NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE

L'empirisme

L'expérience, en tant qu'elle se résout en sensations, telle est en effet, pour les néo-positivistes, la source unique du contenu de nos connaissances. Il n'y a pas de jugements synthétiques a priori ; toute proposition valide a priori est analytique, c'est-à-dire que sa vérité ne dépend que des propriétés du langage. Il est vrai qu'un philosophe pourtant proche par ses origines du néo-positivisme, Willard Van Orman Quine, a poussé si loin la critique du langage que la distinction entre analytique et synthétique s'estompe, et que son empirisme tend vers un pragmatisme. Mais c'est là un exemple des voies divergentes qu'autorise l'attitude néo-positiviste ; et la distinction de l'apport analytique du langage et de l'apport synthétique de la sensation demeure caractéristique de cette attitude.

La construction logique du monde

Cet empirisme présente un aspect constructif et un aspect critique. L'aspect constructif se manifeste, par exemple, dans l'œuvre de jeunesse de Carnap, Der logische Aufbau der Welt (1928). Le philosophe veut y « constituer » le monde, c'est-à-dire, à partir des données irréductibles de l'expérience individuelle, d'une certaine relation abstraite fondamentale, et de la logique symbolique, édifier un système de concepts tel que toute proposition se rapportant au monde puisse être adéquatement traduite par une proposition ne se rapportant qu'aux notions du système. Entreprise qui ne doit nullement être confondue avec les grandes synthèses idéalistes, car elle ne consiste pas à recomposer le monde.

Il ne s'agit de rien de moins que de l'application à la totalité de l'expérience de la méthode employée par Bertrand Russell et Alfred N. Whitehead pour la construction logique des objets mathématiques. Un effort aussi systématique a été critiqué et repris d'une autre manière par N. Goodman (1951). Rudolf Carnap lui-même en a postérieurement souligné les défauts, et il abandonnera l'entreprise en faveur de la réduction physicaliste déjà mentionnée. L'Aufbau n'en demeure pas moins l'un des plus beaux monuments, trop mal con[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE  » est également traité dans :

AYER ALFRED JULES (1910-1989)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 1 313 mots

le meilleur artisan de cette forme extrême d'empirisme qu'est le positivisme logique. Son premier livre (1936), programmatique et d'emblée classique, en offre un vigoureux exposé, avec un rare mélange de lucidité et d'ardeur. Comme son œuvre est d'un seul tenant, l'orchestration des idées sera plus soutenue avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-jules-ayer/#i_36310

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Interprétations épistémologiques »  : […] La seconde attitude est celle qu'adoptèrent dans leur majorité les premiers fondateurs de la mécanique quantique, autour de Bohr et Heisenberg et de « l'école de Copenhague ». Elle peut être dite néo-positiviste, puisqu'elle comporte la définition de la science comme une « langue bien faite » adaptée à la description des phénomènes (ou « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/determinisme/#i_36310

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 316 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La querelle des vérités analytiques »  : […] théorie reçue » dans la première moitié de celui-ci s'inspire des conceptions générales du cercle de Vienne, dites positivisme logique. La seconde partie du siècle est, au contraire, marquée par un éventail de recherches dont le seul point commun est le rejet de la « théorie reçue » et, en conséquence, une nouvelle interrogation sur le rôle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_36310

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 083 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sciences formelles, sciences empiriques »  : […] jamais la question de leurs statuts respectifs et de leurs rapports instrumentaux. Les néo-positivistes du Cercle de Vienne, qui se sont explicitement posé le problème dans les années trente, l'ont généralement résolu d'une façon radicale en ramenant les sciences formelles aux règles – largement arbitraires – d'un langage (par exemple Carnap, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_36310

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empirisme logique et la construction logique du monde »  : […] intérêt à renoncer à ce type de dérivation. C'est ce qu'ont bien compris les philosophes du Cercle de Vienne, quand ils ont cherché à reformuler l'empirisme sur de nouvelles bases. Le principe de cette reformulation repose à la fois sur l'acceptation de la distinction entre des vérités synthétiques et des vérités analytiques, et sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_36310

