ORCHESTRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure de l'orchestre classique

Classique ou romantique ?

L'orchestre symphonique classique d'aujourd'hui devrait plutôt être nommé, depuis Berlioz et Wagner, orchestre romantique. En effet, l'orchestre utilisé par Haydn, Mozart et même Beethoven, comparé à celui de Berlioz, Wagner ou Debussy, a un effectif relativement réduit. Il est d'usage, pour décrire cet orchestre romantique, de répartir les instruments en quatre grandes familles : des instruments à vent en bois, ou groupe des bois (dénomination d'ailleurs impropre car, depuis très longtemps, les flûtes sont construites en métal), des instruments à vent en cuivre, celle des instruments à percussion et celle des cordes. Jusqu'au début du xxe siècle, on a travaillé à compléter, à l'intérieur de chaque famille, les différents pupitres d'instruments afin d'essayer de représenter chaque timbre par une série d'instruments embrassant la plus grande échelle sonore possible. Le pupitre des flûtes s'est enrichi de la petite flûte (ou piccolo), jouant à l'octave aiguë de la flûte normale, et de la flûte en sol, jouant une quarte plus bas ; celui des clarinettes, de la petite clarinette en mi bémol, plus haute, de la clarinette basse, et même de la clarinette contrebasse. D'une manière un peu schématique, on rend souvent compte de l'effectif et des moyens d'un orchestre en disant qu'il est « par deux », « par trois », ou « par quatre », ce qui signifie que les représentants de certains pupitres, notamment les flûtes, les hautbois, les clarinettes et les bassons, sont au nombre de deux, trois ou quatre. Il en résulte que, pour équilibrer la sonorité des instruments à vent, il est nécessaire d'avoir un nombre plus ou moins élevé d'instruments à archets. Dans la famille des cuivres, les cors, instruments dont la tessiture est très étendue, sont traditionnellement au nombre de quatre, le premier et le troisième cors étant spécialisés dans les notes aiguës, les deuxième et quatrième cors dans les notes graves. En plus des familles instrumentales déjà énumérées, il faut ajouter la harpe et le piano qui, tout en étant intégrés à l'orchestre, gardent leurs caractères propres.

Clarinette contrebasse : exemple sonore (1)

Son : Clarinette contrebasse : exemple sonore (1)

Clarinette contrebasse : gammes chromatiques avec variations. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Orchestre

Dessin : Orchestre

 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le tableau donne une idée de l'évolution de l'orchestre symphonique depuis Haydn et Mozart jusqu'à Messiaen. Il faut remarquer que le modeste effectif demandé par Haydn ou Mozart correspond à ce que, au xxe siècle, nous appelons parfois un orchestre « de chambre » S'il existe effectivement des orchestres conformes à ce que souhaitait Berlioz, il est inutile de dire que celui qui était seulement « rêvé » par ce dernier est complètement utopique, surtout si l'on considère le nombre invraisemblable de harpes et de pianos.

Instruments utilisés

Tableau : Instruments utilisés

Instruments utilisés dans quelques formations orchestrales: classiques (Haydn, Mozart), romantiques (Beethoven, Berlioz), contemporaine (Messiaen); la composition de l'orchestre «idéal» tel que le rêvait Berlioz est également indiquée. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il arrive que l'on utilise seulement soit la famille des cordes, soit celle des vents (bois plus cuivres), soit même celle des cuivres seuls. L'orchestre à cordes est généralement composé de 12 à 30 musiciens. On rencontre assez fréquemment l'effectif suivant : 8 premiers violons, 6 seconds violons, 4 altos, 4 violoncelles et 2 contrebasses. Pour constituer un orchestre d'harmonie, il est d'usage d'ajouter, aux instruments à vent habituellement présents dans l'orchestre symphonique, un certain nombre de familles entières d'instruments qui, en d'autres cas, sont utilisés assez exceptionnellement (cornets, bugles, saxophones). Quand on limite aux cuivres les instruments employés, l'orchestre ainsi composé s'appelle une fanfare. Les musiques militaires réunissent une harmonie et une fanfare.

Mais les conceptions modernes et l'imagination des compositeurs ont fait éclater la notion traditionnelle de l'orchestre. Alors qu'il semblait que les associations instrumentales devaient se faire, presque systématiquement, selon des lignes de partage tenues pour évidentes entre les bois, les cuivres, les percussions et les cordes, il apparaît maintenant que les instruments peuvent être groupés selon des combinaisons arbitraires dans le but de varier à la fois la répartition des timbres dans l'espace et les couleurs obtenues par leur audition simultanée. De plus, la tendance qui consiste à individualiser les instruments pousse les compositeurs à pratiquer abondamment les « divisions », c'est-à-dire à faire jouer des parties différentes pour chaque instrument d'un même pupitre. Dans les Métamorphoses (1945) de Richard Strauss, par exemple, on trouve 23 cordes solistes, et dans Pithoprakta (1956) de Xenakis, pour 46 instruments à cordes et 1 trombone, les cordes sont divisées en 46 parties différentes. L'orchestre tend à devenir une réunion de solistes.

