ORPHISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Refus du sacrifice sanglant

Le genre de vie orphique se définit par un certain nombre d'interdictions, dont les unes sont alimentaires et les autres vestimentaires. Ne pas se laisser ensevelir dans des vêtements de laine, porter des habits de couleur blanche, ne pas entrer en contact avec un cadavre, autant de refus de ce qui appartient au monde de la mort. Sur le plan alimentaire, le régime orphique se caractérise essentiellement par le refus de manger « ce qui est animé » et par le souci de consommer seulement ce qui n'est pas « vivant ». Les Grecs définissaient ce végétarisme par une formule en apparence énigmatique : « Orphée a enseigné aux hommes à s'abstenir de phonoi. » Littéralement, phonos signifie meurtre. En l'occurrence, ce mot a d'autres significations : c'est, en particulier, le nom réservé au sacrifice sanglant dans toute une tradition religieuse. S'abstenir de « meurtres » est une manière ésotérique d'exprimer le refus de la nourriture carnée. Il ne s'agit pas là d'un caprice alimentaire. Que signifie, en effet, dans la société grecque, manger de la viande ou refuser d'en manger ? Dans une société où la consommation de la nourriture carnée est inséparable de la pratique du sacrifice sanglant, c'est-à-dire de l'acte rituel le plus important de la religion politique, refuser de manger de la viande, c'est rejeter tout un ensemble de valeurs religieuses, c'est refuser un certain type de communication entre les hommes et les dieux.

En effet, le premier sacrifice sanglant remonte au partage que Prométhée fit à Méconè d'un bœuf destiné à réconcilier les dieux et les hommes. Partage qui aboutit, par la ruse de Prométhée et la contre-ruse de Zeus, à fixer le régime alimentaire qui différencie les hommes et les dieux. En réservant aux hommes toute la chair du bœuf et en ne laissant aux dieux que l'odeur des viandes et le fumet des graisses, Prométhée condamnait [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Autres références

«  ORPHISME  » est également traité dans :

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme en Grèce »  : […] L' ascétisme a joué un grand rôle dans certaines des écoles philosophiques de la Grèce ancienne. On distinguera ici une tradition dualiste de l'ascèse- purification et une tradition « réaliste » de l'ascèse comme retour à la nature. La première remonte au pythagorisme et à l' orphisme. C'est la tradition du corps-tombeau ( sôma =  sêma ) à laquelle Platon a donné ses lettres de noblesse dans le […] Lire la suite

CATHARSIS

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 815 mots

Dans sa Poétique , Aristote justifie la tragédie en lui attribuant un pouvoir de purification ( katharsis ) des passions du spectateur. Assistant à un tel spectacle, l'être humain se libérerait des tensions psychiques, qui s'extériorisent sur le mode de l'émotion et de la sympathie avec l'action représentée (induisant pitié, colère, etc.). Cette interprétation de la catharsis se rapporte à une con […] Lire la suite

DIONYSOS, mythologie

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 534 mots
  •  • 1 média

Longtemps tenu pour un dieu étranger, venu de la Thrace, qui aurait été la patrie de l'orgiasme, introduit en Grèce par ses missionnaires et ses dévots, Dionysos est en réalité un dieu qui signifie l' ailleurs et qui désigne l'Autre. Étrange et familier, mais présent dans le panthéon grec de longue date (les tablettes mycéniennes de Pylos ont livré son nom à côté des puissances reconnues de l'Ol […] Lire la suite

ENFERS ET PARADIS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Mircea ELIADE
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Enfer et paradis orphiques »  : […] Il est probable que ce passage de L'Odyssée reflète des influences orphiques. Ce sont en effet les orphiques qui ont modifié la conception traditionnelle de l'autre monde. Selon leurs vues, on subit dans l'Hadès la peine des péchés qu'on n'a pas expiés sur la terre. En descendant aux enfers, l'âme sera châtiée ou récompensée suivant ses fautes ou ses mérites. « Les coupables sont condamnés à de […] Lire la suite

ÉROS

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 470 mots
  •  • 1 média

Divinité grecque qui porte le nom d'une fonction psychologique : Éros signifie le désir amoureux . Il tient une place importante dans la pensée religieuse, dans la vie sociale comme dans l'art et la littérature des Grecs. Dans les cosmogonies orphiques qui racontent l'émergence du monde, Éros est une puissance primordiale qui n'a ni père ni mère. Dans la cosmogonie d'inspiration orphique qu'Aristo […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La religion, source globale d'inspiration »  : […] La religion vivifie toute la civilisation des âges sombres, mais surtout de l'époque archaïque, et se révèle la source primordiale d'inspiration. La littérature est profondément imprégnée par la religion, comme il apparaît déjà chez Homère, dont pourtant l'œuvre est surtout faite de récits : mais le monde des dieux leur sert constamment de toile de fond. En raison de leur succès incomparable, les […] Lire la suite

KUPKA FRANTIŠEK (1871-1957)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 789 mots

L'histoire de l'art a été longue à prendre la mesure de l'apport de František Kupka à l'invention de l'abstraction. Il n'est pas sûr, du reste, que la position du peintre soit bien ferme et définitivement acquise : son œuvre n'a pas encore reçu l'attention que l'on a accordée à celle des autres pionniers de l'art abstrait, et son nom n'est pas spontanément associé à ceux des Kandinsky, Mondrian, D […] Lire la suite

PYTHAGORE (580 av. J.-C.?-? 500 av. J.-C.) ET PYTHAGORISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE, 
  • Daniel SAINTILLAN
  •  • 3 175 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un penseur essentiellement religieux »  : […] L'existence de Pythagore au moins est assurée. Né dans la première moitié du vi e  siècle avant J.-C. à Samos en Asie Mineure, où il fut probablement en contact avec la pensée milésienne, il quitte vers l'âge de quarante ans sa ville natale pour émigrer à Crotone, en Italie méridionale. Il y entreprend une œuvre de prédication, visant à introduire une nouvelle règle de vie, et y fonde une communau […] Lire la suite

SALUT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 4 781 mots

Dans le chapitre « Le salut dans l'orphisme grec »  : […] Dans la religion grecque commune, le titre de « sauveur » ou « salvatrice » ( sôter et sôteira ) est décerné à plusieurs dieux et déesses. C'est une épithète ordinaire de Zeus et d'Athéna ; les Athéniens célébraient en l'honneur de tous deux une fête appelée précisément Diisôteria  ; ils offraient à Zeus sôter la troisième et dernière coupe des banquets, et Platon fait plusieurs fois allusion à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel DETIENNE, « ORPHISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orphisme/