Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉELS NOMBRES

Par les différents adjectifs généralement accolés au substantif commun qu'est le nombre, la langue mathématique familière surprend et inquiète, car elle risque de susciter des confusions : nombres rationnels (d'autres nombres seraient donc sans raison ?), nombres réels (des nombres doués d'existence propre ?), nombres algébriques (seuls susceptibles des règles de l' algèbre ?), nombres transfigurés, nombres hyperréels, nombres cardinaux, nombres flous, etc.

L'histoire, naturellement, explique cette richesse du vocabulaire. Elle justifie l'organisation des adjectifs par couples opposés, oppositions dont la constitution scande les conquêtes mathématiques sur le champ numérique. Nombres réels et nombres imaginaires forment un couple antagoniste, de même que le couple nombres rationnels – nombres irrationnels, ou encore le couple nombres algébriques – nombres transcendants. Cette histoire embrasse l'évolution générale des mathématiques, tout particulièrement pour ce qui concerne les nombres qualifiés de réels. En effet, on peut sans exagération en faire remonter la théorie à la Grèce classique, la Grèce d'Euclide, celle de la génération d'après Alexandre le Grand. Pourtant, la construction mathématique des nombres réels ne fut réglée que vers les années 1870, élaborant la révolution de la théorie des ensembles, laquelle a débouché tant sur la topologie, dont la formalisation est du xxe siècle, que sur la logique. Bien des propriétés fines de l'ensemble des nombres réels sont de découverte contemporaine. De même, le problème antique de la quadrature du cercle ne connut de solution négative qu'en 1882, et ce malgré une multiplicité d'approches. Cette multiplicité même conduisit l'Académie royale des sciences de Paris, en 1776, à ne plus accepter l'examen de prétendues solutions positives. La structure algébrique de l'ensemble des nombres réels ne fut explicitée qu'après l'invention des quaternions en 1843. Enfin, un avatar de modèles logiques conduisit à l'analyse non standard vers les années 1960, fournissant un nouveau regard sur les nombres réels, un regard qui redonne de l'actualité à des idées mises en avant par Leibniz lors de la fondation du calcul différentiel. Le parcours historique est donc considérable.

En outre, cette histoire déborde largement le cadre mathématique car, avec ce qu'il est convenu aujourd'hui d'appeler nombres réels, on touche fondamentalement aux idées concernant le continu, le temps, donc l'atomisme ou la division à l'infini. Sur de tels thèmes, la plupart des philosophes occidentaux de tous les siècles ont tenté des explications, avancé des systèmes. Il est alors impossible de ne pas évoquer des arguments qui, de Zénon à Einstein en passant par Pascal, Kant ou Bergson, jalonnent la conquête purement mathématique, quand bien même celle-ci les aurait comme gommés.

Dès Euclide, un ensemble de référence fut trouvé qui permit la comparaison des grandeurs, véritable paradigme philosophique du continu. Cet ensemble composé de rapports, de raisons, contient en particulier les rapports d'entiers, les nombres rationnels, mais n'était pas muni de structures aussi nettes que celles que forment l'addition et la multiplication sur les entiers. Ces entiers constituent, quant à eux, le paradigme du discret. Qu'il faille préciser cet ensemble de référence par un principe de maximalité est une découverte de la fin du xixe siècle. Elle fit scandale, mais permit enfin de mettre l'analyse mathématique sur ses pieds par constitution d'une référence universelle, l'ensemble des nombres réels. Le continu, d'un coup, s'élargissait. La construction de cet ensemble continu à partir des seuls nombres entiers, l'arithmétisme, obligea à repenser l'existence des êtres mathématiques[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANALYSE MATHÉMATIQUE

    • Écrit par Jean DIEUDONNÉ
    • 8 527 mots
    ...À cette occasion, Bolzano et Cauchy dégagent le critère fondamental (dit «  critère de Cauchy ») d'existence de la limite d'une suite (un) de nombres réels : pour tout ε > 0, il existe un entier n0 tel que, si m et n sont tous deux au moins égaux à n0, on a |umun| ≤ ε (autrement dit, à partir...
  • BOLZANO BERNARD (1781-1848)

    • Écrit par Jan SEBESTIK
    • 3 609 mots
    Lapartie la plus remarquable de la Reine Zahlenlehre traite des nombres réels (« grandeurs mesurables » selon la terminologie de Bolzano). Bolzano commence par définir les « expressions numériques infinies » (utilisées par Euler) qu'on peut interpréter, avec B. van Rootselaar, comme suites des résultats...
  • CALCUL INFINITÉSIMAL - Calcul à une variable

    • Écrit par Roger GODEMENT
    • 10 932 mots
    • 6 médias
    Nous désignerons par R l'ensemble des nombres réels  ; il nous suffira de savoir qu'un nombre réel est un développement décimal illimité précédé d'un signe (qu'on omet s'il s'agit du signe +), par exemple le nombre − 3,141 59. ... ou bien le nombre 1 = 1,000 0.. ... = 0,999 99. ..., et que...
  • CANTOR GEORG (1845-1918)

    • Écrit par Hourya BENIS-SINACEUR
    • 2 886 mots
    • 1 média
    ...théorie des séries trigonométriques » publié en 1872 dans les Mathematische Annalen. Pour les besoins de sa démonstration, Cantor expose d’abord sa théorie des nombres réels. Partant de l’ensemble Q des nombres rationnels, il considère des suites (ai) d’éléments de Qobéissantau critère...
  • Afficher les 21 références

Voir aussi