CHÉREAU PATRICE (1944-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le corps-mouvement

Assez différents les uns des autres par leur forme et par leurs sources d'inspiration, les films que Patrice Chéreau a réalisés depuis 1995 développent certains de ses thèmes de prédilection : la sujétion de l'individu à son corps, la violence du désir et l'aliénation inévitable qu'il entraîne, la quête initiatique. Pour Ceux qui m'aiment prendront le train (1997), Chéreau part, pour la première fois depuis L'Homme blessé, d'un sujet original et non d'une adaptation. Le train, c'est celui que prennent pour se rendre à ses obsèques les amis, disciples ou anciens amants de Jean-Baptiste, un peintre qui exerçait sur ses proches la tyrannie d'une « intransigeante séduction ». La première moitié du film, la plus radicale, entièrement située dans une rame de T.G.V., présente une quinzaine de personnages de façon fragmentaire. Des séquences heurtées, tournées caméra à l'épaule, saisissent les corps des acteurs au plus près du mouvement ; le rythme du montage semble épouser la fièvre de ce groupe de personnages en crise. À l'inverse de ce film foisonnant, Intimacy (Intimité, 2001), réalisé en anglais et tourné à Londres d'après des récits de Hanif Kureishi, se resserre sur un petit nombre de personnages. Dans une magnifique alternance de plans contemplatifs et de séquences fébriles, Chéreau y raconte la passion d'un homme et une femme qui ne se retrouvent que pour faire l'amour. Les scènes de sexe rythment le film : tournées en temps réel, elle forment à elles seules une narration sans parole où l'amour physique développe sa propre histoire. Ours d'or du festival de Berlin, Intimacy a connu un très grand succès critique. Dans Son Frère (2003), inspiré d'un récit de Philippe Besson, le corps conserve une importance de premier plan, mais il s'agit cette fois de celui d'un homme jeune en train de mourir d'une maladie mystérieuse. Là encore, la mélancolie et la poésie émergent d'une volonté radicale de ne pas sublimer la réalité : la caméra scrute avec passion l'intimité du contact médical, précis et neutre ; et le regard qu'elle pose sur la maladie est comme une méditation sur l'opacité de la chair et l'émotion qui s'y attache, au-delà de l'érotisme. Patrice Chéreau réalise ensuite Gabrielle (2005, d'après une nouvelle de Joseph Conrad) et Persécution (2009).

Au théâtre, Patrice Chéreau présente avec des élèves du Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris un travail d'atelier sur Richard III de Shakespeare, dont une série documentaire d'Arte garde la trace. En 2003, il met en scène la Phèdre de Racine, un spectacle conçu selon un dispositif bi-frontal qui fait la part belle aux personnages masculins : la relation destructrice de Thésée à son fils devient l'axe autour duquel tourne ce monde d'interdiction du désir ; et l'exposition finale du corps d'Hippolyte supplicié fait entendre dans la tragédie française la cruauté du mythe originel. Car si Patrice Chéreau se veut désormais un cinéaste, il n'exclut pas de ponctuels retours au théâtre (La Nuit juste avant les forêts de B.-M. Koltès, 2010 ; Rêve d'automne de Jon Fosse, 2010). Il accorde également une place importante à la lecture de textes qu'il aime (Le Mausolée des amants d'Hervé Guibert, 2005 ; Coma de Pierre Guyotat, 2010 et 2011), et renoue avec l'opéra en mettant notamment en scène Così fan tutte (festival d'Aix-en-Provence, 2005), Tristan et Isolde (Scala de Milan, 2007) et Elektra (festival d'Aix-en-Provence, 2013).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Patrice Chéreau

Patrice Chéreau
Crédits : P. Victor/ ArtComArt/ Théâtre de la Ville

photographie

L'Or du Rhin de Richard Wagner, mise en scène de Patrice Chéreau

L'Or du Rhin de Richard Wagner, mise en scène de Patrice Chéreau
Crédits : Bayreuther Festspiele GmbH/ D.R.

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'Institut d'études théâtrales de l'université de Paris-III, conseillère artistique au Théâtre national de Strasbourg

Classification

Autres références

«  CHÉREAU PATRICE (1944-2013)  » est également traité dans :

GABRIELLE (P. Chéreau)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 1 039 mots

Pour son neuvième long-métrage, Patrice Chéreau a choisi d'adapter une nouvelle de Joseph Conrad, Le Retour : un homme, en rentrant chez lui un soir, trouve une lettre de son épouse lui annonçant qu'elle le quitte ; presque aussitôt après, elle revient. Il lui parle, elle répond à peine. La terrible confrontation qui s'ensuit met […] Lire la suite

PHÈDRE (mises en scène C. Rist et P. Chéreau)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 205 mots
  •  • 1 média

