ORNEMENT, histoire de l'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les créateurs de l'ornement

Dans chaque domaine de l'art et des arts décoratifs, il y a eu des artistes qui créaient des ornements, architectes, peintres, sculpteurs, graveurs ou orfèvres, mais il n'existait pas dans ce domaine de véritable spécialisation professionnelle sous l'Ancien Régime. L'emploi généralisé du terme ornemaniste, dès le quatrième quart du xixe siècle en France, pour désigner la personne qui invente l'ornement, a largement contribué à répandre l'idée contraire. La confusion entre l'exécution et l'invention de l'ornement est à l'origine de l'utilisation erronée le plus souvent du mot ornemaniste qui désigne un créateur d'ornement. Le mot ornemaniste était réservé à l'origine à la personne à qui avait été confiée l'exécution de l'ornement, soit en peinture (l'ornemaniste travaillant pour A. Peyrotte, 1748, par exemple), soit en sculpture (le sculpteur-ornemaniste P.-E. Babel, 1751), soit en dessin (C. Normand, 1826), mais le mot fut aussi utilisé, dès le début du xixe siècle, pour désigner d'abord celui qui fournissait des dessins d'ornement à l'industrie et ensuite toute personne dessinant ou exécutant un ornement. Toutefois, au xixe siècle, le mot couvrit la notion d'exécution, et ce n'est que lorsque quelques études sur l'ornement gravé parurent (D. Guilmard, 1880) que le concept d'invention supplanta l'autre. Le mot ornemaniste, sans doute pour des raisons de commodité, a donc pris un sens qui ne se fonde pas sur une réalité historique.

Jusqu'au xixe siècle, l'invention de l'ornement ne peut jamais être attribuée à un seul corps de métier, celui d'ornemaniste n'existant pas, et il y avait des artistes capables de créer des ornements parmi les représentants de tous les métiers. Mais certains artistes se spécialisèrent dans la création d'ornements : avant tout des orfèvres (P. Flötner, É. Delaune, Masson, A. et N. Loire, J.-A. Meissonnier, T. Germain, H. Auguste, Biennais), ainsi que des peintres (Raphaël, Perino del Vaga, Jules Romain, Vouet, Lebrun) et des peintres de décorations (J. Lemoyne, A. Peyrotte), des dessinateurs (G. Charmeton, J. Bérain, P. et G. Androuet Du Cerceau, J.-C. Delafosse, C. Normand, Chenavard), des graveurs (J. Marot, J. Le Pautre), des sculpteurs (J.-B. Toro, G. Moitte, Lhuillier), des ébénistes (les Boulle) et des architectes (Alberti, Serlio, Palladio, Borromini, Oppenordt). Mais la répartition du travail n'était jamais aussi stricte, et l'attribution de la naissance d'un ornement à un seul métier est quasi impossible, notamment pour les artistes de cour. D'un point de vue théorique, G. Semper (Der Stil, 1861-1863) et ses disciples défendaient l'idée que le style et l'ornement étaient déterminés par le matériel et la technique. En revanche, pour A. Riegl (1893), l'homme a créé les ornements d'une manière consciente, et il démontre, notamment pour les arts textiles, que l'impulsion ne vient pas de la technique, mais d'une « volonté d'art » (Kunstwollen).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : historien de l'art, diplômé de l'université de Leyde, Pays-Bas

Classification

Autres références

«  ORNEMENT, histoire de l'art  » est également traité dans :

ADAM ROBERT (1728-1792) ET JAMES (1730-1794)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 588 mots
  •  • 6 médias

Les architectes et décorateurs Robert et James Adam sont les fils d'un architecte écossais, William Adam. Ce dernier, déjà mêlé au courant du retour à l'antique qui depuis Inigo Jones triomphait en Angleterre, voulut que ses fils étudient directement les œuvres de l'Antiquité et non pas seulement, comme ses compatriotes, à travers Palladio. Au cours d'un voyage en Italie et en Dalmatie, aidés de l […] Lire la suite

