NAZARÉENS, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une audience internationale

Les nazaréens ont joui de leur temps d'une audience internationale et les prolongements de leur œuvre furent profonds ; c'est cependant davantage en référence à une certaine conception nazaréenne de l'art qu'aux réalisations proprement dites, bien que ces réalisations aient eu, dans divers pays, une influence plus grande qu'on ne le suppose généralement. Overbeck a travaillé pendant cinquante ans à Rome, comme artiste remarqué et honoré du pape et comme chef spirituel de la confrérie des nazaréens, qu'il sut regrouper autour de lui, même après la dissolution de la Confrérie de saint Luc (1818). Il a eu de nombreux élèves italiens, et les œuvres de T. Minardi, G. Guidi et A. Franchi sont d'influence nazaréenne. L'académie des Beaux-Arts de Pérouse et celle de Saint-Luc à Rome comptaient quelques nazaréens parmi leurs membres. La France n'est pas demeurée à l'écart de ce mouvement : Overbeck et Ingres se sont connus. Si, au départ, Overbeck a été influencé par Ingres, les œuvres religieuses d'Ingres après 1825 sont difficilement imaginables sans la connaissance des tableaux et des dessins des nazaréens. Dans les cercles catholiques français, ceux-ci ont joui d'une grande estime (écrits de Martin de Noirlieu). Puvis de Chavannes, les nabis et en particulier l'école de Beuron semblent avoir été fortement impressionnés par leur univers mystique et leur esthétique. En Angleterre, enfin, un artiste comme William Dyce connaissait bien Overbeck. Il constitue le lien avec les préraphaélites, qui ont repris l'essentiel des idées des nazaréens, mais en les présentant différemment. W. Holman Hunt s'inspirera pour son célèbre tableau The Light of the World d'un « Overbeckian print ». Ce n'est pas un hasard si les premiers biographes d'Overbeck furent des Anglais et si les Anglais se montrèrent des acheteurs enthousiastes des œuvres des nazaréens. Celles-ci, en particulier les travaux d'Overbeck, ont été aussi vendues en Russie, en Yougoslavie, aux États-Unis, à Malte et au Danemark.

The Light of the World (La Lumière du monde), W. H. Hunt

Diaporama : The Light of the World (La Lumière du monde), W. H. Hunt

William Holman Hunt, The Light of the World (La Lumière du monde). 1851-1853. Huile sur toile. 125,5 cm X 59,8 cm. Keble College, Oxford, Royaume-Uni. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Le Repos pendant la fuite en Égypte, P. O. Runge

Le Repos pendant la fuite en Égypte, P. O. Runge
Crédits : Bridgeman Images

photographie

The Light of the World (La Lumière du monde), W. H. Hunt

The Light of the World (La Lumière du monde), W. H. Hunt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NAZARÉENS, peinture  » est également traité dans :

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 586 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'âme du peintre : l'autoportrait « au naturel » »  : […] Parce que détaché de tout support iconographique et souvent dénué d'accessoires « parlants », l'autoportrait au naturel est celui dont la signification est la plus difficile à appréhender. Depuis Jean Fouquet (émail, vers 1450, musée du Louvre) jusqu'à Kasimir Malévitch (1933, Musée russe, Saint-Pétersbourg), en passant par Filippino Lippi, Dürer, Federico Barocci, Tintoret, Rembrandt, Vouet, Char […] Lire la suite

BROWN FORD MADOX (1821-1893)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 330 mots
  •  • 1 média

Peintre britannique né le 16 avril 1821 à Calais (France), mort le 6 octobre 1893 à Londres. Ford Madox Brown étudie l'art à Bruges et Anvers de 1837 à 1839. Ses premières œuvres sont marquées par une palette sombre et un sentiment dramatique, en parfait accord avec les sujets byroniens qu'il peint à Paris dans les années 1840-1843 ( Manfred sur la Jungfrau , vers 1840 ; Le Sommeil de Parisina , […] Lire la suite

OVERBECK JOHANN FRIEDRICH (1789-1869)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 321 mots

Peintre allemand, né le 3 juillet 1789 à Lübeck, mort le 12 novembre 1869 à Rome. Johann Friedrich Overbeck entre à l'Académie des beaux-arts de Vienne en 1806. Déçu par l'enseignement académique, il fonde avec Franz Pforr et d'autres artistes la Confrérie de saint Luc en 1809. Ce groupe de peintres, surnommés les nazaréens, veut renouer avec la tradition des guildes d'artistes du Moyen Âge et fa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jens Christian JENSEN, « NAZARÉENS, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nazareens-peinture/