En 2002-2003, le sable de Trézène, trop souvent foulé, a donné lieu à deux nouvelles et grandes mises en scène. À partir d'un dispositif scénique semblable, la perspective bi-frontale, les choix de Christian Rist (Maison de la culture de Bourges et théâtre de la Tempête de la Cartoucherie de Vincennes, 2002) et de Patrice Chéreau (théâtre de l'Odéon- […] Lire la suite

LES VISAGES ET LES CORPS (exposition)

  • Écrit par 
  • Monique LE ROUX
  •  • 974 mots

Pendant trois mois, du 2 novembre 2010 au 31 janvier 2011, les visiteurs du Louvre auront pu voir aux murs du musée un beau visage grave, accompagné d'inscriptions : « Le Louvre invite Patrice Chéreau », « Les Visages et les corps ». Le président-directeur du musée, Henri Loyrette, a choisi comme « grand invité », […] Lire la suite

BOND EDWARD (1934- )

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 243 mots

Dans le chapitre « Un théâtre du cataclysme »  : […] Edward Bond est né en 1934 à Holloway. Lié dans un premier temps au Royal Court Theatre de Londres, connu comme un laboratoire d'avant-garde, Bond fut associé au Royal Court Writer's Group. Il y acquit, au contact de metteurs en scène comme William Gaskill ou George Devine, une expérience concrète de la scène et du jeu théâtral, dimension qu'il développera par la suite au cours de nombreux atelie […] Lire la suite

DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON, Bernard-Marie Koltès - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 928 mots

Dans le chapitre « Un monde de solitude »  : […] Impossible de dissocier l'œuvre de Bernard-Marie Koltès de celle du metteur en scène Patrice Chéreau . Celui-ci créa la pièce en janvier 1987 au théâtre des Amandiers de Nanterre, avec Laurent Malet (le client) et Isaac de Bankolé (le dealer), qu'il remplaça lors de la reprise, quelques mois plus tard, contrevenant au vœu de l'auteur de faire interpréter le dealer par un acteur noir. Mais la vérit […] Lire la suite

DESARTHE GÉRARD (1945- )

  • Écrit par 
  • Yves KIRCHNER
  •  • 675 mots

Gérard Desarthe est né en 1945 à Paris. À dix-sept ans, il trouve un exutoire à ses passions d'adolescent dans le théâtre. « J'étais en cavale, je fuyais la maison de correction, la cellule familiale, je traînais à Paris, je ne savais pas où bouffer, où dormir. » Des gens l'ont hébergé et aidé. Après différents petits boulots, puis quelques tentatives ( La Remise , de Roger Planchon, puis Andorr […] Lire la suite

LA DISPUTE, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 050 mots

S'il est une mise en scène qui a marqué notre époque, c'est bien celle que Patrice Chéreau donna de La Dispute de Marivaux (1688-1763) en 1973. Pour qui assista à cette « fête noire », l'impression fut indélébile. Il faut pourtant revenir au texte de cette pièce en un acte, « la plus subtilement métaphysique de ce théâtre métaphysique » (Georges Poulet). Comment lire, comment représenter aujourd' […] Lire la suite

KOLTÈS BERNARD-MARIE (1948-1989)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 565 mots

Né le 9 avril 1948 à Metz dans une famille catholique pratiquante, Bernard-Marie Koltès poursuit ses études chez les jésuites ; sans crise et sans agressivité, il prendra ses distances avec la religion. Avec des camarades, il monte sa première œuvre, Les Amertumes (1971), inspirée d' Enfance de Gorki, et fonde aussitôt après sa compagnie, le Théâtre du quai. En 1972, Maria Casarès interprète L'H […] Lire la suite

MARIVAUX PIERRE CARLET DE CHAMBLAIN DE (1688-1763)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 529 mots

Dans le chapitre « Utopies et dystopies »  : […] La Dispute , pièce qui fut retirée de l’affiche aussitôt après sa création en 1744, ne connut qu’un succès mitigé quand elle fut reprise pour la première fois à la Comédie-Française en 1938, puis en 1939 et 1944, mais fut littéralement révélée par une mise en scène de Patrice Chéreau en 1976, à Villeurbanne, puis à Paris. Dans ce conte cruel, on retrouve l’inlassable curiosité des penseurs des L […] Lire la suite

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 228 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Renouveau et révolution »  : […] Dans l'après-68, certains directeurs de théâtre prennent conscience que l'opéra, art « bourgeois » depuis un siècle et demi, doit se remettre en question sous peine de s'essouffler, faute de renouvellement de ses spectateurs. Pour Rolf Liebermann, qui arrive à la tête de l'Opéra de Paris en 1973, l'ouverture du genre à un public élargi passe notamment par un renouveau de l'interprétation scénique […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne Françoise BENHAMOU, « CHÉREAU PATRICE - (1944-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/patrice-chereau/