GERMANO-SOVIÉTIQUE PACTE (1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les raisons d'être du pacte de non-agression conclu le 23 août 1939 entre l'Allemagne et l'U.R.S.S. prêtent à discussion. Les archives allemandes saisies après la guerre permettent de reconstituer les faits et de comprendre les visées de Hitler. Celles de Staline sont d'autant plus difficiles à définir qu'il mène parallèlement une négociation avec la France et l'Angleterre en vue d'une alliance dirigée contre l'Allemagne. Le 10 mars 1939, Staline prononce, au congrès du Parti communiste de l'U.R.S.S., un discours relativement modéré à l'égard de l'Allemagne. Mais il proteste le 19 mars, au moment de l'occupation de Prague, et le 5 avril commencent, à l'initiative de Paris, des conversations ayant pour but un accord politique militaire, les Anglais restant plus réservés. Le 17 avril, l'ambassadeur soviétique à Berlin, Merekalov, déclare à ses interlocuteurs allemands qu'il n'y a pas de raison pour que les rapports germano-soviétiques ne deviennent pas meilleurs. Le 3 mai, Litvinov, qui était partisan d'un accord avec les Occidentaux contre Hitler, est remplacé par Molotov et l'on change 90 p. 100 du personnel du commissariat aux Affaires étrangères. Le 20 mai, Molotov déclare à Schulenburg, ambassadeur du Reich à Moscou, que les négociations économiques en cours ne pourront réussir que sur des « bases politiques ». Les Allemands, très méfiants au début, décident le 29 mai de conclure un pacte de non-agression avec l'U.R.S.S. Le rapprochement germano-soviétique fait un nouveau pas en avant le 26 juillet. La décision du 24 juillet d'engager des pourparlers militaires entre la France, la Grande-Bretagne et l'U.R.S.S. amène probablement les Allemands à hâter les négociations. Le 12 août, les Soviétiques proposent la venue à Moscou d'une haute personnalité allemande. C'est Ribbentrop qui s'y rendra ; Hitler presse les Soviétiques de le recevoir le plus vite possible (l'attaque de la Pologne avait été fixée au 1er s [...]

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

Vidéo

Les théâtres d'opérations. Europe. Afrique du Nord. Pacifique.La Seconde Guerre mondiale découle des initiatives belliqueuses de l'Allemagne nazie et de l'impuissance des démocraties occidentales à juguler la montée des périls. En 1939, la Wehrmacht envahit la Tchécoslovaquie, tandis... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  GERMANO-SOVIÉTIQUE PACTE (1939)  » est également traité dans :

AFFICHE ROUGE L'

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 2 048 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'organisation des étrangers au sein du P.C.F. »  : […] La Main-d'œuvre étrangère, qui prendra en 1932 le nom de Main-d'œuvre immigrée (M.O.I.) a été créée dès 1926 par le Parti communiste français. Cette organisation était destinée à regrouper tous les communistes étrangers vivant et militant en France. Or, il y avait dans les années 1920, des millions de travailleurs immigrés venus combler les larges brèches provoquées par la guerre de 1914-1918 dan […] Lire la suite

BALTES PAYS

  • Écrit par 
  • Suzanne CHAMPONNOIS
  •  • 1 317 mots

Dans le chapitre « D'une occupation l'autre »  : […] Leur situation géographique, entre le Reich et l'U.R.S.S., a une seconde fois associé le destin des trois pays. Annexés par Moscou à la suite du pacte germano-soviétique de 1939 qui mit un terme aux vingt années d'indépendance, les trois Républiques devinrent en 1940 des Républiques socialistes soviétiques. La guerre germano-soviétique (22 juin 1941-1944) eut des conséquences tragiques. Outre l'ex […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La Seconde Guerre mondiale et la fin de l'I.C. »  : […] Enfermée depuis la fin des années 1920 dans une ligne sans nuance, l'Internationale communiste reste inerte face à la montée de ce qu'elle reconnaît tardivement comme son pire ennemi, le nazisme allemand. Peu après, l'assassinat de Kirov décuple la violence du terrorisme d'État. Ce sont des émigrés, notamment allemands, italiens, hongrois, polonais et bulgares, sans pouvoir autonome de décision e […] Lire la suite

COMMUNISME DANS LE MONDE JUSQU'À LA CHUTE DE L'URSS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 720 mots

1848 Karl Marx et Friedrich Engels font paraître le Manifeste du parti communiste , dans lequel ils en appellent à une union internationale des travailleurs contre la bourgeoisie capitaliste. Septembre 1864 Création à Londres de la I re  Internationale, qui est dissoute dès 1876 au terme de nombreuses dissensions internes. Juillet 1889 Création à Paris de la II e  Internationale, dont le pacifi […] Lire la suite