La disposition sur scène

L'évolution de l'orchestre conduisit, naturellement, à changer la disposition sur scène des instrumentistes qui le constituent. Pendant une longue période, cette disposition obéit à des contraintes qui limitent les variations possibles : les musiciens doivent être placés de telle sorte qu'ils puissent toujours voir clairement le chef d'orchestre : les instruments doivent être groupés de telle façon que les instrumentistes qui jouent des parties semblables puissent recevoir, du chef d'orchestre, les mêmes indications ; on recherche, suivant les cas, l'homogénéité des masses sonores ou, au contraire, leur différenciation, ce qui a pour résultat de disposer les instruments sur toute la largeur de l'orchestre ou sur les rayons d'une circonférence dont le chef d'orchestre occuperait le centre ; on place les musiciens en fonction de la puissance sonore et de la directivité des instruments dont ils jouent ; les moins sonores occupent donc, de préférence, le devant de la scène. Le respect de toutes ces conditions permet encore un grand nombre de variantes ; par exemple : les positions « devant » ou « derrière le chef » et les dispositions « à la française » ou « à l'allemande ». La position devant le chef est maintenant universellement pratiquée. Mais, autrefois, il arrivait au théâtre que, pour pouvoir mieux diriger les chanteurs, le chef d'orchestre soit placé entre ces derniers et l'orchestre, ce qui le contraignait à tourner le dos aux musiciens. Quoique déjà condamnée par Jean-Jacques Rousseau, qui s'en plaint amèrement dans son Dictionnaire de musique, cette pratique parvint à survivre, en certains endroits, jusqu'en 1930. Si, par ailleurs, on constate fort peu de variantes importantes relativement à la disposition des instruments à vent (en bois ou en cuivre) et des percussions, situés derrière les cordes, deux écoles s'affrontent en ce qui concerne les archets. Dans la disposition « à la française », les premiers et les seconds violons sont respectivement à la gauche et à la droite du chef et du public, les altos et les violoncelles occupant le centre. Dans celle « à l'allemande », les premiers violons et les violoncelles sont à gauche et à droite, le centre est occupé par les seconds violons et les altos. Cette second [...]

Dispositions des cordes

Dessin : Dispositions des cordes

Dispositions des cordes dite à la française (en haut) et dite à l'allemande (en bas). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Clarinette basse : exemple sonore (1)

Clarinette basse : exemple sonore (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Clarinette basse : exemple sonore (2)

Clarinette basse : exemple sonore (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Clarinette contrebasse : exemple sonore (1)

Clarinette contrebasse : exemple sonore (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Orchestre

Orchestre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification

Autres références

«  ORCHESTRE  » est également traité dans :

BASIE WILLIAM dit COUNT (1904-1984)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 867 mots

Dans le chapitre « De Kansas City à New York »  : […] William « Bill » Basie naît à Red Bank (New Jersey) le 21 août 1904. Il s'initie dès l'enfance à la batterie et, sous la surveillance de sa mère, au piano. Il prend des leçons avec Willie « The Lion » Smith et avec Fats Waller, qui lui fait aussi découvrir l'orgue. On peut l'entendre à Harlem alors qu'il approche de ses vingt ans. Bessie Smith et Clara Smith le retiennent comme accompagnateur. En […] Lire la suite

B.B.C. ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE LA

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 636 mots
  •  • 1 média

Fondé à Londres en 1930 pour donner des concerts diffusés en direct sur l'antenne de la B.B.C., l'Orchestre symphonique de la B.B.C. (B.B.C. Symphony Orchestra) voit son profil d'activité se diversifier avec l'essor du disque, et il commence à donner régulièrement des concerts publics après la Seconde Guerre mondiale. Son principe de fonctionnement est devenu comparable à celui des autres grands o […] Lire la suite

BERLIN ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 295 mots
  •  • 4 médias

Fondé en 1882, l'Orchestre philharmonique de Berlin (Berliner Philharmonisches Orchester) a toujours été considéré comme l'une des meilleures et des plus prestigieuses formations symphoniques du monde. Son homogénéité, l'élan collectif qui s'en dégage reflètent dans ce qu'elle a de plus fort la tradition des orchestres allemands : discipline, insertion progressive des instrumentistes, qui gravisse […] Lire la suite

