GÉNITAL APPAREIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le règne animal, la présence d'un appareil génital est liée à la reproduction sexuée. À l'opposé de la reproduction asexuée, où un seul individu engendre des copies de lui-même à peu près exactes, jamais novatrices, la reproduction sexuée fait participer à la naissance de l'organisme nouveau deux individus complémentaires, le mâle et la femelle. Lorsqu'un même individu (hermaphrodite) possède les attributs des deux sexes, cela ne modifie en rien la loi fondamentale de la reproduction sexuée qui le conduit à se croiser avec un individu équivalent.

Chacun des parents fournit en effet des cellules reproductrices distinctes, mâles et femelles, qui sont appelées gamètes. Leur caractère essentiel est de ne posséder qu'un seul jeu de chromosomes, en vertu du phénomène de réduction chromatique qui a réduit de moitié, à la gamétogenèse, le stock chromosomique contenu dans les cellules du corps des parents : de ce fait, les gamètes sont des cellules dites haploïdes. Or celles-ci ne peuvent donner naissance à un nouvel organisme que si le double jeu chromosomique originel, diploïde, se reconstitue.

Il peut arriver que le gamète femelle parvienne seul à ce résultat, en se segmentant et en régularisant le nombre chromosomique par des mécanismes variés ; il s'agit alors de parthénogenèse, forme particulièrement complexe de la reproduction asexuée. Il est convenu de dire qu'elle constitue une régression de la sexualité.

Normalement, en effet, le retour à l'état diploïde est assuré par l'union d'un gamète mâle et d'un gamète femelle apportant chacun un jeu de chromosomes homologues. Dans ces conditions, la cellule issue de la fécondation, c'est-à-dire l'œuf – ou zygote – hérite des chromosomes provenant de chacun des parents. Or les caractères héréditaires provenant du parent mâle et ceux du parent femelle peuvent présenter des nuances nombreuses dans le cadre d'une même espèce. C'est pourquoi leur amalgame, hormis le cas où des jumeaux sont issus du dédoublement d'un même œuf, donne naissance à un organisme tout à fait original, semblable à ses parents dans les grandes lignes mais fort différent dans le détail. La reproduction sexuée est donc novatrice, puisqu'elle tend à faire de l'individu la réalité biologique fondamentale.

Mais elle innove aussi au niveau des populations car l'isolement, par des barrières éthologiques (en particulier sexuelles) ou géographiques, de groupes n'échangeant plus génétiquement certains caractères de l'espèce, permet la constitution de races et de sous-espèces. L'acquisition de l'appareil génital a donc pour conséquence la variabilité des types, et par suite leur diversification évolutive.

Dès le développement de l'œuf dans certaines espèces, plus tardivement dans d'autres, les futures cellules sexuelles, qui conservent toutes les potentialités héréditaires, se confinent dans un petit territoire embryonnaire, bien distinct et localisé. Elles constituent la lignée germinale, à laquelle August Weissmann (1834-1914) attribuait l'immortalité puisqu'en principe cette lignée se perpétue de génération en génération. À l'opposé, les autres cellules embryonnaires forment, en se spécialisant, les tissus des organes non reproducteurs de l'animal ; elles sont différenciées et ont normalement perdu tout pouvoir de reconstituer un organisme nouveau (sauf chez les animaux inférieurs où la reproduction asexuée reste importante). Seules, les cellules germinales ou gonocytes sont primordialement responsables du sexe, lequel est génétiquement déterminé dès la fécondation par une combinaison chromosomique particulière.

La fonction reproductrice de ces cellules s'exerce par l'intermédiaire des organes qui constituent l'appareil génital permettant la rencontre des gamètes, donc la fécondation.

Cet appareil est, chez les Vertébrés, curieusement dépourvu de toute orientation sexuelle au début du développement embryonnaire : son état est alors dit indifférencié. Plus tard il acquiert les particularités du sexe, mâle ou femelle, à condition qu'il n'y ait pas eu d'anomalie dans son déterminisme génétique, et que l'équilibre hormonal soit correct.

Dans le cas contraire, la différenciation de l'appareil génital est indécise et donne lieu à des états pathologiques variés, dont l'étude, grâce aux progrès de la cytogénétique et à ceux de l'endocrinologie, a ouvert un des chapitres les mieux connus de l'organogenèse humaine.

