Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NEGRO SPIRITUAL ET GOSPEL

Les chants évangéliques noirs des États-Unis, les gospel songs (de Gospel, Évangile), constituent le domaine le plus authentiquement populaire de la musique afro-américaine. Chaque dimanche, les temples méthodistes, baptistes, pentecôtistes, sanctifiés résonnent de millions de voix qui louent le Seigneur, chantent leurs peines et leurs espoirs. La congrégation entonne des hymnes, parfois fort anciennes, comme celles du Dr. Isaac Watts (1674-1748), qui a en fait légué son nom à tout un répertoire inspiré de ses œuvres, ou encore Amazing Grace, composé par John Newton (1725-1807), évangéliste et capitaine de vaisseau négrier, cantique qui, en dépit de son origine, est toujours passionnément aimé dans les communautés noires ; le chœur ou les chœurs interprètent des airs plus récents, parfois popularisés par le disque, la radio ou la télévision ; le pasteur glisse dans son prêche de la parole accentuée, scandée, au chant, voire au cri qui va entraîner et l'assistance et le chœur en une communion vocale propice, dans certaines Églises, à l'effusion de l'Esprit saint et à l'éclosion de transes ou de discours dans les « langues » (glossolalie), qui sont autant de signes de la grâce.

Amateurs et professionnels

Le chant religieux est une pratique régulière pour d'innombrables fidèles. De beaucoup d'entre eux, il occupe largement la vie : les membres du chœur, les jeunes des chorales d'enfants répètent en semaine, se produisent en diverses occasions, religieuses ou civiles, dans leur temple, sur une scène locale, voire ailleurs ; certains forment de petits groupes vocaux qui poursuivent une carrière régionale ; tous ceux-ci, pourtant, demeurent amateurs, dans tous les sens du terme. Ils chantent, donc, mais pour ce faire ils écoutent aussi : les vedettes du gospel singing, les professionnels qui gravent des disques, passent sur les ondes et se montrent à la télévision. Car il y a un véritable showbiz, un marché, du « spectacle » gospel avec ses firmes discographiques spécialisées, ses radios exclusivement consacrées à la musique religieuse, ses programmes de télévision et ses distinctions (comme les Stellar Awards).

Mais, entre les premiers, amateurs, et les seconds, professionnels, il n'y a pas de solution de continuité : les « chanteurs du dimanche » forment, en même temps qu'un vivier, un auditoire exigeant qui juge selon des critères esthétiques et moraux, qui attend à la fois la fidélité aux moyens d'expression religieux ancrés dans la tradition et l'innovation qui intègre les dernières modes profanes. De ce fait, les musiques religieuses noires américaines n'ont jamais cessé d'évoluer. Elles se sont renouvelées en empruntant au blues, au jazz, aux variétés, qu'elles ont influencés en retour.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Marian Anderson - crédits : London Express/ Hulton Archive/ Getty Images

Marian Anderson

Sister Rosetta Tharpe - crédits : Charles Peterson / Archive Photos

Sister Rosetta Tharpe

Golden Gate Quartet - crédits : Michael Ochs Archives/ Getty Images

Golden Gate Quartet

Autres références

  • GOSPEL

    • Écrit par Eugène LLEDO
    • 807 mots

    Version discographique des negro spirituals, le gospel prend son essor aux États-Unis dans les années 1930. Il est à l'origine de nombreuses musiques vocales noires américaines comme le doo-wop et la soul.

    Dans les pratiques musicales des esclaves, le shout*, survivance vivace des traditions...

  • ANDERSON MARIAN (1897-1993)

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 1 248 mots
    • 1 média

    Bien sûr, lorsqu'on évoque la contralto américaine Marian Anderson, il y a le mythe et une vie entière consacrée à la lutte pour l'égalité des droits civiques. L'Amérique d'avant guerre n'est pas tendre pour ces Noirs qui ont la témérité de revendiquer leur part de Constitution, leur morceau...

  • ARMSTRONG LOUIS (1901-1971)

    • Écrit par Michel-Claude JALARD
    • 1 673 mots
    • 2 médias
    Louis Armstrong, enfin, est un des plus grands chanteurs de l'histoire de la musique négro-américaine et un des plus caractéristiques, également, de cet art vocal si chaleureux qui, dans le même temps, s'épanouit à travers le blues et le spiritual. Sa voix, rugueuse et âpre, va à l'encontre...
  • BLUES

    • Écrit par Francis HOFSTEIN
    • 3 668 mots
    • 5 médias
    ...qui, joint au banjo et aux morceaux de bois ou d'os qui remplacent les tambours interdits par le « Code noir », enchante aussi les esclaves ; les chants religieux, empruntés pour l'essentiel à la liturgie protestante... d'où naissent, avec le minstrel show, d'abord composé de Blancs...
  • DOO-WOP

    • Écrit par Universalis, Frederick Dennis GREENE
    • 920 mots

    Style musical vocal hérité des negro spirituals, variante du rhythm and blues et du rock and roll populaire dans les années 1950 et 1960, le doo-wop est généralement interprété par de petits ensembles vocaux comportant un soliste ténor qui chante la mélodie tandis que trois ou quatre autres chanteurs...

  • Afficher les 8 références

Voir aussi