ans, n'hésite pas à s'adresser au plus illustre Parnassien, Banville, auquel il envoie en mai une longue lettre et trois poèmes : Ophélie, un tableau de genre ; Sensation, deux quatrains où s'annonce son sens du vagabondage ; Credo in unam surtout, une sorte de grand manifeste en faveur du paganisme et de la traditionnelle beauté antique. Si l'envoi ne lui vaut pas encore de figurer dans une des livraisons du Parnasse, il n'en persiste pas moins à écrire, cherchant sa voie, mais se sentant déjà soulevé par une révolte de vie. De cœur, Rimbaud appartient aux antibonapartistes. Il lit La Lanterne de Rochefort, rime avec acrimonie son Forgeron tout à la gloire de la « crapule ». Cependant montent en lui, en même temps que cette révolte, les désirs sensuels ; des pièces charmantes le montrent amoureux d'espiègles fillettes. Mais dans ce lot brille déjà la très offensive Vénus anadyomène qui ne sort plus de la mer comme celle de Bouguereau, mais d'une baignoire, « Belle hideusement d'un ulcère à l'anus ». Le sarcasme fait tout naturellement partie de son langage, et il commence à camper toute une série de grotesques – bourgeois de À la Musique, ecclésiastiques d'Un cœur sous une soutane.

Portée par les événements, sa colère trouve un aliment tout frais dans la politique[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de lettres classiques, docteur d'État, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, professeur de littérature française à l'université de Nantes

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Arthur Rimbaud, É. Carjat - crédits : Bettmann/ Getty Images

Arthur Rimbaud, É. Carjat

Autres références

  • CAHIERS DE DOUAI (A. Rimbaud) - Fiche de lecture

    • Écrit par Yves LECLAIR
    • 836 mots
    • 1 média

    Les Cahiers de Douai d’Arthur Rimbaud (1854-1891) désignent les deux liasses manuscrites que le lycéen d’à peine seize ans, après ses deux fugues et son séjour à Douai en septembre-octobre 1870, aurait confiées à Paul Demeny, poète et copropriétaire d’une maison d’édition parisienne, La Librairie Artistique....

  • DERNIERS VERS, Arthur Rimbaud - Fiche de lecture

    • Écrit par Yves LECLAIR
    • 926 mots

    Vraisemblablement composés, pour la plupart, entre février-mars et juillet 1872, les Derniers Vers ne constituent pas un recueil élaboré par Arthur Rimbaud (1854-1891). Dans  « Alchimie du verbe » (Une saison en enfer, 1873) le poète cite certains d'entre eux, remettant à distance « l'histoire...

  • ILLUMINATIONS, Arthur Rimbaud - Fiche de lecture

    • Écrit par Hédi KADDOUR
    • 1 071 mots
    • 1 média

    Les Illuminations furent publiées en octobre 1886 par les éditions de La Vogue, après publication dans la revue du même nom, de mai à juin 1886. En 1887, le critique et écrivain Félix Fénéon qui avait procuré l'édition en souligna l'importance dans Le Symboliste, disant que ce...

  • UNE SAISON EN ENFER, Arthur Rimbaud - Fiche de lecture

    • Écrit par Hédi KADDOUR
    • 1 058 mots
    • 1 média

    Cette plaquette de proses fut publiée en 1873 à Bruxelles, à compte d'auteur. Une rumeur a longtemps voulu qu'Arthur Rimbaud ait ensuite brûlé cette édition ; en fait comme il avait négligé de solder son compte auprès de l'éditeur, celui-ci en avait conservé par devers lui la plupart des exemplaires....

  • LITTÉRATURE - La littérature comparée

    • Écrit par Pierre BRUNEL
    • 11 096 mots
    • 2 médias
    ...est vrai d'une littérature jeune (comme la littérature de la Pléiade) l'est aussi d'un poète jeune. Mais il convient de n'être pas dupe des apparences. On pourrait penser qu'un commentaire de l'« Ophélie » de Rimbaud par Hamlet s'impose. Le collégien de Charleville, qui n'avait pas appris...
  • NOUVEAU GERMAIN (1851-1920)

    • Écrit par Alain PETIT
    • 1 536 mots
    ...fréquente les cercles du Parnasse, où il fait la connaissance de Charles Cros et de Mallarmé. Au cours de l'été 1874, au café Tabourey, il rencontre Arthur Rimbaud. Rimbaud a alors vingt et un ans, lui vingt-trois. C'est un homme vif, gai, de nature féminine, méridional. Tous deux se lient aussitôt...
  • PARNASSE, mouvement littéraire

    • Écrit par Pierre FLOTTES
    • 2 526 mots
    ...confidence ou du murmure sur le discours. Son achèvement, parce que le Parnasse avait, le premier, proclamé la rupture de la poésie avec l'action. Quand Rimbaud adolescent veut se faire voyant (lettre du 15 mai 1871), il qualifie Leconte de « très voyant », range parmi « les talents » Dierx, Coppée, Sully...
  • PIGNON-ERNEST ERNEST (1942- )

    • Écrit par Gilbert LASCAULT
    • 2 016 mots
    ...Paris, quatre cents sérigraphies montrent, grandeur nature, interrogeant les passants et la ville, poète présent au cœur des agitations urbaines, Arthur Rimbaud, attentif et distrait, manifestant sa capacité de s'absenter, d'être toujours un autre, d'être à la fois pleinement ici et toujours ailleurs. Son...
  • Afficher les 11 références

Voir aussi