ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL (1899-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un écrivain contre la dictature

Miguel Ángel Asturias est né au Guatemala en 1899.

À Paris, entre 1923 et 1933, Asturias traduit le Popol Vuh, livre sacré des Mayas. Aussi, son premier livre, Les Légendes du Guatemala, témoigne-t-il de sa connaissance du monde indien. Il les a écrites à Paris, tout pénétré de la nostalgie de son pays et de son enfance. Ce livre constitue la prise de conscience du monde souterrain qui vit en Asturias, hérité de ses ancêtres mayas à travers le fleuve immémorial du sang et des mots.

En 1946 va paraître son deuxième livre, commencé à Paris : Monsieur le Président. Outre sa qualité littéraire, c'est le sujet qui fait l'intérêt du livre. Il s'agit du problème de la dictature latino-américaine, décrite dans un contexte caricatural. Inspiré de la réalité – Monsieur le Président n'est autre qu'Estrada Cabrera, qui fut dictateur au Guatemala lorsque Asturias était étudiant à l'Université – ce roman traduit une situation que l'on retrouve partout en Amérique latine. On y voit le tyran entouré d'adulateurs, soutenu par l'armée et l'appareil de répression policière. À cette mise en scène affreuse, il ne manque rien, les prisonniers politiques, les séances de torture, les « maisons » où les hommes du régime se rencontrent, les mouchards et les mouchards des mouchards, les profiteurs malhonnêtes, et, tout en haut, « Monsieur le Président », un homme inquiétant, vêtu de noir, à l'âme plus noire encore. Il y a d'autres « personnages » toujours présents, la peur, le désespoir, l'injustice. L'argument, c'est la décomposition sociale qui se cache derrière la façade « de paix et de progrès » de la dictature ; le moyen : la caricature, destinée à ridiculiser la farce sinistre et sanglante de la dictature.

À partir de Monsieur le Président, le thème de l'engagement devient essentiel dans les romans d'Asturias. C'est la prise de conscience d'une société en crise.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : ambassadeur du Paraguay en France, écrivain
  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'U.E.R. des langues vivantes étrangères de l'université de Caen

Classification


Autres références

«  ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL (1899-1974)  » est également traité dans :

MONSIEUR LE PRÉSIDENT, Miguel Angel Asturias - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ève-Marie FELL
  •  • 1 002 mots

Né en 1899 dans une famille de la classe moyenne guatémaltèque, Miguel Ángel Asturias est marqué par la longue dictature d'Estrada Cabrera (1898-1920) et par les séismes qui détruisent la capitale en 1917 et 1918. Après des études de droit, il s'installe à Paris en 1924 : années […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le théâtre, entre histoire et onirisme »  : […] Le renouveau d’intérêt pour le théâtre au milieu du xx e  siècle a permis de redécouvrir une véritable tradition théâtrale hispano-américaine qui s’est ensuite étoffée dans les décennies qui ont suivi. Les théâtres des grandes villes du continent créent des spectacles tout au long de l’année, en particulier en Argentine, au Mexique, à Cuba. Les festivals de théâtre à Cali, en Colombie, et à Santia […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Rubén BAREIRO-SAGUIER, Bernard FOUQUES, « ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL - (1899-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-angel-asturias/