ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL (1899-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une clarté de miroir pulvérisé dans l'air

Roman mûri au cours des longues années d'exil, Le larron qui ne croyait pas au ciel nous entraîne jusqu'aux confins de la terre, dans ces Andes vertes dont le prologue au Miroir de Lida Sal évoquait le sortilège. Un enchevêtrement de lacs et de fleuves nimbe le paysage de lumière aquatique. La confusion des règnes plonge les personnages dans une atmosphère de rêve éveillé. Ouvert sur le chant funèbre des guerriers mam surpris par l'arrivée d'« êtres outrageux » venus d'une autre planète, par la mer, le récit retrace l'errance mi-picaresque, mi-théologique d'un groupe d'aventuriers issus de la plus authentique tradition hétérodoxe, cherchant, avec la folle passion des utopistes de la Renaissance, la confluence naturelle des deux océans qui baignent les côtes du Nouveau Monde. Refusant l'analyse manichéenne de la Conquête, Asturias dégage le processus de décomposition interne dont celle-ci fut le catalyseur ; sa version personnelle de l'événement associe la « vision des vaincus » exhumée des chroniques indigènes à l'éphéméride héroïque du sentiment de désarroi qui s'empara des envahisseurs stupéfaits, ravis et finalement emportés par leur découverte. Le mystère est ici des deux côtés, et l'impression d'échec partagée. Signe des appétits matériels du conquistador, la figure grimaçante du Mauvais Larron domine l'intrigue. Une poignée de transfuges, farouches partisans des thèses sadducéennes, croient trouver un écho de leur hérésie dans les contorsions douloureuses des adorateurs de Cabracán, le dieu des Tremblements de terre. Mal leur en prend : deux d'entre eux n'échappent au massacre que pour se perdre dans la jungle. En contrepoint, l'auteur use de toutes les ressources du langage pour dédier un épithalame à l'union des antagonistes. Amoureuses, nuptiales ou violemment copulatives, les métaphores conduisent à la naissance de l'enfant, « produit de deux races déjà fondues à jamais, comme deux océans de sang... sous un ciel qui croit étrenner, cette [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : ambassadeur du Paraguay en France, écrivain
  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'U.E.R. des langues vivantes étrangères de l'université de Caen

Classification


Autres références

«  ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL (1899-1974)  » est également traité dans :

MONSIEUR LE PRÉSIDENT, Miguel Angel Asturias - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ève-Marie FELL
  •  • 1 002 mots

Né en 1899 dans une famille de la classe moyenne guatémaltèque, Miguel Ángel Asturias est marqué par la longue dictature d'Estrada Cabrera (1898-1920) et par les séismes qui détruisent la capitale en 1917 et 1918. Après des études de droit, il s'installe à Paris en 1924 : années […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le théâtre, entre histoire et onirisme »  : […] Le renouveau d’intérêt pour le théâtre au milieu du xx e  siècle a permis de redécouvrir une véritable tradition théâtrale hispano-américaine qui s’est ensuite étoffée dans les décennies qui ont suivi. Les théâtres des grandes villes du continent créent des spectacles tout au long de l’année, en particulier en Argentine, au Mexique, à Cuba. Les festivals de théâtre à Cali, en Colombie, et à Santia […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rubén BAREIRO-SAGUIER, Bernard FOUQUES, « ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL - (1899-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-angel-asturias/