GEYMONAT LUDOVICO (1908-1991)

  • Écrit par 
  • Fabio MINAZZI
  •  • 1 180 mots

fasciste, il s'établit à Vienne où il entre en contact avec les principaux représentants du Cercle de Vienne. La connaissance directe des thèses du néo-positivisme et les liens d'amitié qu'il amorce avec M. Schlick et F. Weismann l'incitent à adhérer (de façon critique) aux thèses du néo-positivisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludovico-geymonat/#i_36310

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 534 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le positivisme logique »  : […] L'œuvre de Rudolf Carnap est le principal témoin du courant néo-positiviste ; le fameux essai « Le Dépassement de la métaphysique par l'analyse logique du langage » a paru en 1931 dans la revue Erkenntnis. Son argument est remarquable par rapport à l'usage de la linguistique en philosophie. Il consiste à dire que c'est l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_36310

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « paradoxe du théorique » »  : […] théorie, laquelle est bien autre chose qu'une généralisation des lois empiriques. Pour le positivisme logique, seuls les « observables » sont en dernier ressort le critère du réel ; ce phénoménalisme de base doit seulement être complété par un opérationnalisme afin de rendre compte du staut des entités non observables ; par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_36310

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 040 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réduction linguistique »  : […] Le fondateur du positivisme logique, Rudolf Carnap, s'attache avant tout à traquer les aberrations du langage métaphysique, et, s'il admet que la métaphysique puisse répondre à un besoin d'ordre sentimental comme le fait la musique, il conclut ironiquement que le métaphysicien n'est qu'un mauvais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_36310

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 404 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les positivistes logiques »  : […] de la sensation (qui s'est infléchi récemment vers des thèses pragmatistes), les positivistes logiques réagissent contre la métaphysique des atomistes logiques et prétendent accomplir leur vrai programme tout en dégageant les présupposés de la pratique de Moore. Aux États-Unis, on confond couramment le positivisme ou l'empirisme logique avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_36310

PHYSIQUE - Les fondements et les méthodes

  • Écrit par 
  • Roland OMNÈS
  •  • 10 732 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'attitude néo-positiviste »  : […] L'attitude néo-positiviste a surtout été soutenue par des philosophes, au premier rang desquels il convient de citer, avec des nuances diverses, Bertrand Russell, Ludwig Wittgenstein et Rudolf Carnap. Elle partage au premier abord un point de vue qui a été longuement développé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-les-fondements-et-les-methodes/#i_36310

POPPER KARL RAIMUND (1902-1994)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 2 090 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique de la découverte scientifique »  : […] ce n'est certes pas elle qui les justifierait. Une telle critique vise, après Hume, les néo-positivistes du Cercle de Vienne. Ceux-ci, en effet, s'efforçaient de distinguer énoncés pourvus de sens et énoncés dépourvus de sens, la vérifiabilité empirique fournissant la condition nécessaire, et donc le critère, pour qu'un énoncé soit pourvu de sens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-raimund-popper/#i_36310

POSITIVISME

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 5 246 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le positivisme scientifique et les problèmes qu'il pose »  : […] que le positivisme n'a jusque-là été interprété que de façon ponctuelle ou lacunaire. Les néo-positivistes s'acharnent sur des problèmes que le positivisme a indiqués sans les juger dignes d'être traités. Dans la combinaison de la matière fournie par le monde et de la forme fournie par l'homme, dont toute notion positive est le résultat, Comte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme/#i_36310

POSITIVISME, notion de

  • Écrit par 
  • Jean LECLERCQ
  •  • 1 379 mots

selon Henri Gouhier, l'esprit des travaux de d'Alembert, Laplace, Lavoisier, etc. On évoque un positivisme logique pour désigner les travaux du cercle de Vienne. Ce mouvement antimétaphysique, recherchant une analyse logique de la signification, est déjà distant des articulations du système comtien. Enfin, le postpositivisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme-notion-de/#i_36310

