RENGER-PATZSCH ALBERT (1897-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les historiens de la photographie qui se sont attachés à étudier le bouillonnement créatif qui emporte la photographie allemande au lendemain de la Première Guerre mondiale s'accordent à reconnaître en Albert Renger-Patzsch un chef de file dont le style original, puissant et si parfaitement défini a immédiatement séduit et entraîné à sa suite nombre d'émules. Chef de file, Renger-Patzsch le fut à plus d'un titre. Par ses images publicitaires, ses illustrations de livres et sa photographie de presse, il a certes donné ses lettres de noblesse à la photographie appliquée. Mais c'est surtout l'originalité du regard qu'il porte sur les objets les plus quotidiens et la préservation du rendu spécifiquement photographique de l'image qui ont fait de lui le représentant européen de ce que les Américains ont appelé la straight photography (photographie pure).

Comme pour tout artiste ou photographe travaillant en Allemagne à cette époque, il est impossible de dissocier l'œuvre de Renger-Patzsch du contexte social, économique et politique de la république de Weimar. Avec l'abolition du Reich, l'instauration d'un régime parlementaire et la grave crise économique résultant de la défaite, l'Allemagne connaît au début des années vingt de profonds bouleversements sociaux. La grande bourgeoisie industrielle doit compter avec les forces ouvrières qui ont enfin leurs représentants au Parlement et qui revendiquent des garanties de salaires, un contrôle sur la direction des entreprises, la sécurité sociale. La dépression économique a provoqué une inflation galopante, la dévaluation de la monnaie, un terrible accroissement du chômage qui renforcent encore la misère des classes défavorisées.

Cette détresse sociale est ressentie par beaucoup comme la conséquence directe du système des valeurs en vigueur sous l'Empire et qu'il faut à tout prix désarticuler. Pris au cœur de la tempête, le monde artistique connaît une série de ruptures radicales. L'expressionnisme est condamné pour ses excès d'introspection, de subjectivité et d'irrationnel. La peinture vériste de la nouvelle objectivité (Neue Sachlichkeit) va s'attacher à dépeindre la laideur, la souffrance morale et physique, l'injustice et les plaies non encore cicatrisées héritées de la guerre. Par l'attention qu'il porte au quotidien, l'art devient l'arme d'un combat social. Par ailleurs, l'école du Bauhaus que Walter Gropius dirige dès 1919 et à laquelle vont collaborer Paul Klee, Wassily Kandinsky et Laszlo Moholy-Nagy, favorise le rapprochement entre l'art et l'industrie, le fonctionnalisme, la pureté de la forme et l'apparence de la structure.

La pratique photographique de Renger-Patzsch s'inscrit précisément au croisement entre ces deux expériences que sont la nouvelle objectivité et le Bauhaus. Sans être un révolutionnaire, il retirera de la première l'attrait pour les objets usuels tirés du quotidien et la nécessité d'extirper de son travail toute expression subjective. D'autre part, il va appliquer avec soin les principes formalistes et fonctionnalistes édictés par le Bauhaus.

Né à Würzburg, d'un père musicien et photographe amateur, Renger-Patzsch commence à photographier dès l'âge de douze ans. Il entreprend après la guerre des études de chimie et de photographie à Dresde. La crise économique ne permettant plus aux photographes de vivre de l'industrie du portrait, il collabore avec des maisons d'édition, travaille comme photographe de presse indépendant et réalise de nombreux travaux documentaires ou publicitaires. Sa participation à la célèbre exposition Film und Foto montée par Moholy-Nagy à Stuttgart, en 1929, le désigne d'emblée comme le plus important praticien européen de la photographie pure. Moholy-Nagy avait fondé son exposition sur le principe du décloisonnement des genres. Les images de publicité y côtoyaient les vues de ville, les portraits figuraient auprès des photos documentaires. Moholy-Nagy avait procédé ainsi pour faire ressortir l'originalité de la nouvelle vision à l'œuvre dans chaque image, quelle que soit sa finalité.

Or ce principe est aussi celui qui fonde le livre que Renger-Patzsch avait publié l'année précédente : Die Welt ist schön (1928). Illustré de cent un clichés obtenus avec des moyens te [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de communication à l'Institut supérieur des sciences sociales et pédagogiques de Marcinelle, Belgique, chargé de cours à l'université de Liège

Classification

Autres références

«  RENGER-PATZSCH ALBERT (1897-1966)  » est également traité dans :

BLOSSFELDT KARL (1865-1932)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  • , Universalis
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « La philosophie de la nature »  : […] Karl Blossfeldt est le photographe par excellence des plantes et des fleurs. Ce qui en fait un artiste singulier, c'est que le choix de son sujet ne doit rien à un goût ou à une lubie mais qu'il résulte d'une pensée issue de la tradition philosophique allemande. C'est en Allemagne qu'est née la philosophie de la nature dont le plus illustre représentant est Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling […] Lire la suite

NOUVELLE OBJECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « L'objet et la technique »  : […] À la suite de difficultés matérielles et politiques – la ville de Mannheim était située en Rhénanie, alors sous occupation militaire française –, Hartlaub ne put mettre sur pied son exposition qu'en 1925, du 14 juin au 13 septembre. À l'exception d'un Suisse, Niklaus Stoecklin, les trente-deux peintres retenus par lui étaient allemands. Pour la plupart, ils étaient assez bien connus : Max Beckman […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 799 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Du document personnalisé au monde fantastique »  : […] La différence entre la tendance documentaire et la tendance subjective réside moins dans l'apparence des images que dans l'attitude spirituelle initiale du photographe, attitude évidemment difficile à prouver. Aux photographes soucieux de la relation de la forme et du fond – cherchant à montrer au mieux une réalité, même s'il faut pour cela l'interpréter – s'opposeraient des photographes inquiets […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 137 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La fin de la photographie-peinture »  : […] Bien qu'influencée aussi par le style des photographes britanniques, la photographie américaine avait eu son évolution propre, marquée notamment par un goût très vif des reportages, qui culmine avec les admirables documents sur la guerre de Sécession dus à Mathew Brady, Alexander Gardner et Timothy O'Sullivan , où les cinéastes de westerns viendront régulièrement rechercher des sources d'inspirat […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc-Emmanuel MÉLON, « RENGER-PATZSCH ALBERT - (1897-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-renger-patzsch/