ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL (1899-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écrivain métis

Cet idéal s'affirme avec éclat sur la scène. En 1972, l'auteur fait jouer à l'Espace Cardin Las Casas, évêque de Dieu, une refonte de son Tribunal des frontières. L'intérêt de la pièce tient à l'adjonction des chœurs indiens qui, sans intervenir dans l'action, récitent la page censurée de l'Histoire. De cette confrontation sans échange résulte un total éclatement du sens qui élève la portée du message. D'une part, l'Espagne est condamnée au nom de ses propres valeurs, de l'autre, les vaincus pleurent l'échec de la « guerre fleurie », appelant de leurs vœux l'apocalypse.

Une telle réprobation de l'ethnocide est d'autant plus émouvante qu'Asturias est à nouveau sous le choc des exactions commises par les militaires. Dès 1970, il a rompu avec le régime afin de poursuivre sans réserve sa croisade contre la violence. Vendredi des douleurs évoque sur le mode tragi-comique les luttes incertaines de la jeunesse. Aux abords du cimetière de la capitale, théâtre d'exécutions sommaires, se déroule le Carnaval satirique organisé par les étudiants. Menée sur un rythme endiablé, l'action du roman tient du tour de passe-passe. Elle a pour cible un pantin à l'effigie d'un nanti du système alternativement soustrait et livré aux lazzi de la foule, en échange du traditionnel Judas. Figure ambiguë des tribulations d'un jeune écervelé qui trompe la confiance de ses camarades, dans l'espoir cruellement déçu de faire un beau mariage, la mascarade dégénère en effusion de sang. Cette allégorie de la trahison inspire un dernier ouvrage, Deux fois bâtard, resté inachevé. En réponse aux accusations de ses rares détracteurs, l'auteur y dénonce l'irresponsabilité de ces générations perdues qui, une fois retombée l'illusion lyrique, cèdent à l'esprit réactionnaire ou aventuriste, plongeant la patrie dans une guerre civile sans issue.

Artisan de paix, le poète persiste à fonder l'entente nationale sur la légitimité d'une culture métisse. Son ultime dialogue avec Léopold Sedar Senghor témoigne avec vigueur de sa foi en la revendication indigéniste [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : ambassadeur du Paraguay en France, écrivain
  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'U.E.R. des langues vivantes étrangères de l'université de Caen

Classification


Autres références

«  ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL (1899-1974)  » est également traité dans :

MONSIEUR LE PRÉSIDENT, Miguel Angel Asturias - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ève-Marie FELL
  •  • 1 002 mots

Né en 1899 dans une famille de la classe moyenne guatémaltèque, Miguel Ángel Asturias est marqué par la longue dictature d'Estrada Cabrera (1898-1920) et par les séismes qui détruisent la capitale en 1917 et 1918. Après des études de droit, il s'installe à Paris en 1924 : années […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le théâtre, entre histoire et onirisme »  : […] Le renouveau d’intérêt pour le théâtre au milieu du xx e  siècle a permis de redécouvrir une véritable tradition théâtrale hispano-américaine qui s’est ensuite étoffée dans les décennies qui ont suivi. Les théâtres des grandes villes du continent créent des spectacles tout au long de l’année, en particulier en Argentine, au Mexique, à Cuba. Les festivals de théâtre à Cali, en Colombie, et à Santia […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rubén BAREIRO-SAGUIER, Bernard FOUQUES, « ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL - (1899-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-angel-asturias/