DIONYSOS, mythologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps tenu pour un dieu étranger, venu de la Thrace, qui aurait été la patrie de l'orgiasme, introduit en Grèce par ses missionnaires et ses dévots, Dionysos est en réalité un dieu qui signifie l'ailleurs et qui désigne l'Autre. Étrange et familier, mais présent dans le panthéon grec de longue date (les tablettes mycéniennes de Pylos ont livré son nom à côté des puissances reconnues de l'Olympe).

Dionysos

Dionysos

Dessin

Fils de Zeus, Dionysos est le dieu de la vigne, du vin et du délire mystique. De nombreuses légendes sont attachées à son nom. Dionysos serait sorti de la cuisse de son père. Il erre dans tout le monde grec, jusqu'en Inde. Pour les Grecs, Dionysos préside aux banquets et à toutes les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Composante essentielle de la religion grecque, Dionysos n'est jamais entièrement inscrit dans la cité. Ses temples y sont rares. Et il est plus souvent devant la cité qu'au-dedans. Dionysos est en relation privilégiée avec la nature non civilisée, avec les puissances du monde sauvage. Tout un aspect du mysticisme qui se réclame de lui met en valeur ce refus du politique et des valeurs de la vie socialisée. Le partage se fait en termes culinaires : la cité incite à manger la viande cuite d'animaux domestiques, sacrifiés selon les règles qui prévoient la part des dieux et celle que les hommes peuvent obtenir. Dans le dionysisme, le modèle est l'omophagie : manger crues les chairs d'une victime animale capturée et déchiquetée au terme d'une poursuite sauvage. On sort ainsi du système qui fonde la condition humaine dans un double rapport : avec les dieux et avec les animaux. Dionysos entraîne ses fidèles dans une nature extérieure à la cité, où les bêtes, les hommes et les dieux se confondent, et sont interchangeables. Les Bacchantes se conduisent comme des bêtes féroces, et Agavé rapporte la tête de son fils traqué par la meute des femmes dont elle dirige la course. L'omophagie entraîne à se comporter comme Dionysos, « mangeur de chair crue » : l'homme est tour à tour bête et dieu.

À l'extrême, Dionysos contraint à l'anthropophagie. On bascule dans un temps antérieur à la société, où les hommes se mangent entre eux, comme font les bêtes sauvages. Mais en brouillant les frontières, Dionysos montre le caractère interchangeable des extrêmes établis par la pensée politico-religieuse : le plan de la bestialité se confond avec l'âge d'or. Le dieu mangeur de chair humaine naît da [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  DIONYSOS, mythologie  » est également traité dans :

CHUVIN PIERRE (1943-2016)

  • Écrit par 
  • Maurice SARTRE
  •  • 961 mots

Helléniste de l’Antiquité tardive et spécialiste du monde turcophone, Pierre Chuvin est né le 18 juillet 1943 à Saint-Angel (Allier) et décédé le 26 décembre 2016. Agrégé de lettres classiques en 1966, il est recruté comme assistant de grec à l’université de Clermont-Ferrand où il a étudié. Il choisit, grâce à l’helléniste Francis Vian dont il a suivi les cours, de consacrer sa thèse à la monument […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-chuvin/#i_16349

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 597 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le rituel de la consultation »  : […] Autour de la Pythie, pendant des siècles et jusqu'à Constantin, toute une vie religieuse et cultuelle se déroule. Le temps est scandé : les consultations, d'abord annuelles (le sept du mois Byzios – février-mars –, jour anniversaire d'Apollon), furent, à partir d'une date indéterminée, mensuelles : elles avaient lieu le sept de chaque mois. Ce jour portait un nom qui en dénotait la qualité et la f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delphes/#i_16349

DIONYSIES GRANDES

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 350 mots
  •  • 1 média

Les grandes dionysies ou dionysies urbaines sont les plus imposantes des trois grandes fêtes de Dionysos (les deux autres sont les lénéennes et les petites dionysies champêtres) . Apparues à Athènes au ~ vi e siècle, elles seront vite célébrées avec éclat dans toutes les cités de quelque importance, l'origine religieuse s'effaçant peu à peu au pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grandes-dionysies/#i_16349

ÉLEUSIS

  • Écrit par 
  • Marie DELCOURT
  •  • 2 031 mots

Dans le chapitre « Les dieux »  : […] Ces données, qui ne permettent pas de reconstituer un scénario suivi, ne comporteraient à peu près aucune mention d'une quelconque figure divine si une source, du reste suspecte, ne citait l'enlèvement de Korè et une union concrètement réalisée. Rites et monuments en disent davantage. Iacchos, amené triomphalement à Éleusis dans la grande procession, apparaît d'abord, semble-t-il, comme la person […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleusis/#i_16349

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Essor de la religion civique »  : […] La Grèce sort paradoxalement victorieuse de la crise des guerres médiques : la ferveur envers les dieux ne laisse pas d'en être considérablement renforcée dans toutes les cités qui ont participé à la gigantesque mêlée. C'est le cas notamment à Athènes. Les dieux et les héros de l'Attique ont lutté aux côtés des Athéniens, à Marathon comme à Salamine ; Athéna a fait repousser l'olivier sacré de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_16349

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le théâtre en Grèce antique »  : […] Les origines du théâtre grec sont obscures, et sans doute en grande partie différentes pour les quatre genres dramatiques pratiqués dans l'Athènes classique lors des fêtes de Dionysos : dithyrambe, tragédie, drame satyrique et comédie. Le plus ancien est le dithyrambe, présent dans le nord-ouest du Péloponnèse dès le début du vi e  siècle. C'est u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-theatre-et-musique/#i_16349

