NIRVĀṆA ET SAṂSĀRA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot nirvāṇa désigne la cessation de la transmigration ou succession indéfinie des existences que les Indiens appellent saṃsāra. Il est surtout utilisé dans le bouddhisme où il possède un sens très particulier, la conception du salut étant différente dans cette religion de ce qu'elle est dans l'hindouisme et le jainisme. Le terme et la notion apparaissent dès les origines du bouddhisme, dans les textes canoniques contenant les sermons attribués par la tradition au Buddha. Le mot nirvāṇa désigne la disparition complète, mystérieuse pour un homme de l'Antiquité, d'une flamme sur laquelle on a soufflé, l'« extinction » de cette flamme. Par extension, il est utilisé pour signifier la disparition totale d'une chose dont on ne peut savoir ce qu'elle est devenue ni où sont allés les éléments qui la constituaient. Dans la terminologie bouddhique, il exprime l'idée de salut, c'est-à-dire la délivrance (vimukti, vimokṣā) de la nécessité de renaître et de mourir sans cesse, la fin (anta) des transmigrations (saṃsāra), la cessation (nirodha) de la douleur (duḥkha) inhérente à toute existence, l'épuisement (kṣaya) des courants impurs (āsrava) des passions et des erreurs qui obligent l'être à renaître.

Le nirvāṇa ne se comprend donc bien que si l'on se fonde sur la signification du mot saṃsāra qui désigne, au sens propre, l'action de circuler, de parcourir, et, au sens figuré (le plus généralement employé), le fait de passer d'une existence à une autre, puis, par dérivation, la suite de ces existences, la condition des êtres vivants qui sont tous soumis à ce phénomène.

Le « saṃsāra » et ses diverses interprétations

La croyance en la transmigration apparaît dans l'Inde vers le début du vie siècle avant notre ère, soit juste avant le bouddhisme, le jainisme et les premières Upaniṣad du brahmanisme, qui reposent tous sur elle. Dès cette époque, elle semble avoir été adoptée par la grande majorité des Indiens, bien que les anciens sūtra bouddhiques signalent q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, chaire d'étude du bouddhisme

Classification


Autres références

«  NIRVANA ET SAMSARA  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Histoire) - Le Buddha

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 4 306 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La cessation de la douleur »  : […] La cessation de la douleur, c'est la cessation de la soif, donc celle des trois racines du mal, convoitise, haine et erreur, leur « extinction » ( nirvāṇa ) totale, leur complet épuisement. Elle est atteinte ici-bas par les saints bouddhiques du degré le plus élevé, et à plus forte raison par le Buddha lui-même, qui continuent à vivre dans un état de sérénité imperturbable, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-le-buddha/#i_13354

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les conditions d'arrêt de la douleur »  : […] De ce que les existences douloureuses découlent de l'activité, le bouddhisme ne conclut pas qu'il faille arrêter l'activité. L'abstention pure et simple résulterait d'un acte de volonté et serait par elle-même continuation d'activité. Le suicide est un acte qui détermine une renaissance. Le véritable arrêt qu'on doit obtenir, en vue de la cessation de la douleur, est celui de la formation des cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_13354

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Le saṃsāra »  : […] Apparue toute formée aux vi e - v e  siècles avant notre ère, dans les upaniṣad comme dans le bouddhisme et le jaïnisme, une autre croyance, dont on ne peut préciser l'origine, conditionne la vie religieuse : c'est celle du saṃsāra . Le terme lui-même – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmanisme/#i_13354

EXTINCTION COMPLÈTE DU BOUDDHA

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 221 mots

L'Extinction complète ( parinirvāṇa ), c'est-à-dire « sans reste de conditionnement », qui scella, pour le Bouddha, l'arrêt de la servitude transmigratoire ( saṃsāra ) – au terme de 547 existences successives, selon la tradition – et son entrée dans un état de paix éternelle et ineffable, est le point de départ de toute la chronologie du bouddhisme. Sym […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extinction-complete-du-bouddha/#i_13354

HĪNAYĀNA ou PETIT VÉHICULE

  • Écrit par 
  • Dominique TROTIGNON
  •  • 1 492 mots

Dans le chapitre « Les évolutions du bouddhisme »  : […] Au cours de leur développement, les écoles du Mahāyāna insisteront de plus en plus sur la sagesse et l'omniscience développées lors du plein Éveil, plutôt que sur la libération du samsāra , que vivent aussi les arhat , lors de l'« extinction définitive » ( parinirvāna ). Le nirvāna n'est plus alors conçu comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hinayana-petit-vehicule/#i_13354

