ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL (1899-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un long poème symphonique et social

Après le roman politique, Miguel Ángel Asturias revient délibérément au monde indien. La légende maya-quiché dit que l'homme est fait de maïs, d'où le caractère sacré de cet aliment. Il est permis de le semer pour le manger, mais non pour en faire commerce. Telle est la synthèse de ce livre exceptionnel, qui, sans doute, constitue le sommet de l'œuvre d'Asturias : Hommes de maïs. Publié en 1949 à Buenos Aires, il raconte l'histoire des hommes qui, comme le beau cacique Gaspar Ilom, sèment le maïs seulement pour s'en nourrir, face à ceux qui, comme le colonel Chalo Godoy, le sèment pour s'enrichir en exploitant le travail des Indiens. Avec ces élements qui définissent deux cultures différentes, Asturias esquisse une recréation mythique du continent, il pénètre jusqu'aux racines de l'Amérique latine, et en revendique les valeurs primitives. Le vrai personnage de ce roman est le peuple guatémaltèque, le peuple latino-américain avec ses croyances ancestrales, ses souffrances et ses espoirs. Tout acquiert ici un pouvoir symbolique : l'affrontement du cacique avec ses forces magiques contre le colonel et son argent, et, mêlé à cette lutte, l'Indien que l'on retrouve avec ses coutumes, ses traditions religieuses et sa langue parsemée de mots mayas.

Hommes de maïs est un long poème symphonique où la succession d'éléments fantastiques empruntés à l'univers indigène donne au récit le caractère d'une résurrection contemporaine de la mythologie. Il dénonce l'exploitation de l'Indien, sa misère actuelle, l'injustice subie par les descendants des civilisations maya-quiché. La légende – la sagesse populaire devenue parole, chant, poésie – rachète l'homme de maïs ; elle le fait immortel, comme la terre sur laquelle il pousse.

Hommes de maïs revêt une apparence surréaliste. L'auteur a vécu dans les milieux surréalistes parisiens, et on trouve chez lui le rêve mêlé à la réalité, le jeu de l'inconscient, le défi à la logique, etc. Toutefois, ici, c'est un surréalisme d'origine indienne, inspiré des libres associations mentales familières aux Indiens [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : ambassadeur du Paraguay en France, écrivain
  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'U.E.R. des langues vivantes étrangères de l'université de Caen

Classification


Autres références

«  ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL (1899-1974)  » est également traité dans :

MONSIEUR LE PRÉSIDENT, Miguel Angel Asturias - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ève-Marie FELL
  •  • 1 002 mots

Né en 1899 dans une famille de la classe moyenne guatémaltèque, Miguel Ángel Asturias est marqué par la longue dictature d'Estrada Cabrera (1898-1920) et par les séismes qui détruisent la capitale en 1917 et 1918. Après des études de droit, il s'installe à Paris en 1924 : années […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le théâtre, entre histoire et onirisme »  : […] Le renouveau d’intérêt pour le théâtre au milieu du xx e  siècle a permis de redécouvrir une véritable tradition théâtrale hispano-américaine qui s’est ensuite étoffée dans les décennies qui ont suivi. Les théâtres des grandes villes du continent créent des spectacles tout au long de l’année, en particulier en Argentine, au Mexique, à Cuba. Les festivals de théâtre à Cali, en Colombie, et à Santia […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Rubén BAREIRO-SAGUIER, Bernard FOUQUES, « ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL - (1899-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-angel-asturias/