SEURAT GEORGES (1859-1891)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Dame en noir, G. Seurat

La Dame en noir, G. Seurat
Crédits : A. Held/ AKG

photographie

Jeune Femme se poudrant, G. Seurat

Jeune Femme se poudrant, G. Seurat
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Une baignade, Asnières, G. Seurat

Une baignade, Asnières, G. Seurat
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Port-en-Bessin, avant-port, marée haute, G. Seurat

Port-en-Bessin, avant-port, marée haute, G. Seurat
Crédits : AKG

photographie

Tous les médias


« Seurat est un grand peintre inconnu », écrivait Lucie Cousturier en 1921 dans une des premières biographies consacrées au peintre d'Un dimanche à la Grande Jatte. 1884 (The Art Institute, Chicago). Malgré une place très vite établie dans l'histoire de l'art moderne, notamment au moment du cubisme, la gloire des « bons vieux impressionnistes » comme il disait (Cézanne, Renoir, Monet) ne s'est jamais vraiment décidée à faire de lui un grand peintre populaire. Il rencontra Vincent Van Gogh en février 1887, et ce dialogue étonnant semble démontrer à quel point son art porte en lui-même un élément irréductible à toute identification psychologique, à quel point il est intimidant, lumineux et obscur à la fois, à l'image exacte des dessins exécutés au crayon Conté. L'enquête des historiens parcourt des circuits qui peuvent être recomposés par des documents ou des sources indiqués par l'artiste lui-même, mais la dimension intellectuelle du tableau ne s'y laisse jamais réduire. La « technique » de Seurat fut une sorte de malentendu contrôlé, et son œuvre définit entre l'individu, la société, l'« art » un ensemble de valeurs dont on commence à mieux sonder le caractère de profonde nouveauté. Sa vie, brève, laisse constater de rapides mutations esthétiques, mais cette évolution est en même temps soumise à des contradictions réitérées. On mesure les rythmes d'une métropole contemporaine, confrontés au silence des paysages de mer ; on suit un échange énigmatique entre le monumental et sa réduction lumineuse (La Tour Eiffel, Fine Arts Museum, San Francisco), entre le détail insignifiant et une présence quasi surnaturelle, entre le tableau et ses référents : l'art classique, l'affiche, les études préparatoires. L'ordre et la frénésie établissent une mystérieuse division nerveuse qui libère une forme de puissance anarchique dans les lois de la composition. Depuis Petit Homme au parapet (vers 1881) ou Le Faucheur (vers 1882, Metropolitan Museum, New York), la science de Seurat s'applique à développer le germe d'une œuvre interrompu [...]

La Dame en noir, G. Seurat

La Dame en noir, G. Seurat

Photographie

Georges Seurat, «La Dame en noir», 1882. Crayon sur papier chamois, 37,7 cm × 23 cm. Collection Heinz Berggruen. 

Crédits : A. Held/ AKG

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  SEURAT GEORGES (1859-1891)  » est également traité dans :

D'EUGÈNE DELACROIX AU NÉO-IMPRESSIONNISME, Paul Signac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 070 mots
  •  • 1 média

Initialement paru en feuilleton dans La Revue blanche , D'Eugène Delacroix au néo-impressionnisme fut publié en 1899 . Le peintre Paul Signac (1863-1935) y défendait le mouvement pointilliste, et d'abord son chef de file, Georges Seurat (à qui le livre est dédié), en soulignant ce qui reliait, selon lui, Seurat à Delacroix : essentiellement le r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/d-eugene-delacroix-au-neo-impressionnisme/#i_17563

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Cadres impressionnistes et contemporains »  : […] Manet, si l'on en croit les Souvenirs de son ami Antonin Proust (1913), aurait pensé que « sans le cadre, la peinture perd cent pour cent ». Le cadre est le signe de l'achèvement de l'œuvre. Pour Degas, « le cadre est le maquereau de la peinture ; il la met en valeur mais ne doit jamais briller à ses dépens ». Degas, refusant les cadres dorés tro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encadrement-des-oeuvres-histoire-de-l-art-occidental/#i_17563

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le néo-impressionnisme »  : […] En 1884, fondation de la Revue indépendante , avec Félix Fénéon, qui sera suivie de toute la floraison des « petites revues » du symbolisme ; exposition du « groupe des XX » à Bruxelles ; fondation du Salon des Indépendants , dont la première manifestation, dans une baraque, aux Tuileries, groupe Redon et une nouvelle équipe : Angrand, Dubois-Pille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_17563

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modèle et « artefact » »  : […] Si toute œuvre d'architecture s'ordonne à un modèle dont il arrive – comme on pourrait le montrer encore à partir de l'ordre classique – qu'elle impose elle-même l'idée sous une espèce visible peut-être inadéquate, partielle, sinon mensongère, la critique à laquelle prête, d'un point de vue théorique, l'épistémologie des modèles ne vaut pas dans un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_17563

NÉO-IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 312 mots
  •  • 6 médias

Mouvement dont l'activité s'affirme avec le plus de cohérence entre 1885 et 1890 environ, et dont Seurat , Signac , Cross, Angrand et Camille Pissarro sont, en France, les principaux représentants. Le néo-impressionnisme se définit d'abord, comme son nom l'indique, par rapport à l'impressionnisme ; mais « néo » est un préfixe ambigu : il indique un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-impressionnisme/#i_17563

LE NÉO-IMPRESSIONNISME (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 066 mots

Pour la première fois en France, une rétrospective d'ensemble était consacrée, du 14 mars au 10 juillet 2005, par le musée d'Orsay à Paris, au néo-impressionnisme. Son titre, Le néo-impressionnisme : de Seurat à Paul Klee , en soulignait l'ambition. Il ne s'agissait pas simplement de retracer l'histoire d'un mouvement dont les membres, à la suit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-neo-impressionnisme/#i_17563

SELIGMAN GERMAIN (1893-1978)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 736 mots

Né à Paris, élevé dans l'hôtel de Sagan, Germain Seligman passera plus de cinquante ans à New York, où il meurt citoyen américain. Si son père, ouvrant en 1914 une galerie à New York, trente-cinq ans après la fondation de la maison de Paris, montrait la voie de la double implantation en France et aux États-Unis, ce ne sont pas les meubles et les ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germain-seligman/#i_17563

SEVERINI GINO (1883-1966)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 650 mots
  •  • 1 média

Membre du groupe futuriste qui occupe une place à part dans la peinture italienne du xx e  siècle. Le milieu artistique dans lequel évolue Gino Severini pendant sa jeunesse (1900-1906) était dans une impasse : la peinture des macchiaioli ne peut plus servir de référence pour les jeunes générations, et les premières tentatives impressionnistes ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gino-severini/#i_17563

Voir aussi

Pour citer l’article

Éric DARRAGON, « SEURAT GEORGES - (1859-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-seurat/