Organogenèse de l'appareil génital des Vertébrés

Les sexes sont séparés chez les Vertébrés (à part certains cas, exceptionnels, d'hermaphrodisme). L'appareil génital comporte les gonades (ovaires ou testicules) qui engendrent les cellules germinales ; les voies accessoires internes qui évacuent les produits génitaux (avec des glandes qui peuvent être annexées aux conduits vecteurs) ; les organes génitaux externes qui servent à l'accouplement (organes copulateurs chez les mâles).

Gonades

Le tissu gonadique, primitivement réparti dans plusieurs segments du tronc de l'embryon, s'agglomère généralement en une gonade qui est paire à l'origine, mais peut parfois devenir secondairement impaire. C'est le cas chez la poule (et les autres Oiseaux femelles), où seule la gonade gauche se développe. Chez les Batraciens, les Oiseaux et les Mammifères, les ébauches gonadiques présentent au début de leur développement une bipotentialité sexuelle remarquable. Ces ébauches possèdent alors deux territoires : l'un central (la médullaire) l'autre périphérique (le cortex). Lorsque la médullaire évolue et que le cortex régresse, la gonade se transforme en testicule. Par contre, le développement « prévalent » du cortex amène la différenciation d'un ovaire. Parfois la bivalence subsiste, atténuée : la castration du crapaud mâle détermine le développement d'ovaires restés rudimentaires (organes de Bidder).

Le testicule des Vertébrés est formé par un ensemble d'ampoules ou de tubules renfermant des cellules germinales et des cellules nourricières. Les tubules séminifères se différencient dans une charpente conjonctive (stroma) contenant des cellules interstitielles. La gamétogenèse produit des cellules reproductrices très différenciées, les spermatozoïdes, dont la cytologie est, dans ses grands traits, identique pour tout le règne animal.

Par suite de l'abondance du vitellus déposé dans le cytoplasme ovulaire, les ovaires des Vertébrés ovipares sont d'ordinaire plus volumineux que ceux des vivipares, dont les œufs ne renferment pour ainsi dire plus de réserves vitellines. Chez les Reptiles, par exemple, l'ovaire a la forme d'un sac, avec un tissu cortical d'où les gamètes, en mûrissant, vont tomber dans la cavité ovarienne. Chez les Mammifères vivipares, l'ovaire devient un organe compact englobant les follicules ; chacun de ces follicules contient un ovocyte et se creuse d'une cavité en mûrissant [...]

Ovaire d'un Reptile et d'un Mammifère

Dessin : Ovaire d'un Reptile et d'un Mammifère

Structure de l'ovaire. Ovaire à follicules (à droite) d'un Mammifère et ovaire sans follicules (à gauche) d'un Reptile. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ovaire d'un Reptile et d'un Mammifère

Dessin : Ovaire d'un Reptile et d'un Mammifère

Structure de l'ovaire. Ovaire à follicules (à droite) d'un Mammifère et ovaire sans follicules (à gauche) d'un Reptile. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

Ovaire d'un Reptile et d'un Mammifère

Ovaire d'un Reptile et d'un Mammifère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Vertébrés : organogenèse

Vertébrés : organogenèse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Gonades : stade initial

Gonades : stade initial
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cycle génital féminin

Cycle génital féminin
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de Paris
  • : professeur au Collège de médecine, médecin des hôpitaux de Paris
  • : professeur de biologie de la reproduction à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  GÉNITAL APPAREIL  » est également traité dans :

ADÉNOME

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 118 mots

Tumeur histologiquement bénigne développée à partir d'un tissu glandulaire. Les adénomes des glandes exocrines sont habituellement sans conséquence, sinon par leur situation et par leur volume. Il n'en va pas de même de ceux qui intéressent les glandes endocrines : les adénomes non sécrétants n'entraînent que d'éventuels troubles de compression de voisinage (tels les adénomes chromophobes de l'hyp […] Lire la suite

