VERRUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une verrue est une excroissance de la peau bien délimitée, de taille et de forme variables, due à un virus. D'origine principalement infectieuse, une verrue est une tumeur bénigne de la peau due à la prolifération anormale de cellules de l'épiderme, leur surproduction étant liée à une infection virale. La forme la plus fréquente est une élevure, ronde, dont la surface est sèche et rugueuse. On observe aussi des lésions planes ou fusiformes. Les verrues sont fréquentes et habituellement indolores, sauf dans les aires où s'exerce une pression, comme la plante des pieds. Elles peuvent être isolées ou nombreuses, particulièrement dans les aires cutanées humides. Les verrues situées au niveau du sexe (ou condylomes acuminés) sont des excroissances de type verruqueux, accompagnées de démangeaisons et de suppuration.

Les verrues ont été décrites au ier siècle, dès l'époque du Romain Aurelius Cornelius Celse, célèbre pour ses écrits médicaux. Elles suscitent toujours l'intérêt des chercheurs et sont un défi permanent pour le thérapeute expérimenté. Elles sont dues à une famille de virus connus sous le nom de Papillomavirus, dont certains sont responsables du cancer du col de l'utérus. Une verrue simple peut perdurer sans modification pendant des années, mais elle peut aussi se propager et donner naissance à des verrues satellites dans d'autres parties du corps. Les verrues sont considérées comme étant contagieuses. Il existe de nombreuses méthodes de traitement, parmi lesquelles l'application d'acides ou d'autres produits chimiques qui dissolvent progressivement la verrue, la cryothérapie par azote liquide, et plus rarement l'excision chirurgicale qui est de loin le traitement le plus rapide. Les condylomes acuminés sont parfois traités par application de podophyllotoxine, une substance toxique extraite du podophylle pelté. Les verrues disparaissent parfois spontanément.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  VERRUE  » est également traité dans :

CHÉLIDOINE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 372 mots

Papavéracée toxique, la chélidoine fraîche contient 1 p. 100 d'alcaloïdes (le plus important est la chélidonine) associés à des acides organiques, à une essence aromatique peu abondante et à un pigment jaune, la chélidoxanthine. Les alcaloïdes ont une action dépressive sur le système nerveux central, puis narcotique. Ils sont, par ailleurs, puissamment bactéricides. L'ingestion du suc non dilué ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chelidoine/#i_23811

PAPILLOMAVIRUS

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS
  •  • 3 081 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Aspects cliniques »  : […] Les HPV sont responsables de proliférations bénignes ou malignes. La localisation, au niveau de la peau et des muqueuses nasales, oropharyngées ou ano-génitales, le type de tumeur et le risque d'évolution vers un cancer sont étroitement liés au type de HPV en cause. Au niveau de la peau, les verrues cutanées, verrues vulgaires ou verrues planes et verrues plantaires (HPV 1 ), sont les manifestatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papillomavirus/#i_23811

Pour citer l’article

« VERRUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/verrue/