NU

Médias de l’article

La Vénus de Willendorf

La Vénus de Willendorf
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Vénus de Milo

La Vénus de Milo
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

David, Donatello

David, Donatello
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini

photographie

Vénus endormie, Giorgione

Vénus endormie, Giorgione
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Le nu réaliste

À côté de cette survivance des types grecs et de son évolution, il faut noter le développement d'une autre convention, qui dérive du christianisme et n'a pas comme origine le corps héroïque qui se montre orgueilleusement dans la palestre, mais le corps blotti dans la conscience du péché. Cette convention, qui aboutit au réalisme, quoique, selon Kenneth Clark, on ait tort de la confondre avec cette tendance, culmine dans les nus de Rembrandt qui sont pénétrés de pitié chrétienne : l'acceptation chrétienne d'un corps qui n'est pas beau est le privilège d'une âme chrétienne. La Bethsabée de Rembrandt (Louvre) trahit ses sentiments par son attitude et l'expression de son visage, tandis que le même sujet, traité par Rubens (Dresde), fournit seulement l'occasion d'exposer les appâts d'un corps féminin. Et dans une gravure de Diane (British Museum), Rubens a représenté le nu flasque d'une femme mûre, avec tous les menus sillons imprimés sur la chair par le costume féminin très compliqué de l'époque du peintre – jarretières, corset, rubans des manches. Dans les pays du Nord, la convention gothique, qui ne visait pas à une beauté pure, mais exploitait les aspects les moins gracieux du corps humain – voire les pieds larges et plats – pour en tirer une arabesque bizarre, favorisait le réalisme. Les nus féminins de Cranach ne sont pas des parangons de beauté, mais ils possèdent une âpre élégance qu'on peut retrouver dans le Nu bleu de Matisse.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : ancien professeur à l'université de Rome

Classification


Autres références

«  NU  » est également traité dans :

BUTŌ

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 828 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le créateur d'une nouvelle danse  »  : […] ou l'androgynie, ce qui deviendra la marque du butō au même titre que les corps nus ou simplement vêtus d'un string ou d'un étui pénien. La nudité dans le butō n'est pas d'ordre sexuel ou provocateur. Elle est signe d'animalité, renvoie au corps à l'état brut. Mais l'exhibition de poils pubiens étant prohibée dans le Japon des années 1960 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/buto/#i_7932

MODE - Histoire et composantes

  • Écrit par 
  • Catherine ORMEN
  • , Universalis
  •  • 12 468 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La construction de l'apparence »  : […] acceptation de l'homosexualité ont en moins de deux décennies bouleversé la perception du corps et, par exemple, pratiquement supprimé le tabou du nu. À condition qu'il s'inscrive dans la norme, qu'il soit bronzé, façonné par le sport et les régimes, le corps des années 1980 s'expose nu (ou seins nus) sur les plages et s'affiche sur les panneaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-histoire-et-composantes/#i_7932

NUDITÉ ET PUDEUR (H. P. Duerr)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 054 mots

Poursuivie au fil d'une vingtaine de chapitres qui portent sur le héros nu dans la Grèce ancienne, les bains chez les Romains et les premiers chrétiens, les établissements thermaux au Moyen Âge, la nudité au Japon, en Russie, en Scandinavie, la « pudeur au lit », la maîtrise orificielle dans différentes cultures, etc., l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nudite-et-pudeur/#i_7932

Pour citer l’article

Mario PRAZ, « NU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nu/