LES MYSTÈRES DU GYNÉCÉE (ouvrage collectif), LA GRANDE FRESQUE DE LA VILLA DES MYSTÈRES À POMPÉI (G. Sauron ) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hervé DUCHÊNE
  •  • 1 068 mots

Pour qui se rend à Pompéi, la visite de la villa des Mystères, explorée à partir de 1909, est comme un pèlerinage. À l'écart de la foule des touristes qui s'engage dans le périmètre des fouilles, il faut suivre une route empruntée par d'autres initiés. On atteint les vestiges d'une riche demeure située à 400 mètres hors des remparts antiques, et l'on rejoint, après quelques détours, un salon de 9 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-mysteres-du-gynecee/#i_16349

L'HISTOIRE VÉGÉTALISÉE. ORNEMENT ET POLITIQUE À ROME (G. Sauron) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre GROS
  •  • 999 mots

Dans le monde submergé d'images vulgairement utilitaires où nous évoluons, nous éprouvons quelque difficulté à admettre que, en d'autres temps, l'œuvre ornementale a assumé une fonction essentielle dans la transmission des messages politiques et religieux. Quand il s'agit de décor architectural, à caractère rythmique ou répétitif, cette difficulté structurelle se double d'une réticence esthétique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-histoire-vegetalisee-ornement-et-politique-a-rome/#i_16349

MYTHOLOGIES - Le monde gréco-romain

  • Écrit par 
  • John SCHEID, 
  • Giulia SISSA, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  • , Universalis
  •  • 4 799 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anthropologie divine »  : […] En Grèce, les dieux naissent sur terre. C'est le souvenir d'Apollon et d'Artémis nés à Délos, d'Hermès enfanté dans une caverne, d'Aphrodite affleurant de l'Égée qui accompagne ceux qui, de loin ou de près, posent leur regard sur la théologie païenne. Une pensée théologique qui porte bien son autre nom grec d'anthropologeïn, c'est-à-dire d'un savoir dont des dieux représentés comme des hommes sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-le-monde-greco-romain/#i_16349

LA NAISSANCE DE LA TRAGÉDIE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 209 mots

Dans le chapitre « L'œuvre d'art à la lumière du religieux »  : […] Sur un sujet des plus classiques de la philologie, que Nietzsche avait lui-même abordé plusieurs fois, depuis 1870, dans ses enseignements à l'Université et au Lycée cantonal de Bâle le brillant élève du philologue Friedrich Ritschl publiait un livre fort peu universitaire : relativement court, malgré l'ampleur des thèmes traités, sans notes, écrit dans un style flamboyant et par endroits polémiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-naissance-de-la-tragedie/#i_16349

ORPHISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 1 640 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une religion des livres »  : […] Le refus prend d'autres formes. Il s'exprime en particulier dans un système de pensée de type cosmogonique, tout entier construit contre la tradition d'Hésiode et la « théologie » officielle des Grecs. Ces cosmogonies et théogonies orphiques ont souvent été tenues pour des constructions tardives, élaborées dans des milieux néo-platoniciens. La découverte, en 1962, à Derveni, près de Thessalonique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orphisme/#i_16349

PHALLUS

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Maurice OLENDER, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 5 741 mots

Dans le chapitre « Phallus en promenades solennelles »  : […] Si, par sa racine indo-européenne, le substantif grec phallos évoque un gonflement, il désignait, dans son sens le plus ancien, le pénis en érection et, plus souvent, sa représentation. D'autres mots, le grec aïdoïa et le latin pudenda (à la fois « les parties honteuses » et « ce pour quoi on a de la révérence ») signifiaient aus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phallus/#i_16349

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les conséquences des guerres puniques »  : […] Victorieuse, Rome paie cher cependant son triomphe. Les rangs de ses citoyens se sont éclaircis, riches et pauvres sont séparés par un fossé plus profond, tandis que la classe moyenne tend à disparaître. La campagne se couvre de vastes pâturages, le blé importé de Sicile concurrence la culture des céréales, aux petites propriétés succèdent de vastes latifundia qui ne laissent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-republique/#i_16349

SALUT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 4 781 mots

Dans le chapitre « Le salut dans l'orphisme grec »  : […] Dans la religion grecque commune, le titre de « sauveur » ou « salvatrice » ( sôter et sôteira ) est décerné à plusieurs dieux et déesses. C'est une épithète ordinaire de Zeus et d'Athéna ; les Athéniens célébraient en l'honneur de tous deux une fête appelée précisément Diisôteria  ; ils offraient à Zeus sôter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salut/#i_16349

SARCOPHAGES À SCÈNES DIONYSIAQUES OU MILITAIRES (Rome)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 262 mots

La tradition romaine de l'incinération, qui s'est maintenue, sauf dans certaines grandes familles (celle des Scipions, par exemple), durant la République et le premier siècle de l'Empire, a laissé progressivement la place à l'inhumation à partir du règne de Trajan (98-117). Trois centres de production de sarcophages s'affirment rapidement : Rome, où sont fabriqués des cuves et des couvercles sculp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarcophages-a-scenes-dionysiaques-ou-militaires/#i_16349

SATYRES & SILÈNES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 321 mots
  •  • 3 médias

Créatures sylvestres de la mythologie grecque, mi-homme mi-bête, les satyres et les silènes étaient à l'origine représentés sous les traits d'hommes rustres, avec une queue, des oreilles de cheval et un phallus en érection. L'emploi de deux noms a donné naissance à deux explications contradictoires : selon les uns, silène est le terme grec d'Asie Mineure, et satyre le terme grec autochtone, tous d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satyres-et-silenes/#i_16349

Pour citer l’article

Marcel DETIENNE, « DIONYSOS, mythologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dionysos-mythologie/