ALICATADO

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 214 mots

Le terme d' alicatado désigne, en Espagne, une mosaïque constituée par des fragments de céramique émaillée de formes et de couleurs différentes, incrustées dans du plâtre. Ces fragments de faïence sont obtenus à partir d' azulejos monochromes sur lesquels on trace un décor et dont on détache ensuite la partie dessinée à l'aide de pinces appelées alicates , en frappant le carreau à petits coups. […] Lire la suite

ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 968 mots

Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage consacré aux « plus excellents bâtiments » de la France. Son œuvre immense (1 700 gravures, 1 200 des […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Brigitte DERLON, 
  • Monique JEUDY-BALLINI
  •  • 3 612 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les prémices »  : […] À ses débuts, l’intérêt anthropologique pour l’art se focalisa sur les sociétés non occidentales par le biais des artefacts rapportés des grands voyages d’exploration du monde puis entrés dans les collections européennes (cabinets de curiosités, trésors princiers) qui devaient par la suite enrichir les fonds muséographiques. Ils constituèrent ainsi les principaux matériaux de réflexion des savants […] Lire la suite

ARABESQUE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 3 456 mots

Le mot arabesque désigne des ornements composés de lignes courbes, de rinceaux qui s'entrecroisent. L'arabesque décore la superficie d'une œuvre dont la figure humaine est absente. Aux xv e et xvi e  siècles, le mot arabesque pouvait s'écrire aussi rabesques . Synonyme de moresque , aussi écrit mauresque , venant des Maures, il suggère l'origine musulmane du motif. Or, malgré la présence des mus […] Lire la suite

ARCATURE

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 106 mots

Motif architectural qui se compose d'une suite de petites arcades reposant soit sur des colonnettes soit sur des culs-de-lampe. Jouant un rôle important dans l'animation de la surface murale, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'édifice, l'arcature peut être employée en soubassement ou en couronnement ; elle peut être aveugle, c'est-à-dire plaquée contre le mur, ou ajourée. Le dessin de l'arca […] Lire la suite

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 797 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La nature »  : […] Pour les créateurs de l'Art nouveau, le motif végétal n'était pas qu'une transcription fidèle à la manière d'un botaniste. Il importait d'exprimer un sentiment ineffable : « la grande communion de la nature » (dénomination d'une coupe de Gallé, 1900). Le décorateur moderne éveillera « les esprits et les âmes par la traduction des beautés épandues dans le monde ». À l'époque de l'Art nouveau, des b […] Lire la suite

AUDRAN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 561 mots

Famille de graveurs, d'ornemanistes et de peintres français du xvii e  siècle et du début du xviii e  siècle. Les personnages les plus célèbres de cette dynastie sont le graveur Gérard et le peintre ornemaniste Claude III. Gérard Audran (1640-1703) commença par étudier la gravure avec son père Claude I er (1592-1677), mais ce n'est qu'après un séjour en Italie où il travailla dans l'atelier de Ca […] Lire la suite

AZULEJOS

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 978 mots
  •  • 2 médias

Le terme azulejo , qui semble dérivé du mot espagnol azul (bleu), est devenu synonyme de carreau de faïence pour les pays d'Europe et d'Amérique soumis à l'influence espagnole et portugaise. Diffusée par l'Espagne qui l'a adoptée la première, cette technique nouvelle s'est largement répandue au cours des xv e et xvi e  siècles. Pourtant, contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, l' […] Lire la suite

BERAIN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 426 mots
  •  • 1 média

Famille de décorateurs et de graveurs français de la fin du xvii e siècle et du début du xviii e connue grâce aux travaux de R. A. Weigert ( Jean I er Berain... 1640-1711 , Paris, 1937). La renommée de cette famille est surtout due à Jean I er (1640-1711). Fils d'un arquebusier lorrain, il est, dès l'installation de son père à Paris en 1645, mêlé au milieu des graveurs et armuriers, ce qui exp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Peter FUHRING, « ORNEMENT, histoire de l'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ornement-histoire-de-l-art/