PCF (Parti communiste français)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis l'effondrement des régimes communistes en Europe de l'Est et en U.R.S.S. (1989-1991), l'histoire du P.C.F. peut être considérée comme achevée, du moins tant qu'elle est indissociable d'une configuration originale fondée sur l'ensemble des relations imaginaires et institutionnelles nouées au sein d'un mouvement communiste international dont la révolution d'octobre 1917 fut l'impulsion et dont le communisme soviétique assura la direction.

Ainsi bornée chronologiquement, cette histoire peut être divisée en deux grandes périodes caractérisées, pour la première, de 1920 à 1956, par la formation et l'apogée d'un parti politique progressivement orienté et habité par le « stalinisme » et, pour la seconde, de 1956 à nos jours, par une crise jamais résolue, se manifestant par un affaiblissement continu, même si elle fut parfois « masquée », aux yeux des observateurs comme des acteurs, par des phases de répit. Telle est la façon dont il nous paraît légitime de rendre compte de l'histoire du P.C.F. Elle résulte d'une longue tradition « historiographique » habitée par la question de la « spécificité » de ce parti politique, diabolisé ou encensé suivant les cas, mais toujours au prix d'une focalisation qui privilégie les facteurs endogènes.

Fondation et apogée d'un parti de « type nouveau » (1920-1956)

Le congrès de Tours et son sens (décembre 1920)

Dans la conjoncture de l'après-Première Guerre mondiale, marquée par une intense mobilisation sociale (les grèves de 1920) et intellectuelle, naît à Tours en décembre 1920, à la suite d'une scission majoritaire de la S.F.I.O. sur la question de l'adhésion à l'Internationale communiste fondée en 1919 à Moscou, un Parti socialiste (Section française de l'Internationale communiste) qui ne deviendra officiellement Parti communiste qu'en 1922. Pour les uns, parti de type nouveau qui se démarquerait à jamais de ce qu'ils considéraient comme les errements du Parti socialiste unifié fondé en 1904, pour les autres, selon le pronostic de Léon Blum, effet d'une division provisoire appelée à être résorbée une fois l'illusion soviétique et l'émotion critique passées, ce nouveau parti est l'objet d'attentes imprécises, d'anticipations contradictoires, d'investissements multiples aussi bien dans la base militante qu'au niveau des multiples prétendants aux postes dirigeants.

Le congrès de Tours va devenir, dans l'histoire officielle du P.C.F., l'acte par lequel on serait passé de « l'ombre à la lumière », comme l'écrira plus tard l'historien de parti Jean Fréville. Certes, la plus grande confusion règne, avant comme après, en particulier quant aux événements russes qui agissent à la manière d'un test projectif sur l'imaginaire militant. C'est pourquoi le choix de l'Internationale communiste qu'opère la majorité du Parti socialiste au congrès de Tours en 1920 est le fait de dirigeants dont la plupart ne resteront pas communistes. C'est le cas par exemple du secrétaire issu de Tours, L.-O. Frossard. Néanmoins, ce qui plaide en faveur du congrès de Tours comme acte fondateur, outre que « l'adhésion à l'I.C. » y est solennellement proclamée, c'est qu'il peut conduire à « l'acteur collectif » inventé et sacralisé par le stalinisme : « le Parti ». Il consacre aussi une autorité qui va progressivement s'imposer à la fois institutionnellement, intellectuellement et matériellement : l'Internationale communiste (1919-1943), puis le Kominform (1947-1956), c'est-à-dire aussi le Parti communiste de l'Union soviétique (P.C.U.S.). Le rôle légitimant de l'Internationale communiste, seule autorité progressivement susceptible de consacrer et d'ordonner (c'est-à-dire d'imposer la définition de l'ordre interne au parti communiste), ne cessera de croître.

