Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PCF (Parti communiste français)

Depuis l'effondrement des régimes communistes en Europe de l'Est et en U.R.S.S. (1989-1991), l'histoire du P.C.F. peut être considérée comme achevée, du moins tant qu'elle est indissociable d'une configuration originale fondée sur l'ensemble des relations imaginaires et institutionnelles nouées au sein d'un mouvement communiste international dont la révolution d'octobre 1917 fut l'impulsion et dont le communisme soviétique assura la direction.

Ainsi bornée chronologiquement, cette histoire peut être divisée en deux grandes périodes caractérisées, pour la première, de 1920 à 1956, par la formation et l'apogée d'un parti politique progressivement orienté et habité par le « stalinisme » et, pour la seconde, de 1956 à nos jours, par une crise jamais résolue, se manifestant par un affaiblissement continu, même si elle fut parfois « masquée », aux yeux des observateurs comme des acteurs, par des phases de répit. Telle est la façon dont il nous paraît légitime de rendre compte de l'histoire du P.C.F. Elle résulte d'une longue tradition « historiographique » habitée par la question de la « spécificité » de ce parti politique, diabolisé ou encensé suivant les cas, mais toujours au prix d'une focalisation qui privilégie les facteurs endogènes.

Fondation et apogée d'un parti de « type nouveau » (1920-1956)

Le congrès de Tours et son sens (décembre 1920)

Dans la conjoncture de l'après-Première Guerre mondiale, marquée par une intense mobilisation sociale (les grèves de 1920) et intellectuelle, naît à Tours en décembre 1920, à la suite d'une scission majoritaire de la S.F.I.O. sur la question de l'adhésion à l'Internationale communiste fondée en 1919 à Moscou, un Parti socialiste (Section française de l'Internationale communiste) qui ne deviendra officiellement Parti communiste qu'en 1922. Pour les uns, parti de type nouveau qui se démarquerait à jamais de ce qu'ils considéraient comme les errements du Parti socialiste unifié fondé en 1904, pour les autres, selon le pronostic de Léon Blum, effet d'une division provisoire appelée à être résorbée une fois l'illusion soviétique et l'émotion critique passées, ce nouveau parti est l'objet d'attentes imprécises, d'anticipations contradictoires, d'investissements multiples aussi bien dans la base militante qu'au niveau des multiples prétendants aux postes dirigeants.

Le congrès de Tours va devenir, dans l'histoire officielle du P.C.F., l'acte par lequel on serait passé de « l'ombre à la lumière », comme l'écrira plus tard l'historien de parti Jean Fréville. Certes, la plus grande confusion règne, avant comme après, en particulier quant aux événements russes qui agissent à la manière d'un test projectif sur l'imaginaire militant. C'est pourquoi le choix de l'Internationale communiste qu'opère la majorité du Parti socialiste au congrès de Tours en 1920 est le fait de dirigeants dont la plupart ne resteront pas communistes. C'est le cas par exemple du secrétaire issu de Tours, L.-O. Frossard. Néanmoins, ce qui plaide en faveur du congrès de Tours comme acte fondateur, outre que « l'adhésion à l'I.C. » y est solennellement proclamée, c'est qu'il peut conduire à « l'acteur collectif » inventé et sacralisé par le stalinisme : « le Parti ». Il consacre aussi une autorité qui va progressivement s'imposer à la fois institutionnellement, intellectuellement et matériellement : l'Internationale communiste (1919-1943), puis le Kominform (1947-1956), c'est-à-dire aussi le Parti communiste de l'Union soviétique (P.C.U.S.). Le rôle légitimant de l'Internationale communiste, seule autorité progressivement susceptible de consacrer et d'ordonner[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Manifestation communiste

Manifestation communiste

Maurice Thorez, 1947

Maurice Thorez, 1947

Georges Marchais, 1981

Georges Marchais, 1981

Autres références

  • AFFICHE ROUGE L'

    • Écrit par Stéphane COURTOIS
    • 2 506 mots
    • 2 médias
    La Main-d'œuvre étrangère, qui prit en 1932 le nom de Main-d'œuvre immigrée (MOI), a été créée dès 1926 par le Parti communiste français (PCF). Cette organisation était destinée à regrouper tous les militants communistes étrangers vivant en France. Or il y avait, dans les années 1920, des centaines...
  • ART SOUS L'OCCUPATION

    • Écrit par Laurence BERTRAND DORLÉAC
    • 7 408 mots
    • 2 médias
    En matière de résistance « active », le Parti communiste français, mieux structuré depuis l'avant-guerre, chapeautait le Front national des arts (branche du Front national), imprimait le journal clandestin L'Art français (cinq numéros parus) et réalisait l'album militant antivichyste...
  • BANLIEUE

    • Écrit par Jean BASTIÉ, Stéphane BEAUD, Jean ROBERT
    • 6 571 mots
    ...perspective en revenant sur la signification historique de la « banlieue rouge » et du communisme municipal. La conquête dans l'entre-deux-guerres par le P.C.F. des mairies des villes de la petite couronne parisienne (Ivry, Montreuil, Saint-Denis, Aubervilliers, etc.) et la constitution de bastions communistes...
  • BECKER JEAN-JACQUES (1928-2023)

    • Écrit par Erwan LE GALL
    • 920 mots

    Historien français né le 14 mai 1928, Jean-Jacques Becker est l’auteur de travaux sur la Première Guerre mondiale faisant référence. Spécialiste de l’opinion, sa contribution à l’histoire politique de la France du xxe siècle est également importante. Nommé maître assistant à Nanterre...

  • Afficher les 82 références

Voir aussi