Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ORCHESTRE

Les ensembles quelconques d'instruments

Le mot orchestre, dans le langage courant, a souvent une signification vague que précise seulement le contexte. Ainsi, lorsqu'il ne s'agit pas d'un opéra de type classique, on parle d'orchestre de théâtre. En effet, la composition de l'orchestre de l'opéra classique ou romantique est la même que celle de l'orchestre symphonique de l'époque correspondante. Mais, pour des raisons qui étaient liées soit à des impératifs économiques soit à l'exiguïté de la fosse dans laquelle se rangeaient les musiciens, les théâtres dans lesquels on utilisait une musique de scène ou encore les théâtres d'opérettes employaient des effectifs réduits. En théorie, cet effectif est comparable à celui de l'orchestre de chambre ; en pratique, il arrivait qu'un instrument polyphonique comme le piano soit chargé de « combler les trous » et de jouer les parties manquantes dans l'instrumentation prévue par le compositeur. Ces orchestrations obéissaient souvent à une coutume qui consistait à écrire des « à défaut », c'est-à-dire signaler, dans certaines parties instrumentales, ce que le musicien ne devait jouer que s'il manquait un instrument (par exemple : clarinette à défaut de violon).

Cette coutume des à défaut devient presque une règle dans l'orchestre de brasserie. Ce dernier, qui tend malheureusement à disparaître, réunissait des instruments parfois disparates qui s'efforçaient de jouer, au prix d'arrangements quelquefois ingénieux, des œuvres qui avaient été écrites pour un effectif standard (musique de brasserie) ou pour un orchestre symphonique complet. C'est souvent à partir d'intentions analogues à celles de l'orchestre de brasserie (distraire, sans demander un effort d'attention musicale, un rassemblement de personnes dans un lieu public) que naît l' orchestre de genre. Dans ce dernier, le disparate de la formation instrumentale et, éventuellement, l'utilisation d'instruments spéciaux quelquefois étranges (scie musicale, par exemple) cessent d'être accidentels pour devenir une sorte de règle : l'orchestre de genre doit, par définition, posséder quelque chose d'insolite, soit dans le choix de son répertoire, soit par la nature de ses instruments.

L' orchestre de danse est littéralement protéiforme. Ce pouvait être, au temps des fastes de la Vienne impériale, un orchestre symphonique complet, capable d'exécuter les orchestrations savantes des valses de Johann Strauss. Ce peut être aussi un ensemble absolument quelconque de musiciens aptes à faire danser un échantillon de population également quelconque, à l'exclusion de danseurs professionnels. L'une de ses variétés les plus populaires en France, l'orchestre musette, était un petit groupe d'instrumentistes réunis autour d'un accordéoniste.

L'un des cas où le mot « orchestre » désigne les formations instrumentales les plus variées est celui de la musique de jazz. L'orchestre de jazz, dans le langage courant, est aussi bien une petite formation (combo) qu'un rassemblement important de musiciens. Toutefois, lorsque ce rassemblement dépasse une dizaine d'instrumentistes, l'habitude a été prise de le désigner par l'expression « grand orchestre » ou big band (Fletcher Henderson, le pionnier, Duke Ellington, Count Basie, Stan Kenton, Woody Herman...). Mais, qu'il s'agisse d'un simple trio, d'un quatuor (quartette) ou d'une grande formation, le principe même de la musique de jazz exige que soient toujours présents, aux côtés d'un ou de plusieurs musiciens « mélodistes » (anches et cuivres principalement), au moins deux autres musiciens pour former la « section rythmique ». On y trouve donc presque toujours la batterie et la [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Clarinette basse : exemple sonore (1)

Clarinette basse : exemple sonore (1)

Clarinette basse : exemple sonore (2)

Clarinette basse : exemple sonore (2)

Clarinette contrebasse : exemple sonore (1)

Clarinette contrebasse : exemple sonore (1)

Autres références

  • BASIE WILLIAM dit COUNT (1904-1984)

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 1 871 mots
    • 1 média
    ...Rushing. L'année suivante, en compagnie d'une partie des musiciens de l'orchestre, il rejoint la formation de Bennie Moten. À la mort de celui-ci, en 1935, il fonde son premier orchestre. Le célèbre critique John Hammond le distingue et le fait engager au Grand Terrace Café de Chicago. L'ensemble se produit...
  • BBC ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE LA

    • Écrit par Alain PÂRIS
    • 618 mots
    • 1 média

    Fondé à Londres en 1930 pour donner des concerts diffusés en direct sur l'antenne de la B.B.C., l'Orchestre symphonique de la B.B.C. (B.B.C. Symphony Orchestra) voit son profil d'activité se diversifier avec l'essor du disque, et il commence à donner régulièrement des concerts publics...

  • BERLIN ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

    • Écrit par Alain PÂRIS
    • 1 289 mots
    • 4 médias

    Fondé en 1882, l'Orchestre philharmonique de Berlin (Berliner Philharmonisches Orchester) a toujours été considéré comme l'une des meilleures et des plus prestigieuses formations symphoniques du monde. Son homogénéité, l'élan collectif qui s'en dégage reflètent dans ce qu'elle a de plus fort...

  • BOLLING CLAUDE (1930-2020)

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 685 mots

    Pianiste, compositeur et chef d’orchestre, Claude Bolling se jouait des frontières qui séparent, en Europe, œuvres classiques, jazz, chanson et musique de film. Il aura été l’un des ultimes défenseurs du mainstream, c’est-à-dire de l’ère du swing.

    Né le 10 avril 1930 à Cannes, Claude...

  • Afficher les 61 références

Voir aussi