CERTEAU MICHEL DE (1925-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Michel de Certeau avait un goût profond de l'ailleurs qui était un désir de cerner et d'analyser le présent. Il lui fallait sans cesse parcourir d'autres lieux, livres ou pays, pour dire où nous sommes et qui nous sommes, et nommer l'étranger qui nous hante. « L'historien parcourt les bords de son présent », écrivait-il. Chez lui, le goût de l'autre coïncide avec la recherche de l'intelligibilité ; l'intérêt pour l'événement est identique au mouvement même de la pensée. « C'est l'altérité [ce qui arrive d'autre] qui crée la césure grâce à laquelle peut s'instaurer une compréhension différente » (L'Absent de l'histoire, 1973).

Une quête de l'autre

Michel de Certeau a traversé la plupart des champs d'investigation des sciences sociales. On ne peut donc donner ici qu'une image tronquée de son activité multiforme, qui, surtout à partir de 1967, s'est déployée dans de multiples séminaires, contrats de recherche, colloques, réunions de travail, aussi bien en Europe qu'aux États-Unis et en Amérique latine. Michel de Certeau appartint à l'École freudienne de Paris, depuis sa fondation en 1964 par Jacques Lacan jusqu'à sa dissolution en 1980. Il enseigna à l'université de Paris-VIII-Vincennes de 1968 à 1971 dans les U.E.R. de psychanalyse et d'histoire, puis à l'université de Paris-VII-Jussieu dans l'U.E.R. d'anthropologie et sciences des religions, où il dirigea, de 1971 à 1978, un séminaire d'anthropologie culturelle. Professeur titulaire à l'université de Californie à San Diego de 1978 à 1984, il fut nommé, en 1984, directeur d'études à 1'École des hautes études en sciences sociales, où il s'était donné pour programme « L'anthropologie historique des croyances, xviie-xviiie siècle ». De 1964 à 1977, il avait aussi dirigé un séminaire de doctorat à l'Institut catholique de Paris. Jésuite, Michel de Certeau n'a jamais caché cette appartenance ; il refusait simplement qu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CERTEAU MICHEL DE (1925-1986)  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 097 mots

L 'histoire comme justification de la politique, comme caution de la mémoire des groupes, l'histoire redécouverte par les autres sciences humaines et sociales sont autant de signes qui témoignent de l'actualité du travail des héritiers d'Hérodote. Les articles qui suivent entendent montrer l'état de la discipline aujourd'hui. À l'heure du règne de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-vue-d-ensemble/#i_98119

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « Sortir de l'opposition entre histoire et littérature »  : […] Hayden White propose en effet d'analyser l'histoire comme un « artifice littéraire » et développe une « métahistoire » qui considère les récits historiques comme des « fictions verbales » ( verbal fictions ) dont le régime de vérité ne diffère pas de celui des récits de fiction du roman. Selon lui, préalablement à toute interprétation et à toute éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_98119

LE SANG ET LE CIEL. LES SAINTES MYSTIQUES DANS LE MONDE CHRÉTIEN (J.-P. Albert)

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 1 103 mots

En histoire du catholicisme, les travaux se multiplient dans le domaine de la spiritualité et de la mystique, notamment à propos de la place spécifique qu'y occupent les femmes, figures éminentes d'un christianisme dont l'appareil ecclésiastique reste monopolisé par des hommes. Les recherches universitaires mettent en général l'accent sur la diver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sang-et-le-ciel-les-saintes-mystiques-dans-le-monde-chretien/#i_98119

LINGUISTIC TURN, histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 841 mots

Dans le chapitre «  L'histoire comme activité purement rhétorique ? »  : […] Le linguistic turn sépare radicalement texte et réalité et considère le langage comme un système fermé et autosuffisant de signes dont le sens est gouverné par leurs relations réciproques, impersonnelles et échappant au contrôle des acteurs sociaux, réduisant ainsi le monde social aux seuls principes qui commandent les discours. Dans ce remue-ména […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistic-turn-histoire/#i_98119

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique JULIA, Claude RABANT, « CERTEAU MICHEL DE - (1925-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-de-certeau/