BONDY LUC (1948-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Zurich le 17 juillet 1948, Luc Bondy a partagé son activité de metteur en scène de théâtre et d'opéra entre l'Allemagne, la France et la Belgique. Parfaitement bilingue, il aura incarné un certain cosmopolitisme européen, particulièrement sensible dans le répertoire, tant classique que contemporain.

Fils du journaliste et écrivain François Bondy (1915-2003), élève de l'école de Jacques Lecoq à Paris, étudiant à l'Université internationale de théâtre, il s'installe à Hambourg en 1969 et débute comme assistant au Thalia Theater. Éclectique dès ses premières mises en scène, il monte aussi bien Witkiewicz (Le Fou et la Nonne en 1971, à Göttingen) que Shakespeare (Comme il vous plaira, 1973), Fassbinder (Liberté à Brême, 1972), Genet (Les Bonnes, 1971), Ionesco (Les Chaises, 1972) ou Bond (La Mer, 1973), ce dernier spectacle lui valant un succès considérable.

Luc Bondy rejoint de 1973 à 1975 la direction de la Städtische Bühne de Francfort, où il fait donner un Triomphe de l'amour de Marivaux remarqué. Peter Stein, qui dirige alors la Schaubühne de Berlin, s'intéresse à cette « sorte d'oiseau de paradis du théâtre allemand avec des plumes aux couleurs françaises ». Bondy rejoint la Schaübuhne en 1976, pour y mettre en scène La Wupper d'Else Lasker-Schüler, mais aussi On ne badine pas avec l'amour, de Musset, l'année suivante. Suivront notamment Yvonne, princesse de Bourgogne de Gombrowicz et Oh les beaux jours de Beckett, à Cologne en 1981. Luc Bondy ne revient à la Schaubühne qu'en 1982 pour Kalldewey, Farce de Botho Strauss, son contemporain de prédilection, avant de pendre la direction de la fameuse institution berlinoise de 1985 à 1987. Après avoir dirigé les Wiener Festwochen, il est nommé à la tête de l'Odéon-Théâtre de l'Europe en 2012.

Le Retour de Harold Pinter, mise en scène de Luc Bondy

Photographie : Le Retour de Harold Pinter, mise en scène de Luc Bondy

Le théâtre de Harold Pinter joue à merveille des détours du langage pour créer, comme dans Le Retour que met en scène Luc Bondy (Odéon-Théâtre de l'Europe, 2013) , des situations emplies de malaise. De droite à gauche : Pascal Greggory, Emmanuelle Seigner, Bruno Ganz, Micha Lescot,... 

Crédits : R. Waltz/ Theâtre de l'Odéon

Afficher

C'est un trait propre à Luc Bondy que d'éprouver ce que Peter Stein nomme la « résistivité » de la matière théâtrale. Pour sa première mise en scène française, en 1984, au Théâtre des Amandiers à Nanterre, il choisit Terre étrangère du Viennois Arthur Schnitzler, qu'il va contribuer à faire connaître. Le non-dit, le scandale muet de l'adultère résonnent selon lui davantage en France qu'en Allemagne, où la liberté des mœurs a perdu de son pouvoir de choquer.

Sweet Nothings, mise en scène de Luc Bondy

Photographie : Sweet Nothings, mise en scène de Luc Bondy

L’œuvre d’Arthur Schnitzler accompagne la carrière  de Luc Bondy. En 1984, il met en scène Terre étrangère au théâtre des Amandiers de Nanterre. Suivront Le Chemin solitaire, Anatol, La Ronde dans une adaptation pour l’opéra. Ici, Sweet Nothings, d’après Liebelei, présenté en... 

