PODGORICA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale du Monténégro, Podgorica (du serbo-croate pod et gorica, littéralement « au pied de la petite montagne ») est installée dans la plaine karstique éponyme, au sud-est du pays, sur les rives de la rivière Morača. Peuplée de 169 132 habitants (lors du recensement de 2003), la ville se situe en position de carrefour naturel, au confluent de la vallée de la Morača, qui ouvre une percée à travers les Alpes dinariques vers le nord du pays et la Serbie, et de la vallée de la Zeta, qui la relie à l'est du pays et à Nikšić (75 282 habitants en 2003), deuxième ville monténégrine.

Monténégro : carte administrative

Monténégro : carte administrative

carte

Carte administrative du Monténégro. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville est ancienne et a plusieurs fois changé de nom : appelée Birziminium sous l'Empire romain, puis Ribnica après l'arrivée des tribus slaves, elle ne devient Podgorica qu'au xive siècle. Alors que quelques kilomètres plus à l'ouest se créait dans la montagne une zone de résistance à l'envahisseur ottoman autour de Cetinje, Podgorica est conquise par la Sublime Porte dès 1478 et n'est libérée par l'armée du prince monténégrin Nikola 1er qu'en 1878. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, c'est une ville de faible importance, dont les bâtiments originels ont été ruinés par les soixante-deux bombardements qu'elle subit de 1941 à 1945. Pendant la guerre, la ville passe de 15 000 à 5 000 habitants. Mais du fait de sa position géographique avantageuse, elle est choisie en 1946 comme capitale de la république du Monténégro, l'une des six républiques de la Yougoslavie socialiste. Elle est alors rebaptisée Titograd et remplace l'ancienne capitale de la principauté (1878-1910) puis du royaume de Monténégro (1910-1918), Cetinje, qui, perchée à 670 mètres d'altitude, n'offrait pas une position très fonctionnelle. Dès le début des années 1950, Titograd connaît un intense développement urbain et industriel. Ce développement est essentiellement insufflé par la politique volontariste de l'État yougoslave.

Avec l'effondrement de la Yougoslavie socialiste et la création, en 1992, d'une nouvelle fédération (composée uniquement de la Serbie et du Monténégro), la ville reprend son nom de Podgorica. À titre symbolique, le gouvernement monténégrin accorde également à Cetinje le statut de capitale historique (prijestonica). En mai 2006, avec l'indépendance monténégrine, Podgorica devient capitale de rang international, tandis que la résidence du chef de l'État est symboliquement rétablie à Cetinje.

—  Amaël CATTARUZZA

Écrit par :

  • : docteur en géographie, coordonnateur scientifique de l'Atelier de recherches internationales, université de Belgrade

Classification


Autres références

«  PODGORICA  » est également traité dans :

MONTÉNÉGRO

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Renaud DORLHIAC
  •  • 5 218 mots
  •  • 3 médias

Avec 13 812 kilomètres carrés et 625 266 habitants au recensement de 2011, le Monténégro, Crna Gora en serbo-croate (Montagne noire), est le plus petit des pays issus de l'ex-Yougoslavie. À la différence de la Slovénie, de la Croatie, de la Bosnie-Herzégovine et de la Macédoine (devenue Macédoine du Nord en 2019), la République monténégrine n'a que ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montenegro/#i_45768

Pour citer l’article

Amaël CATTARUZZA, « PODGORICA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/podgorica/