GALLEGOS RÓMULO (1884-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier vénézuélien, Rómulo Gallegos se consacra d'abord à des tâches pédagogiques en même temps qu'à la littérature. En 1925, son roman La Trepadora (La Plante grimpante) le fait connaître parmi les intellectuels ; dans ce livre, il se montre partisan du croisement des races. Ensuite, il fait de la politique, vit en exil pendant quelques années à New York et en Espagne. De retour au Venezuela, il devient ministre de l'Instruction publique, puis, en 1947, président de la République, mais il est renversé, l'année suivante, par une junte militaire.

Rómulo Gallegos

Rómulo Gallegos

photographie

Le politicien et romancier vénézuélien Rómulo Gallegos (1884-1969) prend un bain de foule dans les rues de Caracas, en 1958. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Son œuvre, imprégnée d'une idéologie libérale et positiviste, affirme un credo politique progressiste. Dès 1912, dans un court récit, Los Aventureros, il s'en prenait à ce fléau du continent latino-américain : le caudillismo, le règne des tyranneaux. En 1920, il reprend le même thème dans El Forastero (L'Étranger, 1942). El Último Solar (dont le titre devint en 1930 : Reinaldo Solar) est centré sur le problème de la patrie et de son devenir. L'univers romanesque de Gallegos offre une représentation âpre et pittoresque des hommes et des paysages de son pays, depuis les régions côtières (Pobre Negro, 1937) et les forêts d'arbres à caoutchouc (Canaima, 1935), jusqu'aux zones pétrolières (Sobre la misma tierra, 1944) et aux plaines de l'intérieur. Dans Doña Bárbara (1929), considéré comme son chef-d'œuvre, l'héroïne, sorte de virago cruelle et mystérieuse, incarnation de la barbarie face à la civilisation, symbolise la savane des llanos, ces régions si typiques du Venezuela dont Gallegos fut le chantre admirable, à la fois épique et lyrique. Cantaclaro (1934) présente le cavalier solitaire qui — comme le gaucho des pampas argentines — parcourt ces régions désespérément isolées, hantées de mythes et de légendes. Un de ses derniers romans, La Brizna de paja en el viento (Le Brin de paille dans le vent, 1952), dont l'action se situe à Cuba, évoque un problème auquel Gallegos n'avait cessé de s'intéresser : la mission éducative de l'Université.

—  Bernard SESÉ

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  GALLEGOS RÓMULO (1884-1969)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le roman et le triomphe de l'indigénisme »  : […] Le fait le plus marquant de la même période, c'est l'importance croissante prise par la littérature romanesque, et notamment l'essor du roman social et indigéniste. De plus en plus rares sont les romanciers uniquement soucieux de faire œuvre d'art. À cette catégorie appartiennent encore Enrique Larreta (Argentine), auteur de La Gloria de Don Ramiro (1908), remarquable roman historique évoquant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/#i_6565

GAUCHESQUE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Genre poétique hispano-américain qui imite les payadas (ballades que chantaient traditionnellement, sur accompagnement de guitare, les gauchos errants en Argentine et en Uruguay). Le terme inclut, par extension, le fonds littéraire sud-américain qui traite du mode de vie et des conceptions des gauchos. Le gaucho, qui avait longtemps fait partie de la littérature populaire sud-américaine, devint a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-gauchesque/#i_6565

VENEZUELA

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Véronique HÉBRARD
  • , Universalis
  •  • 14 164 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « 1935-1948 : la « Generación del 28 » sur la scène politique »  : […] La mort de Gómez entraîne des réactions, souvent violentes, contre les symboles du régime et les personnes qui lui sont associées. La demande de libération des prisonniers politiques est acceptée par le nouveau président, de même que le retour des exilés. Il revient à Contreras d'assumer sa fonction alors que les tenants de l'ordre ancien doivent affronter les forces nouvelles issues de la Genera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venezuela/#i_6565

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « GALLEGOS RÓMULO - (1884-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/romulo-gallegos/