PAPILLOMAVIRUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dénomination de ces virus rappelle leur rôle dans la papillomatose, c'est-à-dire la formation de verrues. Peyton Rous et Joseph Beard ont montré en 1935 que ce type de virus détermine chez le lapin des verrues, qui peuvent se cancériser.

De nombreux virus de la même famille ont été découverts depuis lors, chez diverses espèces animales (bovins, cervidés, chiens, singes...) et chez l'homme. On connaît actuellement près d'une centaine de papillomavirus humains, responsables d'une grande variété de tumeurs, le plus souvent bénignes, au niveau de la peau et des muqueuses, allant de la simple verrue cutanée, au carcinome épidermoïde du col utérin.

Troisième cause de cancer aux États-Unis, deuxième cause de mortalité féminine par cancer dans le monde, le cancer du col utérin constitue un réel problème de santé publique, en particulier dans les pays en développement. Pourtant ce cancer peut guérir lorsqu'il est traité tôt. Son dépistage par frottis cervico-vaginal est efficace, mais s'avère insuffisant pour détecter certaines lésions de bas grade ou des atypies cellulaires à haut risque d'évolution cancéreuse. L'association au frottis classique d'une recherche de papillomavirus oncogène par des méthodes de biologie moléculaire améliore la sensibilité du dépistage, et permet l'instauration plus précoce d'un traitement curatif. Les essais actuels de vaccination contre les papillomavirus oncogènes représentent un espoir fondé de limiter ce cancer viro-induit.

Structure des papillomavirus et modalités de l'infection virale

Ces petits virus (55 nm) à ADN sont les seuls représentants de la famille des Papillomaviridae. Leur génome est un ADN double brin circulaire d'environ 8 000 paires de bases, enroulé sur lui-même et protégé par une capside protéique de symétrie icosaédrique (72 capsomères) non enveloppée (fig. 1). Le virus est très résistant aux modifications de pH et de température, ce qui favorise sa persistance dans le milieu extérieur. Le génome viral code huit protéines, dont E1, E2, E4, E5, E6 et E7 qui sont impliquées dans la multiplication du virus, et L1 et L2 qui sont les constituants de la capside. La protéine L1, à fort potentiel immunogène, est utilisée dans le développement des vaccins. E6 et E7 sont les principales protéines impliquées dans la cancérogenèse.

Papillomavirus : la particule virale et son contenu

Dessin : Papillomavirus : la particule virale et son contenu

Le papillomavirus. En a et b, visualisation des virions en microscopie électronique. En c, structure du virus : capside icosaédrique portant des spicules protéiques hautement immunogènes, protégeant le génome. En d, génome viral : ADN circulaire double brin, dont un seul brin code pour... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

À la faveur d'un microtraumatisme, générant une brèche dans l'épithélium cutané ou muqueux, le virus va pénétrer dans l'organisme puis se multiplier dans les cellules basales de l'épithélium. Au niveau du col utérin, la cible préférentielle du virus est la zone de jonction entre épithélium malpighien et épithélium glandulaire située à l'orifice du col. Cette région est particulièrement sensible à l'infection chez les femmes jeunes car les cellules s'y répliquent activement. Dans les cellules basales de l'épithélium du col, le virus peut soit se multiplier, soit persister sous forme épisomale, ou s'intégrer au génome cellulaire. La multiplication virale suit la différenciation des cellules de l'épithélium au cours de leur ascension vers la surface : seules les cellules des couches superficielles, très différenciées, contiennent des virions complets. La desquamation et la lyse de ces cellules vont permettre la diffusion du virus. Les cellules sont modifiées par la présence du virus, avec un noyau de grande taille et une vacuole contenant les particules virales. Cet effet cytopathique est appelé koïlocytose. Il est caractéristique de l'infection à papillomavirus.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Papillomavirus : la particule virale et son contenu

Papillomavirus : la particule virale et son contenu
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Papillomavirus : épithélium normal et lésions précancéreuses provoquées

Papillomavirus : épithélium normal et lésions précancéreuses provoquées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cancérisation par HPV16

Cancérisation par HPV16
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Papillomavirus et lésions du col utérin

Papillomavirus et lésions du col utérin
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeure des Universités, praticienne hospitalier
  • : docteur en médecine, docteur d'État ès sciences, professeur des Universités en bactériologie, virologie, hygiène

Classification

Autres références

«  PAPILLOMAVIRUS  » est également traité dans :

CALENDRIER VACCINAL 2018

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 238 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les vaccinations recommandées aux autres âges de la vie »  : […] La politique vaccinale appliquée à travers le calendrier 2018 se poursuit bien entendu au-delà de la petite enfance. Néanmoins, les vaccinations cessent d’être obligatoires, sauf dans des situations professionnelles définies. L’initiative de vacciner ou non est laissée à la responsabilité et au choix de chacun. Cependant, la continuation de la politique vaccinale se traduit par des recommandations […] Lire la suite

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 713 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Facteurs de risques »  : […] Ces rappels aident à comprendre les facteurs de risques, qu'il faut bien identifier pour mettre en œuvre une prévention efficace. Quelques-uns sont bien connus : – dans un pays comme la France, le tabac est à l'origine d'environ 30 p. 100 des cancers chez l'homme et d'environ 10 p. 100 chez la femme. Le tabagisme passif est moins cancérogène (environ 200 cancers du poumon par an, mais il induit […] Lire la suite

CANCER - Cancers et virus

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS, 
  • Sylvie ROGEZ
  •  • 5 649 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La découverte de nouveaux virus tumorigènes est-elle prévisible ? »  : […] Selon Harald Zur Hausen, près de 15 p. 100 de l'ensemble des cancers sont d'origine infectieuse, avec une large contribution des virus de différentes familles dans les agents impliqués. Le bilan des virus oncogènes n'est certainement pas terminé. Pour les virus oncogènes connus, nous distinguerons les tumeurs chez les sujets immunocompétents et chez les sujets immunodéprimés. Chez les immunocompét […] Lire la suite

GÉNITAL APPAREIL

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Maurice PANIGEL
  • , Universalis
  •  • 14 782 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Cancer de l'utérus »  : […] Le cancer de l'utérus est un cancer aisément accessible aux investigations cliniques, ce qui permet un dépistage mettant en évidence des lésions précancéreuses et donc d'intervenir à temps avant toute dissémination de la maladie. Le rôle des papillomavirus 16 et 18 dans la cancérisation utérine est si important qu'une politique de prévention destinée à protéger les adolescentes contre ce virus a […] Lire la suite

LARYNX, pathologie

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  •  • 1 982 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs bénignes »  : […] Le granulome de la corde vocale , localisé en arrière, est dû à une irritation locale (intubation, reflux gastro-œsophagien...). Les kystes mucoïdes ou épidermiques sont de siège variable. Localisés à la corde vocale où ils sont souvent peu visibles, ils sont responsables de dysphonies dont la cause est parfois suspectée par stroboscopie, mais, souvent, seulement lors de la laryngoscopie en suspen […] Lire la suite

M.S.T. (maladies sexuellement transmissibles)

  • Écrit par 
  • Michel POITEVIN, 
  • André SIBOULET
  •  • 3 629 mots

Dans le chapitre «  Recrudescence des maladies sexuellement transmissibles »  : […] Les M.S.T. constituent aujourd'hui un problème majeur de santé publique qu'ont étudié de nombreux congrès mondiaux. Trois exemples soulignent l'impact sanitaire des M.S.T. – Les condylomes génitaux se présentent sous la forme soit de végétations vénériennes (les crêtes de coq), soit de lésions presque invisibles à l'œil nu et révélées après examen (condylomes plans). Très contagieux, ils sont dus […] Lire la suite

ONCOGENÈSE ou CANCÉROGENÈSE ou CARCINOGENÈSE

  • Écrit par 
  • Roger MONIER
  •  • 7 288 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Anti-oncogènes et virus oncogènes à ADN »  : […] Les rétrovirus, dont le génome est constitué par de l'ARN, ne sont pas les seuls virus capables de jouer un rôle dans l'oncogenèse. Certains virus à ADN possèdent également la capacité de transformer des cellules en cultures ou d'induire des tumeurs. Les virus de papillomes humains (HPV) sont dans ce cas, et, comme pour le virus sarcomatogène aviaire, il a été démontré que le pouvoir oncogène des […] Lire la suite

PRIX LASKER 2017

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le prix Lasker-DeBakey pour la recherche clinique  »  : […] Le prix Lasker-DeBakey a été attribué en 2017 à deux chercheurs de l'Institut national de la santé (NIH) à Bethesda (Maryland), Douglas R. Lowy et John T. Schiller, dont le travail en commun a abouti à la mise au point de vaccins contre les papillomavirus humains. Douglas R. Lowy est né en 1942. Il est docteur de l’école de médecine de l’université de New York, formation qu’il a complétée en méde […] Lire la suite

VACCINATION

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 237 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Validité des grandes campagnes de vaccination »  : […] Premier représentant d'une famille qui s'est agrandie récemment avec la mise sur le marché en 2006 du Gardasil, dirigé contre les papillomavirus 16 et 18 qui sont responsables de 70 % des cancers du col de l'utérus, le vaccin contre l'hépatite B est disponible depuis 1982. Il ne vise pas tant à protéger d'une maladie aiguë grave (même s'il existe des hépatites fulminantes mortelles) qu'à éviter l […] Lire la suite

VERRUE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 344 mots

Une verrue est une excroissance de la peau bien délimitée, de taille et de forme variables, due à un virus. D'origine principalement infectieuse, une verrue est une tumeur bénigne de la peau due à la prolifération anormale de cellules de l'épiderme, leur surproduction étant liée à une infection virale. La forme la plus fréquente est une élevure, ronde, dont la surface est sèche et rugueuse. On ob […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-9 octobre 2008 France. La France à l'honneur pour les prix Nobel

papillomavirus dans le cancer du col de l'utérus. Le 9, l'académie suédoise attribue le prix Nobel de littérature à l'écrivain franco-mauricien Jean-Marie Gustave Le Clézio, auteur d'une quarantaine de romans et d'essais, du Procès-verbal (1963) à Ritournelle de la faim (2008).  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sophie ALAIN, François DENIS, « PAPILLOMAVIRUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/papillomavirus/