NÉO-IMPRESSIONNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Château des Papes, P. Signac

Le Château des Papes, P. Signac
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

L'Embranchement de Bois-Colombes, P. Signac

L'Embranchement de Bois-Colombes, P. Signac
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Le Déjeuner des canotiers, A. Renoir

Le Déjeuner des canotiers, A. Renoir
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Une lecture, T. van Rysselberghe

Une lecture, T. van Rysselberghe
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Tous les médias


Mouvement dont l'activité s'affirme avec le plus de cohérence entre 1885 et 1890 environ, et dont Seurat, Signac, Cross, Angrand et Camille Pissarro sont, en France, les principaux représentants. Le néo-impressionnisme se définit d'abord, comme son nom l'indique, par rapport à l'impressionnisme ; mais « néo » est un préfixe ambigu : il indique une renaissance, ce qui signifie à la fois mort et héritage. Mort, car Seurat et ses amis constatent la dispersion du groupe impressionniste historique aussi bien qu'une certaine faillite de son esthétique. Héritage, car tout en se donnant des objectifs opposés à ceux de l'impressionnisme, ils cherchent à les associer dans une synthèse, à la différence de Gauguin, par exemple, qui, vers la même époque, ne trouve son style personnel que moyennant une rupture radicale avec l'impressionnisme. L'année 1880 est celle de la cinquième exposition impressionniste, mais ni Cézanne, ni Monet, ni Renoir, ni Sisley n'y figurent, et cet effritement du groupe original s'accompagne d'importants changements esthétiques. Par des voies différentes, Cézanne, Pissarro et même, pour un temps, Renoir réagissent contre ce qui, dans l'impressionnisme, répugne à la forme définie, contre sa préférence marquée pour la touche au détriment du dessin. Ils aspirent à représenter un univers moins évanescent, à laisser moins d'initiative à l'instinct, à retrouver des valeurs « classiques », plus intellectuelles d'ordonnance ou de construction, sans pour autant sacrifier toutes les conquêtes de l'impressionnisme. Cette réaction va de pair avec une réflexion théorique intense, dans le monde scientifique (Helmholtz, Rood, Chevreul dont la Loi du contraste simultané sera rééditée en 1889), sur la physiologie de la vision, les problèmes de la lumière et de la couleur : préoccupations chères aux impressionnistes et qu'ils ont illustrées depuis 1870 avec un éclat sans précédent, mais d'instinct.

Le Château des Papes, P. Signac

Le Château des Papes, P. Signac

Photographie

Paul Signac (1863- 1935), Le Château des Papes, 1900. Musée d'Orsay, Paris. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

L'Embranchement de Bois-Colombes, P. Signac

L'Embranchement de Bois-Colombes, P. Signac

Photographie

Paul Signac (1863-1935), L'Embranchement de Bois-Colombes. Cette œuvre figurait à la huitième et dernière Exposition impressionniste (Paris, 1886). City Art Gallery, Leeds, Grande-Bretagne. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Le Déjeuner des canotiers, A. Renoir

Le Déjeuner des canotiers, A. Renoir

Photographie

Auguste Renoir, Le Déjeuner des canotiers, 1880-1881. Huile sur toile, 129,5 cm × 172,7 cm. Phillips Collection, Washington. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le néo-impressionnisme s'inscrit, dans ce contexte historique, non par la li [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  NÉO-IMPRESSIONNISME  » est également traité dans :

LE NÉO-IMPRESSIONNISME (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 066 mots

Pour la première fois en France, une rétrospective d'ensemble était consacrée, du 14 mars au 10 juillet 2005, par le musée d'Orsay à Paris, au néo-impressionnisme. Son titre, Le néo-impressionnisme : de Seurat à Paul Klee, en soulignait l'ambition. Il ne s'agissait pas simplement de retrac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-neo-impressionnisme/#i_13926

CROSS HENRI EDMOND DELACROIX dit HENRI (1856-1910)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 308 mots
  •  • 1 média

