NIRVĀṆA ET SAṂSĀRA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nirvāṇa selon le Mahāyāna

Le nirvāṇa perd de son importance dans le Mahāyāna, le grand mouvement de réforme du bouddhisme du début de notre ère. La recherche de l'« extinction » y est regardée avec dédain, comme entachée d'égoïsme, et les saints du Mahāyāna, les Bodhisattva ou candidats à la condition de Buddha, font vœu de sauver tous les êtres avant de goûter eux-mêmes la béatitude suprême, ce qui recule indéfiniment leur propre délivrance.

La notion de nirvāṇa diffère du reste sensiblement de ce qu'elle était dans le bouddhisme ancien. Tout d'abord, elle n'implique plus la disparition complète et définitive des liens attachant le saint délivré au monde ordinaire et surtout aux êtres qui y vivent ; il s'agit au contraire d'une « extinction non établie » (apratiṣṭhitanirvāṇa), c'est-à-dire non définitive, d'où l'on peut sortir à son gré pour continuer à mener les hommes vers le salut. C'est pourquoi les légendes du Mahāyāna montrent des Buddha quittant leur tombeau (stūpa) pour prêcher la doctrine.

Le Mahāyāna, pour qui tout est vide (śūnya) de nature propre et par conséquent illusoire, purement phénoménal, associe le nirvāṇa au saṃsāra ou monde des transmigrations en un couple de contraires. Le nirvāṇa est comme l'envers du saṃsāra, la réalité ultime cachée derrière les apparences de celui-ci, son aspect incomposé (asaṃskṛta), éternel, immuable, autrement dit sa nature de « vacuité » (śūnyatā), laquelle n'en est pas moins elle-même vide de nature propre. Le salut est atteint lorsque cesse le jeu des phénomènes et qu'on connaît enfin la vérité, tout comme, pour prendre l'image qui est à l'origine du mot « bouddhisme », la réalité apparaît lorsque l'« éveil » fait s'évanouir les illusions du songe. Cette réalité ultime, qu'on appelle encore quiddité (tathatā), élément des choses (dharmadhātu), nature des Buddha (buddhatā), est dite inconcevable et ineffable, hors du temps et de l'espace, et, malgré sa nature vide, on ne peut affirmer qu'elle n'est pas.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, chaire d'étude du bouddhisme

Classification


Autres références

«  NIRVANA ET SAMSARA  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Histoire) - Le Buddha

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 4 307 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La cessation de la douleur »  : […] donc celle des trois racines du mal, convoitise, haine et erreur, leur « extinction » (nirvāṇa) totale, leur complet épuisement. Elle est atteinte ici-bas par les saints bouddhiques du degré le plus élevé, et à plus forte raison par le Buddha lui-même, qui continuent à vivre dans un état de sérénité imperturbable, définitivement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-le-buddha/#i_13354

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 626 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les conditions d'arrêt de la douleur »  : […] position du psychisme, imperturbabilité. La cessation de la douleur est appelée nirvāṇa, « Extinction ». C'est l'arrêt de toutes les choses régies par la Loi du jeu naturel (dharma), l'arrêt du jeu des cinq ensembles phénoménaux. Il existe un nirvāṇa accessible en ce monde, extinction du désir des passions formatrices d'attachement à l'existence, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_13354

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Le saṃsāra »  : […] Apparue toute formée aux vie-ve siècles avant notre ère, dans les upaniṣad comme dans le bouddhisme et le jaïnisme, une autre croyance, dont on ne peut préciser l'origine, conditionne la vie religieuse : c'est celle du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmanisme/#i_13354

EXTINCTION COMPLÈTE DU BOUDDHA

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 221 mots

L'Extinction complète (parinirvāṇa), c'est-à-dire « sans reste de conditionnement », qui scella, pour le Bouddha, l'arrêt de la servitude transmigratoire (saṃsāra) – au terme de 547 existences successives, selon la tradition – et son entrée dans un état de paix éternelle et ineffable, est le point de départ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extinction-complete-du-bouddha/#i_13354