DRÔLE DE GUERRE

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 961 mots
  •  • 1 média

La période de la « drôle de guerre » s'étend du 3 septembre 1939, déclaration de guerre de la Grande-Bretagne et de la France à l'Allemagne, au 10 mai 1940, invasion de la Belgique et des Pays-Bas par les troupes allemandes. Elle doit son nom à l'inaction des armées alliées devant la défaite de la Pologne. Roland Dorgelès, correspondant de guerre, a revendiqué la paternité de l'expression qui pou […] Lire la suite

ESTONIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • Jean-Luc MOREAU
  •  • 9 142 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'Estonie dans la tourmente  »  : […] Le pacte Molotov-Ribbentrop, signé le 23 août 1939, prévoyait que l'U.R.S.S. recevrait, avec la moitié de la Pologne, toute autorité sur les trois pays baltiques. Dès la fin de septembre 1939, le gouvernement estonien dut accepter l'installation de troupes soviétiques sur son territoire. En juillet 1940, Moscou exigea de nouvelles élections qui, dans un climat de terreur, donnèrent une majorité fa […] Lire la suite

GAUCHE EN FRANCE DANS L'ENTRE-DEUX-GUERRES (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 521 mots

Décembre 1920 Réunie en congrès à Tours, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) se scinde en deux partis. Majoritaires, les partisans de l'adhésion à la III e  Internationale créent la Section française de l'Internationale communiste (rebaptisée Parti communiste, PC, en 1921), tandis que la minorité menée par Léon Blum demeure au sein de la SFIO. Mai 1924 Le Cartel des gauches, […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 555 mots
  •  • 103 médias

La Seconde Guerre mondiale commence comme un conflit franco-allemand traditionnel, provoqué par la volonté de Hitler de supprimer les frontières que le traité de Versailles avait imposées à l'Allemagne. Les accords de Munich (sept. 1938) , puis l'occupation de la Bohême et la vassalisation par le Reich de la Slovaquie (mars 1939) ont démantelé le système d'alliances édifié par la diplomatie franç […] Lire la suite

LETTONIE

  • Écrit par 
  • J. A. ANDRUPS, 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS
  •  • 8 200 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'entre-deux-guerres »  : […] Sur le plan politique, le nouvel État a souffert dès sa naissance de l'idéalisme démocratique qui avait inspiré les auteurs de sa Constitution, élaborée en 1922. Le scrutin de liste proportionnelle à un tour favorisait l'instabilité des gouvernements, ce qui provoqua un mécontentement grandissant dans la population, tandis que la crise mondiale des années 1930 provoquait une aggravation du chômage […] Lire la suite

LITUANIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • D.A. SEALEY
  •  • 8 111 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années difficiles (1939-1944) »  : […] Le sort de la Lituanie a été déterminé par le pacte germano-soviétique du 23 août 1939. Celui-ci prévoyait, avec le quatrième partage de la Pologne, que la Lituanie passerait dans la sphère d'influence allemande , tandis que la Lettonie et l'Estonie entreraient dans la zone soviétique. Le 28 septembre, un deuxième accord fut signé qui contenait un protocole secret par lequel le Reich échangeait […] Lire la suite

P.C.F. (Parti communiste français)

  • Écrit par 
  • Bernard PUDAL
  •  • 7 066 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'apprentissage de la politique (1934-1956) »  : […] Durant les années 1920 et au début des années 1930, tout se passe comme si la formation d'un parti de type nouveau occupait l'essentiel des énergies militantes et n'avait pu s'opérer que dans une relative indifférence aux enjeux électoraux et à ceux du champ politique lui-même. À partir de 1933-1934, après l'échec historique du Parti communiste allemand (K.P.D.), l'arrivée d'Hitler au pouvoir et […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 233 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Les difficultés de la IIe République (1919-1939) »  : […] Pendant vingt ans, la Pologne, tout en connaissant un évident essor économique et culturel, fut en proie à des contradictions insurmontables, tant politiques et sociales que diplomatiques. Malgré des institutions démocratiques, elle fut gouvernée pendant une grande partie de la période de façon autoritaire ; le leader le plus prestigieux, Józef Piłsudski (1867-1935), incarnait, dans ses idées et s […] Lire la suite

RIBBENTROP JOACHIM VON (1893-1946)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 706 mots
  •  • 4 médias

Employé de banque en Angleterre, officier allemand pendant la Première Guerre mondiale, Joachim von Ribbentrop, devient ensuite voyageur de commerce international comme représentant du champagne Pommery. Il fait de fréquents et longs séjours en Grande-Bretagne où il approche de nombreuses personnalités. Il épouse la fille du fabricant allemand de vins mousseux, Henkell, et n'adhère au national-soc […] Lire la suite

