RÉELS NOMBRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rapports et mesures des grandeurs

La mesure des longueurs

Dès qu'il s'agit de mesurer, une longueur par exemple, l'idée première est de la comparer avec une autre longueur, qui sert de référence, à laquelle on donne volontiers le nom d'« unité ». Cette unité choisie (en fonction du type de longueur mesurée), on la reporte plusieurs fois de façon à recouvrir la longueur à mesurer. Si l'on tombe juste, le nombre entier de reports effectués constitue une mesure (relative donc) de la longueur ; sinon, on doit se contenter de dire que cette mesure se situe entre tel nombre entier et son successeur. Pour préciser, il faut changer d'unité de référence. Une seconde idée est alors de prendre une partie exacte de l'unité initiale et de recommencer l'opération ; dans bien des cas, on trouve une mesure sinon exacte, du moins qui paraît satisfaisante, et la mesure de la longueur initiale se présente de manière naturelle comme un rapport d'entiers. Se pose alors la question théorique de savoir si, une unité étant choisie, toute longueur peut ainsi se mesurer comme un quotient d'entiers. La réponse négative à cette question a sans doute constitué la première crise intellectuelle de l'humanité, car elle établissait par la seule raison démonstrative, une incohérence du sens commun.

Nous ignorons les circonstances exactes de cette démonstration, élaborée vers le vie siècle avant J.-C. dans le cadre de l'École de Pythagore mais le témoignage d'Aristote, certes tardif, nous montre à l'œuvre une parfaite maîtrise du raisonnement par l'absurde. Comparons en effet la longueur de la diagonale d'un carré à celle d'un côté prise pour unité de référence. Si cette mesure est un quotient d'entiers, disons p/q, le théorème de Pythagore fournit aussitôt la relation (p/q)2 = 2. La contradiction s'établit alors en établissant que les entiers p et q sont simultanément pairs et impairs. On peut en effet supposer l'un pair et l'autre impair, quitte à diviser chacun par un multiple convenable de 2, ce qui ne change pas le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages





Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  RÉELS NOMBRES  » est également traité dans :

ANALYSE MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 744 mots

Dans le chapitre « L'avènement de la théorie des ensembles et de la topologie »  : […] La notion de limite est la base même du calcul infinitésimal ; mais, bien que certains d'entre eux, dont d'Alembert, aient approché d'une définition pour nous correcte, les mathématiciens du xviii e  siècle étaient hors d'état de développer une théorie mathématique rigoureuse du « calcul », sur le modèle de la géométrie grecque, et devaient se contenter de justifications heuristiques de leurs déco […] Lire la suite

BOLZANO BERNARD (1781-1848)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 3 612 mots

Dans le chapitre « Le système de la « Grössenlehre » et les « Paradoxes de l'infini » »  : […] La Grössenlehre , qui date quant à l'essentiel des années 1830-1834, représente la réalisation, inachevée, du grand projet de Bolzano de donner un exposé rigoureusement scientifique de la mathématique à partir de ses premiers concepts et selon les normes de la Wissenschaftslehre . Quoique Bolzano revienne à la définition traditionnelle de la mathématique, il est le premier mathématicien à édifier […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Calcul à une variable

  • Écrit par 
  • Roger GODEMENT
  •  • 11 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Notion de borne supérieure »  : […] Nous désignerons par R l'ensemble des nombres réels   ; il nous suffira de savoir qu'un nombre réel est un développement décimal illimité précédé d'un signe (qu'on omet s'il s'agit du signe +), par exemple le nombre − 3,141 59. ... ou bien le nombre 1 = 1,000 0.. ... = 0,999 99. ..., et que l'on peut effectuer sur ces nombres des opérations algébriques que tout le monde connaît. On peut aussi co […] Lire la suite

CANTOR GEORG (1845-1918)

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 887 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cantor et Dedekind, une relation déterminante »  : […] Une fonction périodique d’une variable réelle s’écrit-elle de manière unique comme série convergente de fonctions trigonométriques ? Heinrich Eduard Heine (1821-1881), collègue de Cantor à Halle, pose cette question. Cantor la résout affirmativement pour le cas des fonctions continues dans son mémoire « Sur l’extension d’un théorème de la théorie des séries trigonométriques » publié en 1872 dans […] Lire la suite