PREUVE, épistémologie

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 3 342 mots
  •  • 1 média

de la vérité d'Alfred Tarski, telle que Karl Popper l'a interprétée, et avec les critères néo-positivistes de la preuve. Héritant de plusieurs traditions et courants, le néo-positivisme a pour ainsi dire défini les exigences canoniques en matière de preuve, y compris dans leurs difficultés et leurs apories : la critique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-epistemologie/#i_36310

PROTOCOLAIRES ÉNONCÉS

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 649 mots

Notion d'épistémologie contemporaine, d'origine anglo-saxonne, qui traduit l'anglais protocol sentences et l'allemand Protokoll Sätze. Avant toute spécialisation philosophique, le terme allemand Protokoll désignait un compte rendu, un procès-verbal, notamment des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enonces-protocolaires/#i_36310

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat contemporain »  : […] repousser tout lien avec le passé, de telle façon que l'on rencontre certaines attitudes intermédiaires. Le positivisme logique, tout en niant la possibilité d'une pensée qui dépasse les limites de la connaissance scientifique, maintient que seul un discours cohérent peut être reconnu comme scientifique : Wittgenstein, développant (dans sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_36310

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « Le rationalisme de l'« empirisme logique » »  : […] L'empirisme logique, ou néo-positivisme, qui est né dans le premier tiers de ce siècle et dont l'influence persiste, sous des formes diverses, représente au contraire une variante « dure » de l'attitude rationaliste. De ce point de vue, ses traits essentiels paraissent être les suivants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_36310

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 644 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La critique philosophique de la science »  : […] La théorie philosophique de la science, et singulièrement le néo-positivisme, récuse ce qui n'est pas pensable scientifiquement. La pensée scientifique constitue la seule pensée digne de ce nom, c'est-à-dire la seule pensée sensée. Cette thèse ne va nullement de soi, et paraît même marquée du sceau du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_36310

SÉMIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Julia KRISTEVA
  •  • 5 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Peirce et le positivisme logique »  : […] Avec le logico-positivisme, et notamment avec le cercle de Vienne et les logiciens polonais, le projet d'une construction mathématique de la logique et de tout domaine de sens atteint son apogée. Distinguant la syntaxe, la sémantique et la pragmatique comme des régions à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semiologie/#i_36310

VÉRIFICATION & PRINCIPE DE VÉRIFIABILITÉ, épistémologie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 221 mots

Principe qui est fondamental pour les positivistes logiques (ou néo-positivistes) et selon lequel seules les propositions soit analytiques soit empiriquement vérifiables ont un sens pour la connaissance. Il ne s'applique pas aux domaines affectifs, esthétiques, moraux, qui relèvent d'impératifs, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verification-et-principe-de-verifiabilite-epistemologie/#i_36310

VIENNE CERCLE DE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 1 309 mots

une autre association fondée à Berlin sous l'impulsion de Reichenbach, et leur développement a constitué le néo-positivisme, ou positivisme logique. Après l'éclatement du cercle de Vienne dans les dernières années précédant la Seconde Guerre mondiale, la plupart de ses membres ont poursuivi leur carrière en Amérique et en Angleterre, et leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercle-de-vienne/#i_36310

WITTGENSTEIN LUDWIG

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 4 203 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Wittgenstein et les philosophes »  : […] ; la méthode d'analyse du langage ordinaire développée dans les Investigations philosophiques. Le néo-positivisme a retenu les deux premiers, l'école de la philosophie analytique, le troisième. Cependant, Wittgenstein s'est toujours défendu d'être rattaché à l'un ou l'autre groupe. Mais, par-delà les traditions et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-wittgenstein/#i_36310

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilles Gaston GRANGER, « NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-positivisme-positivisme-logique/