NAZISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Négation de l’individu

À l’encontre de l’école jusnaturaliste européenne du xviiie siècle, qui fondait la politique sur la liberté de l’homme, sujet de raison et de droits universels, le nazisme nie l’existence même de l’individu : contre l’individualisme démocratique, il réaffirme la globalité de la Volksgemeinschaft, un grand tout organique dont chacune des parties ‒ les individus ‒, tire son essence et son existence. « Tu n’es rien, ton peuple est tout » n’est pas qu’un slogan, mais bel et bien un principe politique.

Dans ces conditions, la démocratie parlementaire – et tout spécialement la République de Weimar instaurée en 1919 ‒, ne peut signifier que le règne de la masse des médiocres contre l’homme d’exception, un nivellement par le bas imposé par les ennemis de la race germanique pour lui nuire. Il ne reste donc à l’Allemagne, comme seul mode d’organisation politique et communautaire, que le modèle militaire : ayant soutenu un déluge de feu et d’acier pendant quatre ans dans les tranchées, la communauté de combat est la seule organisation humaine qui ait fait ses preuves. L’Allemagne des nazis doit donc être une armée, avec un seul Führer (terme générique signifiant guide, meneur ou chef militaire) à sa tête.

Cette organisation est imposée au N.S.D.A.P., qui succède, en février 1920, au D.A.P. (Deutsche Arbeiterpartei), le parti des travailleurs allemands, un des innombrables groupuscules d’extrême droite de l’époque. Les Frontkämpfer (anciens combattants) y sont recrutés et exaltés par son nouveau leader, Adolf Hitler, lui-même ancien caporal démobilisé. Participant au processus de « brutalisation » de la société civile décrit par l’historien George L. Mosse, le comportement militarisé de l’élite nazie s’est ainsi calqué, depuis le port de l’uniforme jusqu’à l’élocution et la gestuelle, sur celui des sous-officiers de l’armée allemande : attitude rogue, rude et cassante. Cette armée parallèle [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Boycott anti-juifs, Allemagne, 1933

Boycott anti-juifs, Allemagne, 1933
Crédits : Hulton-Deutsch/ Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Défilé nazi, 1938

Défilé nazi, 1938
Crédits : Berliner Verlag/ Archiv/ Corbis

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  NAZISME  » est également traité dans :

ACCESSION D'HITLER AU POUVOIR

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 207 mots
  •  • 1 média

Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler est nommé chancelier, dans la légalité républicaine définie par la Constitution de Weimar. À ce moment-là, son parti, le Parti ouvrier allemand national-socialiste (N.S.D.A.P.) ou Parti « nazi » qui veut tenter, après Mussolini, une synthèse du nationalisme et du socialisme dans le cadre d'un État raciste à construire, est le plus important d'Allemagne depuis les é […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'ordre corporatif »  : […] Dans quelle mesure le régime national-socialiste a-t-il modifié la structure de la société allemande ? Le nazisme n'est pas un mouvement de classe, et 1933 ne se traduit pas, sur le plan social, par un bouleversement dans les rapports entre les différents milieux sociaux. Mais le III e  Reich n'est pas, à cet égard, un simple prolongement du régime antérieur. Dans deux domaines, en particulier, de […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 312 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La perspective de l'« État socialiste du peuple » (1981-1989) »  : […] Dans la perspective historique du marxisme, la République démocratique allemande s'attacha à « l'édification intégrale du socialisme » ( Vollendendung des Sozialismus ) qui la ferait accéder à « l'État socialiste du peuple » ( sozialistischer Volksstaat ) dont l'U.R.S.S. était l'exemple. À ce stade, « la totale unité politico-morale de tout le peuple » devait se substituer à la dictature du prol […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 224 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le poids du passé »  : […] Les voix recueillies par l'extrême droite montrent que le passé n'avait pas été entièrement dominé, malgré la montée des générations nouvelles, dont le mode de vie et les préoccupations étaient, dans l'ensemble, tout à fait semblables à ceux des jeunes des autres pays occidentaux. Sauf installation permanente d'un système de contrainte, il était inévitable que des nostalgiques du passé demeurent, […] Lire la suite

ALLEMAND CINÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 10 335 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les débuts du parlant et le cinéma du docteur Goebbels »  : […] Les premières années du parlant sont contemporaines de l'aggravation de la crise économique et politique. C'est ainsi que les innovations permises par la technique seront soit évacuées, soit captées par le régime hitlérien. Les recherches sur le son sont anciennes (Oskar Messter, dès 1903) et l'industrie dispose des brevets de la Tobis-Klangfilm, qui se partage le marché mondial avec les américain […] Lire la suite