CANTOR : THÉORIE DES ENSEMBLES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 185 mots

Georg Cantor (1845-1918), professeur de mathématiques à l'université de Halle (Allemagne), publie en 1874 dans le Journal de Crelle l'article fondateur de la théorie des ensembles. Après quelques travaux en théorie des nombres et une rencontre décisive avec le mathématicien Richard Dedekind (1831-1916), Cantor s'était consacré à l'étude des séries trigonométriques et aux nombres irrationnels. Da […] Lire la suite

CONSTRUCTION, mathématique

  • Écrit par 
  • André WARUSFEL
  •  • 1 434 mots

Pendant des millénaires les objets mathématiques ont été considérés comme ayant une existence propre. Depuis la fin du xix e  siècle et surtout le début du xx e , on a mis au point une méthode axiomatique consistant à tout reprendre afin de donner une base solide à la mathématique à partir du très strict nécessaire. Après de nombreuses crises, on en est arrivé à bâtir cette science sur le socle d […] Lire la suite

CONTINU HYPOTHÈSE DU

  • Écrit par 
  • Patrick DEHORNOY
  •  • 2 247 mots

Dans le chapitre « Une affaire terminée ? »  : […] Cantor a fondé la théorie des ensembles à la fin du xix e  siècle en montrant qu'il existe plus de nombres réels que d'entiers, et donc des infinis de tailles différentes. Le problème du continu est la question : toute partie infinie de ℝ est-elle en bijection avec ℕ ou ℝ ? Même si l'intuition suggère que ℕ est beaucoup plus petit que ℝ, il est difficile de construire un ensemble de taille inter […] Lire la suite

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 679 mots

Dans le chapitre « Investissement philosophique de l'opposition »  : […] Il existe une tradition philosophique rattachant le continu à l'Identité, au Même, à la Permanence : le structuralisme, qui pensait mener un combat contre ces figures, et tout particulièrement contre l'historicisme, nous a incité à considérer de préférence cette tradition, pour mieux la rejeter. Peut-être tire-t-elle sa force de la pensée de Leibniz, si l'on veut à tout prix déterminer une origin […] Lire la suite

CONTINUITÉ, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 1 266 mots

Dans le chapitre « Continuité d'une fonction réelle d'une variable réelle »  : […] Intuitivement, on peut penser que le tracé d'une courbe est continu s'il peut se faire entièrement sans lever le crayon et que, dans le cas contraire, il est discontinu. Soient donc une courbe dessinée dans un plan et un point A sur cette courbe. On pourra dire qu'il y a continuité au point A si, en partant d'un point de la courbe relativement proche de A, situé d'un côté ou de l'autre de ce derni […] Lire la suite

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La méthode axiomatique »  : […] Les recherches de Hilbert sur les fondements de la géométrie ont servi de point de départ à des réflexions méthodologiques et philosophiques. Depuis les Grecs, l'exposé déductif de la géométrie présenté dans les Éléments d'Euclide avait été un modèle de l'exactitude mathématique jusqu'à ce que M. Pasch, en 1882, y reconnut des hypothèses utilisées tacitement (en particulier la relation « être ent […] Lire la suite

INFINI, mathématiques

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 364 mots

Dans le chapitre « Le passage à la limite »  : […] Conséquence lourde de difficultés : l'exigence de donner un statut au concept de « passage à la limite » et au concept, solidaire, de « quantité évanouissante ». Lorsque Leibniz réfléchit au sens de l'écriture : pour n croissant indéfiniment, il se demande ce que signifie ici le signe de l'égalité. À rigoureusement parler, ce signe est privé de sens puisque la sommation : ne peut être achevée. Il […] Lire la suite