Crédits : Robbie Jack/ Corbis

Afficher

Guettant le geste juste, ralentissant l'échange interhumain pour en extraire l'intensité, attentif aux lapsus, aux hésitations, Luc Bondy œuvre dans la sphère de l'intime. Mais sa quête de l'intériorité s'inscrit volontiers dans les vastes espaces qu'aménagent pour lui Erich Wonder ou Richard Peduzzi, et sa direction d'acteurs exclut l'intimisme. Si ses études psychologiques paraissent d'une si grande précision (Le Chemin solitaire de Schnitzler, en 1989, placé sous le signe de Freud ; John Gabriel Borkman d'Ibsen, à l'Odéon, en 1993 ; Anatol, à nouveau de Schnitzler, en 2002), c'est qu'il s'attache moins aux motivations du personnage qu'à la manière dont l'inconscient travaille les corps et les attitudes. Refusant l'excès de théâtralité, le culte de l'illusion, mais aussi le naturel, ses affinités vont à des comédiens comme Michel Piccoli ou Bulle Ogier lorsqu'il met en scène Schnitzler, Ibsen, Shakespeare (Le Conte d'hiver, 1988), Strindberg (Jouer avec le feu, 1996). De même, il place Bruno Ganz au centre du dispositif qui régit Le Retour de Harold Pinter (2012), ou demande à Isabelle Huppert de jouer le rôle d’Araminte dans Les Fausses confidences, de Marivaux (2014).

Luc Bondy se tient à l'écart du théâtre politique, du brechtisme et de toute pédagogie. Le profond scepticisme de Botho Strauss, dont les montages, les emprunts aux formes et aux langages de toute sorte finissent par occulter toute pensée positive, s'accorde à son tempérament artistique. Après Le Temps et la Chambre en 1989, à la Schaubühne, il met en scène L'Équilibre en 1993, sorte de portrait violent de l'Allemagne actuelle à travers la passion christique vécue par une femme. Il est proche aussi de Peter Handke, dont il met en scène L'Heure où nous ne savions rien l'un de l'autre (1994), pièce s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Le Retour de Harold Pinter, mise en scène de Luc Bondy

Le Retour de Harold Pinter, mise en scène de Luc Bondy
Crédits : R. Waltz/ Theâtre de l'Odéon

photographie

Sweet Nothings, mise en scène de Luc Bondy

Sweet Nothings, mise en scène de Luc Bondy
Crédits : Robbie Jack/ Corbis

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  BONDY LUC (1948-2015)  » est également traité dans :

LE RETOUR (mise en scène L. Bondy)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 921 mots
  •  • 1 média

Un auteur qui « ramène le théâtre à sa base élémentaire, la pièce close et le dialogue imprévisible, où les êtres sont livrés les uns aux autres, et où le déguisement se brise. Avec un minimum d’intrigue, le drame surgit de la lutte et du cache-cache dans la confrontation verbale…». C’est par ces mots que l’Académie suédoise a salué Harold Pinter en lu […] Lire la suite

WINTERMÄRCHEN (P. Boesmans)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 1 077 mots

Créé le 10 décembre 1999 au Théâtre royal de La Monnaie de Bruxelles, Wintermärchen (Le Conte d'hiver), opéra en quatre actes du compositeur belge Philippe Boesmans (né en 1936), fut aussitôt donné, en janvier et février 2000, à l'Opéra national de Lyon ; à l'automne de cette même année, la revue […] Lire la suite

BOESMANS PHILIPPE (1936- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 888 mots

Dans le chapitre « Des opéras pour le XXIe siècle »  : […] À son arrivée à la direction du Théâtre royal de La Monnaie de Bruxelles, en 1981, Gérard Mortier engage Boesmans comme conseiller musical ; celui-ci y devient en 1985 compositeur en résidence. La Monnaie va lui commander quatre opéras (ainsi que les Trakl-Lieder , pour soprano et orchestre, 1987). La Passion de Gilles , sur un livret de Pierre Mertens (il s'agit de Gilles de Rais, compagnon de Je […] Lire la suite

Pour citer l’article

David LESCOT, « BONDY LUC - (1948-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/luc-bondy/