BOLLING CLAUDE (1930-2020)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 698 mots

Pianiste, compositeur et chef d’orchestre, Claude Bolling se jouait des frontières qui séparent, en Europe, œuvres classiques, jazz, chanson et musique de film. Il aura été l’un des ultimes défenseurs du mainstream, c’est-à-dire de l’ère du swing. Né le 10 avril 1930 à Cannes, Claude Bolling grandit à Paris. Dès l’enfance, il montre des talents pour le dessin puis la musique. Durant l’Occupation, […] Lire la suite

BOSTON ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 769 mots
  •  • 4 médias

L'Orchestre symphonique de Boston (Boston Symphony Orchestra) fut fondé en 1881 par un banquier mélomane, le major Henry Lee Higginson (1834-1919), qui versa chaque année 50 000 dollars pour en assurer le fonctionnement. Convaincu de la supériorité des musiciens allemands, il fit appel à des chefs d'origine austro-allemande : Georg Henschel (1881-1884), Wilhelm Gericke (1884-1889 et 1898-1906), Ar […] Lire la suite

BOULEZ PIERRE

  • Écrit par 
  • Michel FANO
  •  • 4 054 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chef d'orchestre »  : […] Cependant, bien que toujours parallèle à l'œuvre elle-même, une sorte de « pédagogie appliquée » succède bientôt à l'expression écrite ou universitaire de la pensée théorique. Il s'agit de la direction d'orchestre. Amené par les circonstances, en 1957, à diriger son Visage nuptial , Pierre Boulez devait, là encore, repenser fondamentalement un métier aujourd'hui intégré à son œuvre. Ses interpréta […] Lire la suite

CHAMBRE MUSIQUE DE

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

Au sens moderne, « musique de chambre » est une expression générique s'appliquant à des compositions pour un petit nombre d'instruments solistes. Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, avant l'apparition des concerts publics, le terme désigne une musique destinée à être jouée chez un particulier, fût-ce un roi, par opposition à la musique d'église et à la musique de théâtre (Louis XIV crée la charge de […] Lire la suite

CHAPELLE, musique

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 1 050 mots

Le terme de « chapelle » entre dans la définition d'une série de notions, d'institutions et de fonctions musicales. La longue évolution du mot lui-même, l'évolution surtout des idées, celles de la musique et du cadre social font de cet ensemble un tissu de contradictions et d'incohérences, dans lequel il n'est pas aisé de mettre un peu d'ordre. Les choses se clarifient cependant si l'on suit le fi […] Lire la suite

CHICAGO ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 673 mots
  •  • 3 médias

Fondé en 1891 par Ferdinand W. Peck sous le nom d'Orchestre de Chicago, il ne connaît, pendant plus d'un demi-siècle, que deux directeurs musicaux, Theodore Thomas (1891-1905) et Frederick Stock (1905-1942), tous deux d'origine allemande. Entre 1906 et 1912, il porte le nom de Theodore Thomas Orchestra avant d'adopter son intitulé actuel de Chicago Symphony Orchestra. Dès 1904, il possède sa pro […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 507 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La musique du muet »  : […] Selon l'importance de la salle, tant en matière de chalandise que de capacité et de hiérarchie, les moyens de diffusion de la musique étaient divers. Il pouvait s'agir d'un simple appareil de reproduction mécanique, tel le Gramophone, ou bien, et généralement, d'instrumentistes auxquels venait parfois s'adjoindre, avant l'usage des intertitres, un bonimenteur qui pouvait être l'« aboyeur » chargé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28 mai 2021 France. Condamnation des frères Jean-Noël et Alexandre Guérini.

orchestré le trucage de marchés publics. Sept autres prévenus sont condamnés à des peines de prison et des amendes.  […] Lire la suite

16-21 novembre 2019 Sri Lanka. Élection de Gotabaya Rajapakse à la présidence.

orchestré la sévère répression de la guérilla des Tigres tamouls en mai 2009, sous la présidence de son frère Mahinda Rajapakse. Le 21, à la suite de la démission du Premier ministre Ranil Wickremesinghe, Gotabaya Rajapakse nomme à la tête du gouvernement son frère Mahinda. […] Lire la suite

1er-16 octobre 2019 Chine. Poursuite de la contestation à Hong Kong.

orchestré par les députés de l’opposition. […] Lire la suite

8-20 août 2019 Pologne. Démission du président de la Diète et du vice-ministre de la Justice.

orchestré des campagnes de dénigrement visant des magistrats opposés aux réformes de la justice mises en place depuis 2015.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel PHILIPPOT, « ORCHESTRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre/