Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PAPILLOMAVIRUS

HPV et cancer du col utérin : un modèle de cancer viro-induit

Le cancer du col utérin arrive sur le plan mondial au deuxième rang des décès par cancer chez la femme, après le cancer du poumon. Dans les pays en développement, il représente un quart des cancers féminins. Or ce cancer peut être prévenu dans 100 p. 100 des cas s'il est dépisté et traité au stade de lésion précancéreuse.

Les deux facteurs de risque majeur de cancer du col utérin sont l'âge précoce des premiers rapports et la multiplicité des partenaires sexuels. Nous savons maintenant que ce risque est directement lié au risque d'infection cervicale à HPV chez la femme jeune. L'âge précoce des premiers rapports est un facteur de l'acquisition précoce des HPV, et le nombre élevé de partenaires sexuels favorise les réinfections. Le nombre de lésions précancéreuses de haut grade augmente avec l'âge, et on estime à 1 p. 1 000 le risque de cancer du col utérin chez les femmes de quarante ans porteuses de HPV. Une charge virale élevée favoriserait également le développement d'un cancer.

Les autres facteurs (système HLA, déficit immunitaire, prolifération et mutagenèse additionnelle sous l'effet des hormones et du tabac) vont s'associer au processus et favoriser la progression tumorale.

Cancérisation par HPV16

Cancérisation par HPV16

C'est en 1983 que Zur Hausen met en évidence pour la première fois la présence de HPV de type 16 dans les cellules de carcinome épidermoïde du col utérin. Les mécanismes par lesquels le HPV16 initie la formation d'une tumeur sont maintenant bien connus. D'autres génotypes oncogènes ont été décrits depuis lors (cf. tableau). La multiplication du virus dans les cellules basales de l'épithélium entraîne, sous l'effet des protéines virales E6 et E7, une dérégulation des systèmes de contrôle du cycle cellulaire, à l'origine d'une prolifération cellulaire. Les protéines E6 et E7 des HPV inhibent notamment les protéines p53 et pRb, qui sont des « suppresseurs de tumeurs », dont le rôle est d'arrêter la multiplication cellulaire lorsqu'une anomalie au niveau de l'ADN cellulaire est détectée. Cela entraîne une prolifération sans dégénérescence des cellules, avec production de virus. À ce stade, les gènes E6 et E7 sont partiellement réprimés par le contrôle intra- et intercellulaire. Les lésions sont alors purement virales, à type de condylomes plans ou de lésions de bas grade. La lésion évolue vers une lésion de haut grade lorsque la production de protéines E6 et E7 échappe au contrôle cellulaire. On observe alors des cellules présentant les caractères des cellules transformées (croissance indépendante de l'environnement, modification du nombre des chromosomes...), contenant des formes virales immatures, avec de l'ADN viral sous forme circulaire (épisome) dans la cellule. À ce stade de multiplication intensive, le génome viral peut s'intégrer, au hasard, dans le génome cellulaire. Lorsque cette intégration perturbe le fonctionnement d'un gène cellulaire suppresseur de tumeur ou inhibe les gènes viraux qui régulent la production de E6 ou E7, elle aboutit à la cancérisation (fig. 3). La prolifération et la progression tumorale sont favorisées par l'addition de facteurs exogènes, en particulier l'immunosuppression et les traitements hormonaux. Un travail effectué à Taïwan a suggéré que certains types de HPV oncogènes constitueraient au contraire un facteur de bon pronostic en cas de cancer du col utérin, ce qui souligne l'intérêt du typage viral. C'est le cas du HPV31 dont la présence semble associée à un taux de survie élevé des patientes.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeure des Universités, praticienne hospitalier
  • : docteur en médecine, docteur d'État ès sciences, professeur des Universités en bactériologie, virologie, hygiène

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Papillomavirus : la particule virale et son contenu

Papillomavirus : la particule virale et son contenu

Papillomavirus : épithélium normal et lésions précancéreuses provoquées

Papillomavirus : épithélium normal et lésions précancéreuses provoquées

Cancérisation par HPV16

Cancérisation par HPV16

Autres références

  • CALENDRIER VACCINAL

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 597 mots
    • 1 média
    ...recommandées à d’autres âges de la vie que celui de la petite enfance. Ainsi, une mention particulière est faite concernant la vaccination contre les papillomavirus responsables en partie du cancer de l’utérus, avant l’entrée du sujet dans une sexualité active : la vaccination est fortement recommandée...
  • CANCER - Cancer et santé publique

    • Écrit par Maurice TUBIANA
    • 14 762 mots
    • 8 médias
    ...est inutile de le pratiquer plus souvent) et leur traitement permet d'éviter l'apparition de cancer invasif. Des vaccins existent contre les variétés de papillomavirus les plus fréquemment en cause. Cette vaccination peut avoir un rôle préventif important, mais elle est relativement onéreuse pour un cancer...
  • CANCER - Cancers et virus

    • Écrit par Sophie ALAIN, François DENIS, Sylvie ROGEZ
    • 5 659 mots
    • 6 médias
    ...possède pas lui-même d'oncogènes, le déficit immunitaire induit favorise le développement de tumeurs. À titre d'exemple, le risque de cancer anal dû aux papillomavirus est nettement accru en cas d'infection à HIV puisque, chez les sujets séropositifs, ce risque est multiplié par 37,9 chez les hommes et...
  • GÉNITAL APPAREIL

    • Écrit par Universalis, Claude GILLOT, Bernard JAMAIN, Maurice PANIGEL
    • 14 769 mots
    • 12 médias
    ...qui permet un dépistage mettant en évidence des lésions précancéreuses et donc d'intervenir à temps avant toute dissémination de la maladie. Le rôle des papillomavirus 16 et 18 dans la cancérisation utérine est si important qu'une politique de prévention destinée à protéger les adolescentes contre ce...
  • Afficher les 9 références

Voir aussi