Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MONTÉNÉGRO

Nom officiel

République du Monténégro (ME)

    Chef de l'État

    Jakov Milatović (depuis le 20 mai 2023)

      Chef du gouvernement

      Milojko Spajić (depuis le 31 octobre 2023)

        Capitale

        Podgorica (la capitale historique et culturelle est Cetinje)

          Langue officielle

          Monténégrin 1

            Unité monétaire

            Euro (EUR) 2

              Population (estim.) 613 100 (2023)
                Superficie 13 883 km²

                  Avec 13 812 kilomètres carrés et 625 266 habitants au recensement de 2011, le Monténégro, Crna Gora en serbo-croate (Montagne noire), est le plus petit des pays issus de l'ex-Yougoslavie. À la différence de la Slovénie, de la Croatie, de la Bosnie-Herzégovine et de la Macédoine (devenue Macédoine du Nord en 2019), la République monténégrine n'a que récemment choisi et obtenu l'indépendance, après le référendum du 21 mai 2006. Ce faisant, elle quittait la Communauté d'États de Serbie-et-Monténégro, dernier vestige institutionnel de l'ancienne fédération yougoslave. Le nouvel État monténégrin a pour capitale politique et administrative la ville de Podgorica, située au sud-est du pays, dans la plaine karstique éponyme surplombant le lac de Skadar. Il a pour capitale historique et culturelle la ville de Cetinje, perchée à 670 mètres d'altitude à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Podgorica, au pied du mont Lovćen (1 749 m).

                  Monténégro : carte physique

                  Monténégro : carte physique

                  Monténégro : drapeau

                  Monténégro : drapeau

                  Géographie d'un micro-État

                  Incrusté au cœur des Balkans, le Monténégro partage des frontières, d'ouest en est, avec quatre pays (14 km de frontières avec la Croatie, 225 km avec la Bosnie-Herzégovine, 203 kilomètres avec la Serbie, dont une partie borde le Kosovo, et 172 km avec l'Albanie), tandis qu'au sud le pays est ouvert sur l'Adriatique. Le territoire monténégrin se localise à l'extrémité sud-orientale des Alpes dinariques, ce qui en fait un espace au relief accentué et prédominant. Son point culminant est le mont Durmitor (2 523 m) au nord-ouest du pays près de la municipalité de Žabljak (1 450 m). La beauté de ses paysages a permis d'inscrire dans sa Constitution, dès 1992, le statut d'« État écologique ». Malgré sa petite surface, le Monténégro possède quatre parcs nationaux (les parcs de Durmitor, du Lovcén, de Bjelašica et de Skadar) et deux sites classés sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité par l'U.N.E.S.C.O. (la contrée naturelle et culturo-historique de Kotor en 1979 et le parc de Durmitor classé en 1980).

                  Bouches de Kotor, Monténégro

                  Bouches de Kotor, Monténégro

                  La composition ethnique de la population du Monténégro reflète en partie sa position de carrefour balkanique : sur les 672 656 habitants recensés en 2003 (dont 54 816 travaillent et résident à l'étranger), 40,64 % se sont déclarés Monténégrins, 30,01 % Serbes, 9,41 % Bosniaques (Slaves musulmans), 7,09 % Albanais, 4,27 % Musulmans, 1,05 % Croates, 0,43 % Roms. La répartition des différentes communautés ethniques est très concentrée sur le territoire national. Les Musulmans et les Bosniaques habitent en majorité dans la région du Sandžak monténégrin au nord du pays, tandis que les Albanais sont en grande partie regroupés autour du lac de Skadar (Shkodër en albanais), près de la frontière albanaise, et les Croates sur les bouches de Kotor, aux abords de la frontière croate. Malgré cette diversité, le Monténégro ne rencontre pas les mêmes problèmes de conflits interethniques que les régions voisines (en Bosnie-Herzégovine ou au Kosovo). De fait, mis à part quelques velléités indépendantistes des Musulmans du Sandžak au début des années 1990, et qui aujourd'hui appartiennent au passé, les différentes communautés sont plutôt bien intégrées dans la vie politique et dans la société monténégrine.

                  En raison de son relief accidenté et difficile, le Monténégro dispose d'une surface agricole réduite, d'un petit nombre d'industries, et de rares matières premières (mis à part les forêts et les mines d'aluminium et de bauxite autour de Nikšić). L'agriculture se limite à des élevages bovins extensifs, ovins et porcins dans les alpages. La faible proportion de plaines, à l'exception des poljede Podgorica et de Nikšić, de la vallée glaciaire du Lim, près de Plav au Nord, et de la région d'Ulcinj, au Sud, restreint[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : docteur en géographie, coordonnateur scientifique de l'Atelier de recherches internationales, université de Belgrade
                  • : membre associé de l'École des hautes études en sciences sociales, responsable Balkans à la Direction générale des relations internationales et de la stratégie
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Monténégro : carte physique

                  Monténégro : carte physique

                  Monténégro : drapeau

                  Monténégro : drapeau

                  Bouches de Kotor, Monténégro

                  Bouches de Kotor, Monténégro

                  Autres références

                  • MONTÉNÉGRO, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • ALBANIE

                    • Écrit par Anne-Marie AUTISSIER, Odile DANIEL, Universalis, Christian GUT
                    • 22 072 mots
                    • 9 médias
                    Quand le traité de Berlin, qui régla la crise balkanique de 1877-1878, accorda au Monténégro des terres albanaises, une ligue nationale constituée à Prizren, avec l'accord de la Turquie, s'y opposa par les armes mais dut abandonner, en définitive, la région d'Ulqin (1880). Elle demanda...
                  • BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

                    • Écrit par Jean AUBOUIN, Michel ROUX
                    • 7 514 mots
                    • 1 média
                    ...Monténégro fut absorbé dans la première Yougoslavie. L'Union européenne persuade en 2003 Serbie et Monténégro de renégocier leur union mais, en mai 2006, le Monténégro vote par référendum son indépendance, rapidement reconnue dans le monde entier, y compris par la Serbie qui, en conséquence, se proclame elle-même...
                  • CROATIE

                    • Écrit par Emmanuelle CHAVENEAU, Christophe CHICLET, Universalis, Ivo FRANGES, Mladen KOZUL
                    • 9 158 mots
                    • 6 médias
                    ...extension de ses eaux territoriales afin d'accéder directement aux eaux internationales. La Croatie refuse toute diminution de son espace maritime. Avec le Monténégro, la querelle sur la pointe de Prevlaka, qui commande les entrées et les sorties de navires dans la baie de Kotor, a été réglée si bien que...
                  • DINARIDES

                    • Écrit par Jean AUBOUIN
                    • 5 726 mots
                    • 1 média
                    ..., les plus grandes d'Europe, et les dépressions karstiques, comme les polje de Livno, en Bosnie, du Popovo, en Herzégovine, ou de Cetinje, dans le Monténégro. À ce relief karstique qui doit son nom au Karst, ou Carso, en Slovénie, sont liés des souvenirs fort anciens : ainsi le mythe du tonneau...
                  • Afficher les 13 références

                  Voir aussi