INTÉGRATION ET MESURE

  • Écrit par 
  • André REVUZ
  •  • 6 222 mots

Dans le chapitre « Le problème initial Généralités »  : […] Mesurer est une activité dont l'existence est attestée dans toutes les sociétés historiques, et il est assez surprenant de constater que ce n'est que dans un passé relativement récent, au début du xx e  siècle, que la réflexion mathématique a commencé à en établir une théorie claire et cohérente. Il faut tout de suite remarquer que le problème, pris dans sa plus grande généralité, reste encore mys […] Lire la suite

LIMITE NOTION DE

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 1 194 mots

La notion de limite fait son apparition dans un ouvrage du mathématicien anglais B. Robins intitulé A Discourse Concerning the Nature and Certainty of Sir Isaac Newton's Method of Fluxions and Prime and Ultimate Ratios (1735) ; c'est une réponse aux critiques formulées par le philosophe G. Berkeley à l'encontre du calcul infinitésimal dans son célèbre pamphlet The Analyst (1734). Robins essaie d […] Lire la suite

NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 1 785 mots

Dans le chapitre « Notion mathématique de nombre »  : […] La fondation de la théorie des ensembles par Georg Cantor à la fin du xix e  siècle a permis de donner d'un nombre une définition mathématique précise. Dans le cadre d'un système axiomatique de la théorie des ensembles, en général celui de Zermelo et Fraenkel, les ensembles de nombres sont définis les uns à partir des autres, comme une construction abstraite, les nombres étant eux-mêmes des ensemb […] Lire la suite

NOMBRES COMPLEXES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 3 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Construction »  : […] Par définition, un nombre complexe sera un couple z  = ( x ,  y ) de deux nombres réels ; si z  = ( x ,  y ) et z ′ = ( x ′,  y ′) sont deux nombres complexes, on appelle alors somme et produit de ces deux nombres complexes les nombres complexes : Il est alors facile de vérifier que, pour ces deux opérations, l'ensemble des couples de nombres réels est un corps, le corps C des nombres complexes […] Lire la suite

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Développements décimaux »  : […] Nous ne traiterons pas ici des différents systèmes de numération. On sait que l'école platonicienne considérait que seuls les entiers naturels non nuls sont des nombres. Par ailleurs, la théorie des grandeurs (Euclide, livres V et X) fournit un cadre très malaisé pour le calcul sur les rapports non entiers. Les mathématiciens de l'école alexandrine, en particulier Archimède (287-212 av. J.-C.), Hé […] Lire la suite

PRIX ABEL 2016

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 206 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La conjecture de Shimura-Taniyama-Weil  »  : […] L’équation d’une courbe elliptique peut être mise sous une forme simple : y 2  = x 3  +  ax 2  +  bx  +  c , où a , b et c sont des réels. Prenons l’exemple de y 2  =  x 3  + 5 x 2  + 6 x  + 5 dont on peut tracer le graphe dans le plan cartésien ( x , y ) . Si l’on trace une droite sécante à cette courbe, elle coupe cette dernière en deux points, P et Q, et, dans l’exemple choisi, elle la recoup […] Lire la suite

STEVIN SIMON (1548-1620)

  • Écrit par 
  • Frédéric de BUZON
  •  • 1 497 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Travaux en mathématiques pures et appliquées »  : […] Publiée en 1585 en français, l’ Arithmétique dépasse très largement le cadre habituel d’un manuel d’enseignement. En effet, Stevin refuse de fonder la science des nombres sur la distinction classique entre la quantité discrète (le nombre entier) et la quantité continue (la grandeur géométrique). Il considère le nombre comme l’indication d’une mesure de grandeur. Il affirme la continuité des entie […] Lire la suite

STIELTJES THOMAS-JEAN (1856-1894)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 497 mots

Mathématicien né le 29 décembre 1856 à Zwolle (Pays-Bas), mort le 31 décembre 1894 à Toulouse. Sentant une profonde vocation pour les travaux théoriques, Thomas Stieltjes fit le tour de toute l'analyse de son époque. Sa méthode de recherche s'apparentait à celle de Gauss : découvrir les lois générales à travers les particularités de l'exemple. Fils d'ingénieur, Stieltjes fit ses études à l'École p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DHOMBRES, « RÉELS NOMBRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/