Ce qui est en question pour de nombreux militants, et en particulier les militants ouvriers qui vont faire le parti communiste des années 1920, c'est une « philosophie politique » qui doit s'incarner dans l'organisation. On en trouve les postulats dans les fameuses vingt et une conditions d'admission à l'Internationale communiste, qui mettent l'accent sur une idéologie de rupture avec les « réformistes », sur la nécessité de l'épuration périodique des éléments « intéressés et petits-bourgeois », en particulier dans la presse et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Manifestation communiste

Manifestation communiste
Crédits : Picture Post/ Getty Images

photographie

Maurice Thorez, 1947

Maurice Thorez, 1947
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Georges Marchais, 1981

Georges Marchais, 1981
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PCF (Parti communiste français)  » est également traité dans :

AFFICHE ROUGE L'

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 2 049 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'organisation des étrangers au sein du P.C.F. »  : […] La Main-d'œuvre étrangère, qui prendra en 1932 le nom de Main-d'œuvre immigrée (M.O.I.) a été créée dès 1926 par le Parti communiste français. Cette organisation était destinée à regrouper tous les communistes étrangers vivant et militant en France. Or, il y avait dans les années 1920, des millions de travailleurs immigrés venus combler les larges brèches provoquées par la guerre de 1914-1918 dan […] Lire la suite

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La résistance »  : […] Le message de ces artistes était certes crypté, obligeant les historiens à reconsidérer la notion courante de « résistance » à l'occupant. Même s'il est impossible d'évaluer avec précision le pourcentage de résistants par catégories socioprofessionnelles, les artistes ne semblent pas s'être distingués par une attitude particulière. En outre, un créateur pouvait procéder à des actions de résistance […] Lire la suite

BANLIEUE

  • Écrit par 
  • Jean BASTIÉ, 
  • Stéphane BEAUD, 
  • Jean ROBERT
  •  • 6 548 mots

Dans le chapitre « Désouvriérisation et clivage Français/immigrés »  : […] Depuis les années 1980, la banlieue est devenue un espace populaire moins ouvrier qu'autrefois. Ce phénomène produit des effets décisifs qu'on peut mettre en perspective en revenant sur la signification historique de la « banlieue rouge » et du communisme municipal. La conquête dans l'entre-deux-guerres par le P.C.F. des mairies des villes de la petite couronne parisienne (Ivry, Montreuil, Sain […] Lire la suite

BRUHAT JEAN (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 1 610 mots

Né le 24 août 1905 à Pont-Saint-Esprit, l'historien Jean Bruhat est mort à Paris le 11 février 1983. Pendant ses dernières années, il avait montré devant la maladie non seulement un grand courage, mais une grande vitalité : à la veille de sa disparition, il signait le service de presse d'un volume de souvenirs, Il n'est jamais trop tard et, désireux de collaborer à l'édition en vingt volumes des […] Lire la suite

BRUSTLEIN GILBERT (1919-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 230 mots

Résistant communiste. Né dans le Paris populaire, Gilbert Brustlein milite aux Jeunesses communistes. À l'été de 1941, après l'entrée en guerre de l'Allemagne contre l'U.R.S.S., le Parti communiste français (P.C.F.) met sur pied des Bataillons de la jeunesse, composés de lycéens, d'étudiants et d'ouvriers ; Brustlein est nommé responsable du groupe de l'Est parisien. Le 20 août 1941, il est au c […] Lire la suite

BUFFET MARIE-GEORGE (1949- )

  • Écrit par 
  • Delphine DULONG
  •  • 1 076 mots

Marie-George Buffet est la première femme à avoir dirigé (2001-2010) le Parti communiste français (P.C.F.). Née le 7 mai 1949 à Sceaux (Hauts-de-Seine) dans une famille peu politisée, Marie-George Buffet prend la carte du parti en pleine guerre du Vietnam, à une époque où celui-ci n'est plus vraiment en odeur de sainteté auprès des étudiants de son âge, qui se préfèrent « gauchistes ». Depuis lors […] Lire la suite

CACHIN MARCEL (1869-1958)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 746 mots

Né à Paimpol, d'un père gendarme et d'une mère de vieille souche paysanne, Cachin fait des études secondaires grâce à une bourse, puis prépare une licence de philosophie à la faculté de Bordeaux ; il y suit les cours de Durkheim. Il a vingt ans lorsqu'il rejoint le groupe des étudiants socialistes de Bordeaux, de tendance guesdiste. Très vite pris par l'action politique, Cachin abandonne ses étude […] Lire la suite

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La scission de 1947 »  : […] À la Libération, la C.G.T. apparaît comme une puissante organisation qui groupera, en 1946, 5 500 000 adhérents. Son XXVI e  congrès (avril 1946) entérine les changements qui se sont produits dans le mouvement syndical depuis 1938. Des modifications sont apportées aux statuts qui avaient été votés par le congrès d'unification en 1936. On introduit dans les scrutins entre organisations le principe […] Lire la suite