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Évolution des spéculations védiques »  : […] Les spéculations apparaissent plus avancées ou, en tout cas, sont plus distinctement exposées dans les littératures dites des Brāhmaṇa , des Āraṇyaka et des Upaniṣad qui forment l'« achèvement du Veda » ou Vedānta . Les Brāhmaṇa principaux sont l' Aitareyabrāhmaṇa , attaché au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_13354

KARMAN

  • Écrit par 
  • Madeleine BIARDEAU
  •  • 1 786 mots

Dans le chapitre « Les actes et la Délivrance »  : […] Pour les renonçants, tout acte, et spécialement l'acte rituel, étant essentiellement périssable, ne peut porter que des fruits périssables, mais en même temps, comme il marque l'attachement à ce monde et à ses jouissances par l'attente d'un résultat, il est responsable du renouvellement indéfini des renaissances. Tout acte doit porter son fruit, sinon dans cette vie, du moins dans une vie future ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karman/#i_13354

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fusion dans l'Un-Tout »  : […] Les thèses fondamentales du brahmanisme pourraient se résumer ainsi : identité du moi profond ( ātman ) et du principe fondamental de l'univers ( brahman ) : transmigration des âmes ( samsāra ) en référence directe avec les actes des existences antérieures ( karman ), le salut ( moksha ) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-societes-devant-la-mort/#i_13354

SAINTETÉ

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Yves CONGAR, 
  • Louis GARDET, 
  • Françoise MALLISON
  • , Universalis
  •  • 7 167 mots

Dans le chapitre « Les étapes de la sainteté »  : […] Une notion très proche, à certains égards, de celle de sainteté existe dans le bouddhisme et y tient une place fort importante. Le mot ārya , qui désignait dans l'Inde antique les gens de haute naissance et que l'on traduit en conséquence généralement par « noble », a pris le sens de « saint » dans la terminologie bouddhique. En effet, est ārya ce qui a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/#i_13354

SALUT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 4 781 mots

Dans le chapitre « La délivrance dans le védisme et le bouddhisme »  : […] L'une des doctrines centrales de la religion de l'Inde ancienne est, on le sait, celle du karman  : la nécessité qui s'impose à l'âme de toujours subir une renaissance nouvelle dans une condition humaine ou animale déterminée par la qualité de ses actes passés. Le salut consiste à s'évader de la fatalité du karman , à briser le cycle des renaissances, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salut/#i_13354

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « Le tantrisme bouddhique »  : […] Les pratiques et spéculations qu'on vient de voir sont aussi étrangères que possible à l'esprit du bouddhisme ancien, qui condamnait l'idolâtrie et la croyance à l'efficacité des rites. Elles se retrouvent pourtant, sous des formes très voisines, dans le Mahāyāna. Peut-être né – développé en tout cas – comme le tantrisme hindou dans la zone himalayenne, le bouddhisme tantrique a dû s'établir en I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tantrisme/#i_13354

VAJRAYĀNA

  • Écrit par 
  • Corrado PENSA
  •  • 2 569 mots

Dans le chapitre « Magie et sotériologie »  : […] Il est fort intéressant aussi d'observer ce qui se passa à l'époque de la seconde diffusion du bouddhisme au Tibet. L'artisan de celle-ci fut le maître indien Atīśa (982-1054). D'un côté, il s'employa à corriger les bases doctrinales et pratiques du mouvement en admettant des initiations qui devaient donner naissance à des chaînes de maîtres et de disciplines s'appuyant sur des fondements traditi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vajrayana/#i_13354

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Bodhi »  : […] Les maîtres du chan récuseraient à coup sûr notre exposé de śūnyatā , pour le motif sans réplique que le langage se pare de sa seule insuffisance en un domaine qui le déborde de tout côté. Néanmoins la littérature abonde : non seulement les sūtra du groupe de la Mahāprajñāpāramitā dont le chan se recommande, mais davantage les ens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_13354

Voir aussi

Pour citer l’article

André BAREAU, « NIRVĀṆA ET SAṂSĀRA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nirvana-et-samsara/