BONDY LUC (1948-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Retour de Harold Pinter, mise en scène de Luc Bondy

Le Retour de Harold Pinter, mise en scène de Luc Bondy
Crédits : R. Waltz/ Theâtre de l'Odéon

photographie

Sweet Nothings, mise en scène de Luc Bondy

Sweet Nothings, mise en scène de Luc Bondy
Crédits : Robbie Jack/ Corbis

photographie


Né à Zurich le 17 juillet 1948, Luc Bondy a partagé son activité de metteur en scène de théâtre et d'opéra entre l'Allemagne, la France et la Belgique. Parfaitement bilingue, il aura incarné un certain cosmopolitisme européen, particulièrement sensible dans le répertoire, tant classique que contemporain.

Fils du journaliste et écrivain François Bondy (1915-2003), élève de l'école de Jacques Lecoq à Paris, étudiant à l'Université internationale de théâtre, il s'installe à Hambourg en 1969 et débute comme assistant au Thalia Theater. Éclectique dès ses premières mises en scène, il monte aussi bien Witkiewicz (Le Fou et la Nonne en 1971, à Göttingen) que Shakespeare (Comme il vous plaira, 1973), Fassbinder (Liberté à Brême, 1972), Genet (Les Bonnes, 1971), Ionesco (Les Chaises, 1972) ou Bond (La Mer, 1973), ce dernier spectacle lui valant un succès considérable.

Luc Bondy rejoint de 1973 à 1975 la direction de la Städtische Bühne de Francfort, où il fait donner un Triomphe de l'amour de Marivaux remarqué. Peter Stein, qui dirige alors la Schaubühne de Berlin, s'intéresse à cette « sorte d'oiseau de paradis du théâtre allemand avec des plumes aux couleurs françaises ». Bondy rejoint la Schaübuhne en 1976, pour y mettre en scène La Wupper d'Else Lasker-Schüler, mais aussi On ne badine pas avec l'amour, de Musset, l'année suivante. Suivront notamment Yvonne, princesse de Bourgogne de Gombrowicz et Oh les beaux jours de Beckett, à Cologne en 1981. Luc Bondy ne revient à la Schaubühne qu'en 1982 pour Kalldewey, Farce de Botho Strauss, son contemporain de prédilection, avant de pendre la direction de la fameuse institution berlinoise de 1985 à 1987. Après avoir dirigé les Wiener Festwochen, il est nommé à la tête de l'Odéon-Théâtre de l'Europe en [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  BONDY LUC (1948-2015)  » est également traité dans :

LE RETOUR (mise en scène L. Bondy)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 920 mots
  •  • 1 média

Un auteur qui « ramène le théâtre à sa base élémentaire, la pièce close et le dialogue imprévisible, où les êtres sont livrés les uns aux autres, et où le déguisement se brise. Avec un minimum d’intrigue, le drame surgit de la lutte et du cache-cache dans la confrontation verbale…». C’est par ces mots que l’Académie suédoise a salué Harold Pinter en lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-retour/#i_98453

WINTERMÄRCHEN (P. Boesmans)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 1 077 mots

Créé le 10 décembre 1999 au Théâtre royal de La Monnaie de Bruxelles, Wintermärchen (Le Conte d'hiver), opéra en quatre actes du compositeur belge Philippe Boesmans (né en 1936), fut aussitôt donné, en janvier et février 2000, à l'Opéra national de Lyon ; à l'automne de cette même année, la revue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wintermarchen/#i_98453

BOESMANS PHILIPPE (1936- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 856 mots

Dans le chapitre « Des opéras pour le XXIe siècle »  : […] À son arrivée à la direction du Théâtre royal de La Monnaie de Bruxelles, en 1981, Gérard Mortier engage Boesmans comme conseiller musical ; celui-ci y devient en 1985 compositeur en résidence. La Monnaie va lui commander quatre opéras (ainsi que les Trakl-Lieder , pour soprano et orchestre, 1987). La Passion de Gilles , sur un livret de Pierre Mertens ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-boesmans/#i_98453

Pour citer l’article

David LESCOT, « BONDY LUC - (1948-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luc-bondy/