MONSIEUR LE PRÉSIDENT, Miguel Angel AsturiasFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1899 dans une famille de la classe moyenne guatémaltèque, Miguel Ángel Asturias est marqué par la longue dictature d'Estrada Cabrera (1898-1920) et par les séismes qui détruisent la capitale en 1917 et 1918. Après des études de droit, il s'installe à Paris en 1924 : années décisives où il découvre le surréalisme, l'américanité, les textes sacrés des Mayas. Diplomate à partir de 1946, il réside successivement au Mexique, en Argentine, puis en France, terre d'élection. Il reçoit en 1966 le prix Lénine de la paix et en 1967 le prix Nobel de littérature. Il meurt en 1974. Enterré au cimetière du Père-Lachaise, il a légué ses manuscrits à la Bibliothèque nationale.

Monsieur le Président est sans doute l'œuvre la plus connue d'Asturias en raison de son message politique. Il importe d'en souligner le caractère pionnier : on sait aujourd'hui que le roman a été écrit pour l'essentiel à Paris, entre 1925 et 1932, à partir d'un conte plus ancien qui constitue le premier chapitre. Cette version originale, d'abord intitulée Tohil (divinité maya du feu et de la mort), est refusée par plusieurs éditeurs et publiée à compte d'auteur en 1946 (Costa-Amic, Mexico) sous son titre actuel. Passé inaperçu, le roman est réédité en 1948 par Losada et connaît alors un très grand succès. En 1952, il est repris par le même éditeur avec quelques modifications : c'est la version définitive.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MONSIEUR LE PRÉSIDENT, Miguel Angel Asturias  » est également traité dans :

ASTURIAS MIGUEL ÁNGEL (1899-1974)

  • Écrit par 
  • Rubén BAREIRO-SAGUIER, 
  • Bernard FOUQUES
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « Un écrivain contre la dictature »  : […] Miguel Ángel Asturias est né au Guatemala en 1899. À Paris, entre 1923 et 1933, Asturias traduit le Popol Vuh , livre sacré des Mayas. Aussi, son premier livre, Les Légendes du Guatemala , témoigne-t-il de sa connaissance du monde indien. Il les a écrites à Paris, tout pénétré de la nostalgie de son pays et de son enfance. Ce livre constitue la prise de conscience du monde souterrain qui vit en A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-angel-asturias/#i_25312

Pour citer l’article

Ève-Marie FELL, « MONSIEUR LE PRÉSIDENT, Miguel Angel Asturias - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monsieur-le-president/