« Mais n'est-il pas possible d'instituer un tableau de façon précise et consciente ? — M. Georges Seurat en prit l'initiative et en établit les termes dans son tableau Un dimanche à la Grande Jatte (1884-1886). » Félix Fénéon a défini ainsi le départ du néo-impressionnisme, et Henri Cross allait devenir, après sa rencontre avec Seurat et Signac, l'un des principaux adeptes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cross-henri-edmond-delacroix-dit-henri/#i_13926

D'EUGÈNE DELACROIX AU NÉO-IMPRESSIONNISME, Paul Signac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 070 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée marquée par Delacroix »  : […] Seurat était mort en 1891, et quelques années plus tard il était tombé dans un certain oubli. Signac regrettait que l'influence de celui qui avait été un maître et un ami ne fût pas davantage reconnue. C'est la publication du Journal de Delacroix, en 1893, qui le poussa à écrire D'Eugène Delacroix au néo-impressionnisme , qui avait pour lui valeur de ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/d-eugene-delacroix-au-neo-impressionnisme/#i_13926

FAUVISME

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 4 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources du fauvisme »  : […] L'accord est loin d'être fait sur les sources proches ou lointaines du fauvisme. La plupart des fauves ont laissé entendre – l'exemple de Van Gogh, trop évident pour être nié, étant excepté – qu'ils s'étaient formés à peu près seuls. Certes, le fauvisme est d'abord la libre expression d'un tempérament et une influence n'est subie qu'autant qu'on y est prêt. Il n'en reste pas moins que les fauves […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fauvisme/#i_13926

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le néo-impressionnisme »  : […] En 1884, fondation de la Revue indépendante , avec Félix Fénéon, qui sera suivie de toute la floraison des « petites revues » du symbolisme ; exposition du « groupe des XX » à Bruxelles ; fondation du Salon des Indépendants , dont la première manifestation, dans une baraque, aux Tuileries, groupe Redon et une nouvelle équipe : Angrand, Dubois-Pillet, Hen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_13926

LUCE MAXIMILIEN (1858-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 403 mots

« Maximilien Luce. Un nouveau venu, un brutal et un loyal au talent fruste et musculeux. Dans des mansardes sans femmes, un ouvrier nu-torse se débarbouille, un autre trempe une croûte dans un bol. Les plus lépreux abords des fortifications, il les peint... » En prenant ces quelques notes à la troisième exposition de la Société des artistes indépendants, en 1887, Félix Fénéon définissait avec la j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximilien-luce/#i_13926

SIGNAC PAUL (1863-1935)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 555 mots
  •  • 2 médias

Peintre français, né à Paris. Débutant sous l'influence de Monet, Paul Signac est, en 1884, à l'âge de vingt et un ans, parmi les fondateurs de la Société des artistes indépendants, où il connaît Georges Seurat. C'est en étroite collaboration avec ce dernier que Signac va jeter les bases théoriques du néo-impressionnisme, mouvement charnière qui relie les tendances les plus avancées du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-signac/#i_13926

SLUYTERS JOHANNES CAROLUS BERNARDUS dit JAN (1881-1957)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 222 mots

Peintre néerlandais originaire de Bois-le-Duc, Jan Sluyters a, dès le début du xx e siècle, suivi la voie néo-impressionniste importée aux Pays-Bas par Jan Toorop, sans toutefois en dépasser l'aspect technique, c'est-à-dire la stricte utilisation d'un procédé, ici purement analytique. Sa vocation expérimentale et son tempérament de coloriste ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sluyters-johannes-carolus-bernardus-dit-jan/#i_13926

TACHISME

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 158 mots
  •  • 1 média

Bien que le terme de tachisme ne s'emploie pas encore couramment avec une valeur générale, il peut désigner l'ensemble des techniques artistiques qui utilisent des taches. En fait, ces techniques se divisent en deux catégories, correspondant aux deux acceptions principales du mot tache. Dans le premier cas, tache signifie à peu près touche : la couleur déposée par un coup de pinceau et formant une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tachisme/#i_13926

Pour citer l’article

Pierre GEORGEL, « NÉO-IMPRESSIONNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-impressionnisme/