HĪNAYĀNA ou PETIT VÉHICULE

  • Écrit par 
  • Dominique TROTIGNON
  •  • 1 492 mots

Dans le chapitre « Les évolutions du bouddhisme »  : […] arhat, lors de l'« extinction définitive » (parinirvāna). Le nirvāna n'est plus alors conçu comme une réalité « autre », mais bien plutôt comme la vision juste du samsāra, ce qui permet au Bouddha d'y poursuivre son œuvre sans en être prisonnier. Cette vision juste est liée à l'enseignement de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hinayana-petit-vehicule/#i_13354

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Évolution des spéculations védiques »  : […] devant être détruit à la dissolution du corps par la mort, la conviction (peut-être préparée par une croyance populaire) a fini par s'établir en la transmigration, saṃsāra, c'est-à-dire en une reprise d'existence matérielle de l'individualité psychique après la mort, selon la nature des impulsions psychiques encore inaccomplies avant cette mort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_13354

KARMAN

  • Écrit par 
  • Madeleine BIARDEAU
  •  • 1 786 mots

Dans le chapitre « Les actes et la Délivrance »  : […] ici-bas mais la délivrance définitive des conditions de la vie empirique individuelle, du saṃsāra. D'une crainte de la re-mort on est passé à l'affirmation du fait des re-naissances et à la négation radicale de leur valeur. La théorie de l'acte implique toujours une option métaphysique à l'égard de la vie, mais inverse de celle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karman/#i_13354

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 192 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fusion dans l'Un-Tout »  : […] ne peut être que « l'anéantissement du désir, l'anéantissement de la haine, l'anéantissement de l'égarement », en quoi se résout le nirvāṇa. Puisque la vie (donc le désir) entraîne nécessairement la mort, et que la renaissance (réincarnation, métempsycose) ne fait que réintroduire le malheur de vivre pour mourir, le nirvāṇa apparaît comme une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-societes-devant-la-mort/#i_13354

SAINTETÉ

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Yves CONGAR, 
  • Louis GARDET, 
  • Françoise MALLISON
  • , Universalis
  •  • 7 175 mots

Dans le chapitre « Les étapes de la sainteté »  : […] et de l'arhant ou « méritant » la vénération, car il a obtenu le nirvāṇa en ce monde. À chacune de ces étapes, on se débarrasse d'une partie des liens qui attachent l'homme au monde des transmigrations, à commencer par les plus grossiers, les passions les plus violentes et les illusions les plus aveuglantes, pour finir par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/#i_13354

SALUT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 4 788 mots

Dans le chapitre « La délivrance dans le védisme et le bouddhisme »  : […] cette représentation du salut dans la doctrine célèbre mais souvent mal comprise de l'« extinction » ou nirvâna : celui qui sait s'arrache à l'emprise de la causalité naturelle ; « son âme et affranchie de l'attachement au désir, de l'attachement au devenir, de l'attachement à l'erreur, de l'attachement à l'ignorance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salut/#i_13354

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « Le tantrisme bouddhique »  : […] le fait que tout ce qui constitue le monde n'a en définitive d'autre nature que celle du nirvāṇa, l'absolu au-delà de l'existant et du non-existant. Cette métaphysique, apparemment négatrice de toute chose, loin de gêner le foisonnement des divinités, des rites, des pratiques magiques, alchimiques ou autres, l'a au contraire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tantrisme/#i_13354

VAJRAYĀNA

  • Écrit par 
  • Corrado PENSA
  •  • 2 569 mots

Dans le chapitre « Magie et sotériologie »  : […] » (vajrasattva) et les moyens la méditation, le yoga, le rituel. Mais la bouddhéité du Mahāyāna ou du tantrisme n'est pas le nirvāna du Hīnayāna, lequel s'oppose au monde conditionné du devenir (saṃsāra). En réalité, l'équivalence (samatā) du saṃsāra et du nirvāṇa est la conquête la plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vajrayana/#i_13354

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 848 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Bodhi »  : […] oniriques prometteuses de mille merveilles attachées à la bodhi et au nirvāṇa. Mais le méditant en revient pour retrouver sa condition, car les recueillements, même les plus relevés, ne sont pas durables ; et les visions restent sans rapport direct ou indirect avec la bodhi. Le chan ne cessera de mettre en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_13354

Voir aussi

Pour citer l’article

André BAREAU, « NIRVĀṆA ET SAṂSĀRA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nirvana-et-samsara/