ROUMANIE

  • Écrit par 
  • Mihai BERZA, 
  • Catherine DURANDIN, 
  • Alain GUILLERMOU, 
  • Gustav INEICHEN, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Philippe LOUBIÈRE, 
  • Robert PHILIPPOT, 
  • Valentin VIVIER
  •  • 34 946 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'abandon aux puissances de l'Axe »  : […] Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la politique extérieure de la Roumanie avait été entièrement orientée vers la France. Les objectifs étaient similaires : maintien d'un statu quo territorial avantageux et protection contre le bolchevisme, ce qui explique l'adhésion sans réserves de la Roumanie à la Petite-Entente de 1921 (avec la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie) et à l'entente balkan […] Lire la suite

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 453 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le vainqueur de Stalingrad, l'homme fort de Yalta »  : […] La mémoire de ce crime de masse, gardé secret, fut totalement éclipsée – à l'intérieur comme à l'extérieur du pays – par le rôle majeur joué par l'Union soviétique dans l'écrasement du nazisme. La victoire de Stalingrad (2 février 1943) effaça à la fois la « Grande Terreur », mais aussi le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, qui avait permis aux deux dictateurs, Hitler et Staline, de se par […] Lire la suite

TOTALITARISME

  • Écrit par 
  • Brigitte STUDER
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Du phénomène au concept »  : […] Il faut imputer à la Première Guerre mondiale l'origine du phénomène. Les ruptures dues à la violence et au caractère « total » du conflit militaire, le génocide des Arméniens, l'irruption des masses dans la politique et la polarisation radicale qui s'ensuit déstabilisent profondément les sociétés européennes. En Russie, en Italie et en Allemagne, des partis de masse aux programmes inconciliables […] Lire la suite

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 940 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Munich »  : […] Encouragé par ce succès, Hitler ne tarda pas à s'en prendre à la Tchécoslovaquie. Le 30 mai 1938, une instruction secrète à la Wehrmacht prévoyait « le démembrement de ce pays dans un proche avenir par une action militaire ». Le prétexte fut fourni par l'agitation de la minorité sudète. L'Angleterre ayant conseillé à Prague de faire droit aux revendications des Sudètes, tout dépendait de l'attitu […] Lire la suite

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 635 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La Seconde Guerre mondiale et ses conséquences »  : […] L'invasion de la Pologne par les Allemands le 1 er  septembre 1939 marqua le début de la Seconde Guerre mondiale. À la mi-septembre, en accord avec les résolutions secrètes du pacte conclu entre Molotov et Ribbentrop, les troupes soviétiques occupèrent la Volhynie occidentale et une grande partie de la Galicie, qui furent bientôt officiellement incorporées à l'U.R.S.S. En juin 1940, le nord de la […] Lire la suite

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « L'URSS dans les relations internationales »  : […] Dans une Europe en proie à la montée du militarisme des puissances fascistes, l'URSS stalinienne pratique une politique nationaliste de grande puissance, qui débouche, en août 1939, sur le pacte germano-soviétique, véritable partage de l'Europe orientale entre les deux dictatures. Le VI e  congrès du Komintern (17 juillet-1 er  septembre 1928) constitue une étape importante dans la définition de l […] Lire la suite

Les derniers événements

2-17 septembre 1991 • U.R.S.S. - pays Baltes - États-Unis • Reconnaissance internationale des indépendances baltes.

l'indépendance des trois républiques baltes, annulant ainsi leur annexion par Staline en 1940 en application du pacte germano-soviétique. L'Estonie, la Lettonie et la Lituanie sont admises, le 10, au sein de la C.S.C.E., et, le 17, au sein de l'O.N.U.  [...] Lire la suite

19-31 août 1991 • U.R.S.S. • Échec d'un coup d'État conservateur.

grand-russe. Le 27, la Moldavie, arrachée à la Roumanie en 1940 en application du pacte germano-soviétique, déclare à son tour son indépendance, immédiatement reconnue par Bucarest. Évoquant devant le Soviet suprême les dangers qui planent sur l'Union et exploitant habilement les craintes nées [...] Lire la suite

23-31 août 1989 • U.R.S.S. • Manifestations nationalistes dans les Républiques baltes et en Moldavie.

Le 23, plus d'un million et demi de personnes forment à travers les trois Républiques baltes, Estonie, Lettonie et Lituanie, une chaîne humaine à l'occasion du cinquantième anniversaire de la signature du pacte germano-soviétique qui permit à Staline d'envahir, en septembre 1939, les trois pays [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges-Henri SOUTOU, « GERMANO-SOVIÉTIQUE PACTE (1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pacte-germano-sovietique/