AMÉNORRHÉE

  • Écrit par 
  • Jules SCEMLA
  •  • 441 mots

Absence de flux menstruel qui peut se présenter dans des circonstances cliniques fort différentes. Physiologique pendant la grossesse et à la ménopause, l'aménorrhée peut être primaire ou secondaire. Dans les deux cas, elle nécessite une enquête méthodique très poussée pour en connaître la cause et lui opposer un traitement approprié. L'aménorrhée primaire, qui se manifeste chez la jeune fille pas […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 171 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Appareil génital »  : […] Chez le mâle, le testicule est un agrégat d'ampoules contenant les cellules germinatives et les cellules de Sertoli. Entre ces ampoules, un tissu interstitiel sécrète l'hormone androgène responsable de l'apparition des caractères sexuels secondaires, parfois très marqués (triton). L' appareil génital mâle (fig. 11) annexe un vestige embryonnaire rénal primaire (pronéphros) dont les tubules devie […] Lire la suite

ANDROGÈNES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 983 mots

Hormones stéroïdes à dix-neuf atomes de carbone, les androgènes naturels sont biosynthétisés par les gonades, ovaires et testicules (et dans ces derniers par les cellules de Leydig), et par les corticosurrénales (zone réticulée). La testostérone est chez le mâle le principal androgène parmi ceux qui circulent dans le sang. D'activité plus faible et produite en outre à concentrations moindres, l' […] Lire la suite

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 440 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Expression physique du sexe : sexualisation »  : […] La reproduction sexuée pose un problème qui lui est propre. C'est celui de la différenciation en deux sexes distincts ou sexualisation . En effet, la gamétogenèse s'effectue selon deux voies différentes. La gamétogenèse mâle produit des gamètes mâles ou spermatozoïdes  ; c'est une spermatogenèse. La gamétogenèse femelle donne des ovules  ; c'est une ovogenèse. La différence entre les sexes se […] Lire la suite

ANNÉLIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 7 466 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Appareils et fonctions »  : […] Le trait le plus frappant que présente une coupe transversale dans la région moyenne du corps d'une Sangsue est l'absence de cavité cœlomique. Présent chez la larve, le cœlome, au cours du développement, est envahi par un tissu conjonctif d'origine mésodermique, creusé de cavités contenant les organes génitaux, et un système compliqué de sinus. Ce tissu particulier est appelé tissu botryoïdal  ; […] Lire la suite

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 672 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Appendices de la fonction sexuelle »  : […] Chez tous les arachnides, les sexes sont séparés. Les organes génitaux sont situés à différents niveaux du corps, suivant les groupes et parfois suivant le sexe, mais le plus souvent l’ouverture se fait sur la face ventrale de l’abdomen. En plus des organes reproducteurs classiques, pénis et oviducte, d’autres appendices modifiés jouent un rôle essentiel dans l’accouplement ou la reproduction de c […] Lire la suite

ARTHROPODES

  • Écrit par 
  • Roland LEGENDRE, 
  • Max VACHON
  •  • 2 907 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Appareil reproducteur et reproduction »  : […] Très varié, l'appareil reproducteur des Arthropodes peut être schématisé comme suit. Les éléments gonadiques, métamériques, se réunissent au cours du développement embryonnaire pour fournir une gonade (paire ou impaire) où toute trace de segmentation a disparu. Les gonoductes débouchent soit dans un, soit dans deux orifices dont la position est variable ; on les trouve à la limite du pléon et du […] Lire la suite

ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

  • Écrit par 
  • René FRYDMAN
  •  • 7 650 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les indications de l’assistance médicale à la procréation »  : […] La demande d’aide est le plus souvent celle d’un couple qui éprouve de grandes difficultés à avoir un enfant. Cette stérilité, ou cette hypofertilité, peut être due à n’importe quel évènement affectant les gamètes et l’appareil reproductif, chez la femme et chez l’homme. Identifier le ou les dysfonctionnements est essentiel pour tenter de les pallier. Le diagnostic repose sur un ensemble de dosag […] Lire la suite

BROMOCRIPTINE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 720 mots

Autre nom du mésylate de 2-bromo-α-ergocryptine, la bromocriptine est un alcaloïde semi-synthétique de la série des 9-10 ergopeptides, c'est-à-dire des peptides de l'ergot de seigle, inscrite au tableau A. L'introduction d'un atome de brome en position 2 sur l'acide lysergique a ajouté aux propriétés pharmacologiques de la molécule celle d'inhiber la sécrétion de prolactine, ce qui a pour conséque […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude GILLOT, Bernard JAMAIN, Maurice PANIGEL, « GÉNITAL APPAREIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-genital/