ANSCHLUSS (1938)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 223 mots
  •  • 1 média

Parvenu au pouvoir en Allemagne en janvier 1933, Hitler, au nom du pangermanisme, souhaite le rattachement ( Anschluss ) de l'Autriche au III e  Reich. En juillet 1934, il soutient ainsi une tentative de coup d'État menée par les nazis autrichiens. Le chancelier autrichien Dollfuss est assassiné, mais le coup d'État échoue, notamment grâce à l'action de Mussolini, qui masse des troupes sur le Bren […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'ère nazie : 1933-1945 »  : […] La crise économique et politique qui secoue l'Europe après le krach de 1929 va encore aggraver la xénophobie et l'antisémitisme. L'année 1933 marque l'arrivée de Hitler au pouvoir et la mainmise de l'idéologie raciste nazie sur l'Allemagne . L'Europe de l'Est est secouée par l'essor de mouvements antisémites qu'on retrouvera collaborant activement à l'élimination physique des juifs pendant les ann […] Lire la suite

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 031 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'inspiration nazie »  : […] À cette conception chrétienne et paternaliste de la séparation des races, appelée parfois « apartheid honorable » ( eerbare apartheid ), s'est surimposée, à partir des années 1930, une philosophie politique autoritaire, exclusive et agressive, directement inspirée du nazisme. La presse nationaliste (notamment Die Transvaler , dont le rédacteur en chef est en 1940 le futur Premier ministre Verwoerd […] Lire la suite

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 946 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Reich « millénaire » »  : […] Si l'architecture issue des courants rationalistes arrive tant bien que mal, et au prix de compromis, à se maintenir en Italie pendant la période du fascisme, il n'en sera pas de même en Allemagne sous le III e  Reich. Dès son origine, le mouvement nazi avait mené le combat contre tout ce qui, selon lui, ne s'inscrivait pas dans le concept global de « valeurs allemandes ». Le « Kampfbund für deu […] Lire la suite

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La France occupée »  : […] Le 22 juin 1940, la convention d'armistice ratifiait la victoire de l'Allemagne nazie. Le 9 juillet 1940, le ministère de la Propagande du III e  Reich donnait au vaincu un avant-goût du sort qu'il lui réservait : la France ne serait pas considérée comme une « alliée » mais jouerait en Europe le rôle d'une « Suisse agrandie », réserve agricole et touristique pouvant éventuellement assurer certaine […] Lire la suite

Les derniers événements

Turquie – Allemagne – Pays-Bas. Mise en cause de Berlin et La Haye par Ankara. 5-28 mars 2017

, le président Erdogan déclare, au sujet des événements de la veille à Rotterdam : « Le nazisme est encore très répandu en Occident. » Le même jour, Mevlut Çavuşoğlu est autorisé à participer à une réunion électorale à Metz, en France. Mais, au cours du mois, d’autres municipalités, en Suisse […] Lire la suite

Estonie. Victoire du Premier ministre aux élections législatives. 4 mars 2007

qui commémore la victoire sur le nazisme est aussi, pour de nombreux Estoniens, assimilé au souvenir de l'occupation soviétique, et rejeté comme tel. De son côté, le Parti du centre attire les suffrages de nombreux russophones. […] Lire la suite

Suisse. Publication du rapport sur le rôle du pays pendant la Seconde Guerre mondiale. 22 mars 2002

le nazisme, notamment juifs et tsiganes, « a contribué à la réalisation de [...] l'Holocauste »: 30 000 demandeurs d'asile ont ainsi été refoulés. Le rapport qualifie d'« entorse » à la neutralité la politique de collaboration économique avec l'Allemagne hitlérienne et dénonce la lenteur de la restitution des biens aux ayants droit des victimes du régime nazi. […] Lire la suite

Allemagne – Russie. Visite officielle du chancelier Helmut Kohl en Russie. 14-16 décembre 1992

indemnité de 1 milliard de deutsche Mark en faveur des victimes du nazisme. En revanche, la question soulevée par Berlin de l'attribution d'un territoire autonome aux deux millions de Russes de souche allemande chassés des rives de la Volga par Staline n'est pas réglée. […] Lire la suite

République démocratique allemande. Entrée en fonctions de Lothar de Maizière. 4-29 avril 1990

de Varsovie en 1968, et reconnaît sa responsabilité dans la persécution des juifs sous le nazisme. 6,2 millions de marks sont alloués à une fondation israélienne pour apporter un soutien aux survivants des camps de la mort. Les 28 et 29, Lothar de Maizière effectue à Moscou la première visite d'un chef […] Lire la suite

Pour citer l’article

Johann CHAPOUTOT, « NAZISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nazisme/