CHÂTELET FRANÇOIS (1925-1985)

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 1 179 mots

Professeur, philosophe, penseur politique et homme engagé dans les combats de son siècle, Francois Châtelet, né à Boulogne-Billancourt, fait ses études de philosophie à la Sorbonne. Il connaît son premier engagement politique en se liant à des groupes trotskistes. À partir de 1945, il participe aux divers lyrismes révolutionnaires et idéologies radicales de l'époque. En 1955, après une longue péri […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'élection présidentielle de 1965 »  : […] Après la victoire gaulliste de 1962, il n'est guère possible d'envisager de renverser le gouvernement par la voie parlementaire ; les oppositions doivent donc surtout préparer la future échéance présidentielle, prévue pour décembre 1965. Et il est évidemment à peu près impossible de se faire élire en revendiquant le modèle de président que la France a connu avant 1958 ; il faut présenter un progra […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-19 mai 2022 France. Accord électoral entre LFI, EE-LV, le PCF et le PS en vue d'une liste commune aux élections législatives.

Le 2, dans un courrier aux militants, le président du Parti radical de gauche (PRG) Guillaume Lacroix exclut tout rapprochement avec LFI. Le 3, LFI et le Parti communiste (PCF) parviennent à un accord électoral dans le cadre de la NUPES, qui octroie une soixantaine de circonscriptions à des candidats communistes. Le 4, un accord similaire est trouvé par LFI et le Parti socialiste (PS), qui prévoit d’accorder soixante-dix circonscriptions à des candidats socialistes au sein de la NUPES. […] Lire la suite

10-24 avril 2022 France. Réélection du président Emmanuel Macron.

Le 19, Jean-Luc Mélenchon, qui a appelé à ne donner aucune voix à Marine Le Pen au second tour et à ne pas s’abstenir, sans toutefois soutenir Emmanuel Macron, demande aux Français de l’« élire Premier ministre » en lui apportant une majorité parlementaire à l’occasion des élections législatives de juin. Le 20, Emmanuel Macron prend l’avantage lors du débat télévisé d’entre-deux-tours l’opposant à Marine Le Pen, sans toutefois que celui-ci n’apparaisse aussi défavorable à la candidate du RN que ne l’avait été leur échange en 2017. […] Lire la suite

2-7 mars 2022 France. Validation des candidatures à l'élection présidentielle d'avril.

En février, le Parti radical de gauche, dont la candidate était issue, lui avait retiré son soutien. Le 4, le président Emmanuel Macron annonce sa candidature à l’élection présidentielle par le biais d’une lettre publiée dans la presse quotidienne régionale. Le 7, le Conseil constitutionnel présente la liste des douze candidats retenus en vue de l’élection présidentielle : Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), Anne Hidalgo (PS), Yannick Jadot (EE-LV), Jean Lassalle (Résistons !), Marine Le Pen (RN), Emmanuel Macron (LRM), Jean-Luc Mélenchon (LFI), Valérie Pécresse (LR), Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste), Fabien Roussel (PCF) et Éric Zemmour (Reconquête !). […] Lire la suite

8-17 décembre 2021 France. Débat au sujet d'une primaire à gauche en vue de l'élection présidentielle.

Le 9, Yannick Jadot (EE-LV), Fabien Roussel (PCF) et Jean-Luc Mélenchon (LFI), candidats à l’élection présidentielle de leurs formations respectives, rejettent la proposition d’Anne Hidalgo. Seul Arnaud Montebourg, également candidat, accueille favorablement cette initiative. Le 17, l’ancienne ministre Christiane Taubira publie un message vidéo sur les réseaux sociaux dans lequel elle déclare « envisager » d’être candidate à l’élection présidentielle de 2022, sans vouloir être « une candidate de plus ». […] Lire la suite

4-6 octobre 2018 France. Désaveu par la base de la direction du PCF.

Du 4 au 6, les adhérents du Parti communiste français (PCF), consultés sur le texte devant servir de « base commune » de discussion en vue de la préparation du congrès prévu en novembre, rejettent le texte présenté par le Conseil national dirigé par Pierre Laurent. Ils adoptent le texte intitulé Pour un manifeste du Parti communiste du xxie siècle proposé par le président du groupe communiste à l’Assemblée nationale André Chassaigne et le chef de la fédération du Nord Fabien Roussel. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard PUDAL, « PCF (Parti communiste français) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pcf-parti-communiste-francais/